Fil info
17:12Bergerac : Fabien Ruet candidat socialiste... dans les paroles, pas dans les actes -> https://t.co/DiAr4aPHx0
16:42 Si se mettait à dire qu’il n’était plus 1 opposant à ...… https://t.co/y8WvQCo8L0
16:24Périgueux : Attention aux collectifs citoyens qui servent à avancer masqués -> https://t.co/mVvilKoKhB
15:31RT : On pouvait aussi dire qu'il y a, pour les Français, 8 sujets prioritaires avant la lutte contre l'immigration cland… https://t.co/TdgZJJZoAt
15:23Périgueux : Porter la parole des morts -> https://t.co/Uu7P5h5Bph
07:24Région : Les dirigeants territoriaux francophones se rencontrent -> https://t.co/VuJ3UwXECG
06:52Pour la campagne des , ça chauffe déjà à Saint-Léon-sur-l'Isle. Dans ce bastion la liste sou… https://t.co/wYhb54aML7
06:48Saint-Léon-sur-l'Isle : Le maire sortant raccroche, un de ses adjoints candidat -> https://t.co/I8l8d02mB1
06:20Grun-Bordas : Une famille relogée après l'incendie de la maison -> https://t.co/Q7b914JAtN
06:05De nouveau, appelés cette nuit près de pour un départ d'incendie dans 1 maison. C dans… https://t.co/gPmA5zdzod
06:02Coulounieix-Chamiers : La maison brûle, elle saute du 1er étage près de Périgueux -> https://t.co/4gMR7K5EsL
23:59Creuse : Dîtes-le avec des fleurs... et des arbres | L'Echo https://t.co/paW3435n7a via
23:26 Va falloir remettre les bottes...
20:56 Décidément, entre départs de feu et incendies… C dans : https://t.co/3CUnCABuli https://t.co/9F2oTrL7Ui
20:51La Roche-Chalais : Les 300 m2 sont carbonisés… mais pourquoi ? -> https://t.co/28Xo4JP9HB
20:43Naves : Une rentrée tous azimuts à cheval et sans plastiques ! -> https://t.co/eJ3RJpWX2j
20:32 Avec 2 amis, 1 jeune de en ressuscite les "montres 24 h", qui perm… https://t.co/U2wk0eLS2J
19:24Vézac : Pour le respect des décisions de justice -> https://t.co/lsGusagRaP
19:22Périgueux : La gendarmerie sort de ses murs -> https://t.co/mAPf3VJYBN
19:19Périgueux : La Résistance vue par la jeunesse -> https://t.co/TToaYljkup
19:10Périgueux : Les pompiers de l’extrême sont de simples citoyens -> https://t.co/U6jBWZrcnZ
19:08Périgueux : Financer les retraites par l’égalité salariale -> https://t.co/NLQFbjLKvT
19:05Périgueux : La représentativité en question -> https://t.co/xgTh25PuPc
18:52# # - -Vienne : Bisbilles entre le Département et Limoges Métropole, Des problèmes de financement à la clé p… https://t.co/Fxb3E7qxED
18:52Argenton-sur-Creuse : Le dernier « Stop train » estival a encore mobilisé -> https://t.co/00rb0XyscZ
18:48Gournay : Des déchets que l’on ne peut ignorer et qui doivent diminuer -> https://t.co/vAC7n5YyvC
18:46Châteauroux : Une école de guitare a ouvert -> https://t.co/v59BejC83A
18:44Valençay : Énergies renouvelables : des exemples concrets présentés à E. Wargon -> https://t.co/9nhO3ozr5W
18:20# # - -Vienne : Salaires, retraite, service publics, logement...Mardi, c’est la rue qui va parler : -> https://t.co/ya2DvOZchk
18:14# # - -Vienne : L’aide à domicile, enjeu de société -> https://t.co/IpiecRne7d
18:10# # - -Vienne : Après les discours, la région doit agir -> https://t.co/bhp5AZoFFt

Tapis rouge pour les GM&S à Cannes

C’est le paradoxe de l’histoire. Quelques jours après le clap de fin d’une cellule de reclassement qui a laissé sur le carreau plusieurs dizaines de salariés, dont certains en grande difficulté, les ex-GM&S vont prochainement se retrouver sur le tapis rouge du festival du Cannes. 
Par la grâce du documentaire de Lech Kowalski qui a suivi durant de longues semaines le quotidien de ces salariés mobilisés contre une liquidation judiciaire emblématique d’un capitalisme sans foi ni loi, la lutte que retranscrit «On va tout péter» a été retenue par la Quinzaine des réalisateurs. 
«Il y a trois aspects dans ce film : le gouvernement, les multinationales et les hommes pris entre ces deux pouvoirs, décrit le réalisa-teur. Ce qui était d’abord le plus important pour moi, c’était de filmer de vrais citoyens, loin des grandes capitales, dans un endroit unique, à la Souterraine en Creuse. J’ai été impressionné par l’ouverture d’esprit de ces femmes et ces hommes.» Car quand Lech Kowalski a débarqué sur place, on lui a ouvert les portes «sans aucune paranoïa. Je n’ai pas seulement pu observer mais aussi faire partie du mouvement et filmer la lutte comme  une chorégraphie d’actions. J’ai pu assister à des moments très intimes et donner à voir des moments forts entre la fin des assemblées générales et les déclarations officielles aux médias.»
Si le cinéaste a profité d’une grande proximité et d’une large liberté de mouvement avec les salariés en lutte, il n’en a pas été de même avec les forces de l’ordre puisque, on s’en souvient, il a  été interpellé puis placé en garde à vue. «C’était un moment surréaliste. Les journalistes des grands médias étaient là et ont pu eux filmer sans être inquiétés mais parce que j’étais documentariste et donc que je n’avais pas de carte de presse, j’ai été arrêté. C’était très... bizarre.» 
Du punk-rock des Sex Pistols et des Ramones à l’exploitation des gaz de schiste en Pologne en passant par le quotidien des sans-abris ou des junkies, l’œuvre de Kowalski est jalonnée de films qui témoignent pourtant de la qualité de son travail. Et la présentation de «On va tout péter» à Cannes est une autre preuve de l’incongruité de cette interpellation.
Utiliser la caisse de résonance du festival
Concernant justement la carrière cannoise du film, quand on lui fait remarquer que la Croisette évoque bien plus le faste de la montée des marches que les luttes sociales et la plongée dans l’enfer des licenciements, le réalisateur précise que si la sélection officielle a fait appel à lui, il n’a en aucun cas chercher à s’adapter à d’éventuelles exigences commerciales, ni à travestir son propos. «Au montage, nous avons fait en sorte de ne pas tomber dans le piège qui aurait consisté à ne retenir qu’une ou deux figures emblématiques des GM&S. On voulait montrer l’aspect collectif de la lutte et pas seulement quelques leaders. En ce sens, on est aux antipodes du cinéma hollywoodien. Mais Cannes, ce n’est pas seulement les paillettes. C’est aussi une incroyable caisse de résonance. Dans ce monde post-capitaliste, les règles changent. Il faut utiliser tous les mécanismes à disposition pour survivre et les même les manipuler pour faire passer nos idées. Le festival nous utilise, à  nous aussi de l’utiliser.»
deux projections 
et un appel aux dons
Deux projections sont programmées : les 16 (dans le cadre de la Quinzaine des réalisateurs) et 22 mai pour la journée du documentaire. Autant d’occasions pour Lech Kowalski de parler de la cause des GM&S . Il est d’ailleurs bien décidé à ce que l’attention dont il fera l’objet se porte d’abord sur le propos de son film, «le symbole de ces grandes lutte qui traverse la société»,  et sur cette grande famille des GM&S « avec qui on des contacts très réguliers et  dont je fais partie et j’en suis très fier.» Une grande famille qui vient de lancer un appel aux dons*, via l’association de soutien et de défense des salariés pour que ceux-ci puissent également se rendre au festival.  
Jérôme Davoine
* Pour faire un don, permettre aux salariés de se rendre sur la Croisette et donc d’y continuer le combat, voir https://www.leetchi.com/c/les-gms-sur-la-croisette.
 
Légende photo: Après les forces de l’ordre, les GM&S auront bientôt droit à Cannes grâce au film de Lech Kowalski (ici à gauche). Reste à financer le voyage des anciens salariés...

nike air max 1 hyperfuse