Fil info
07:59Région : Dépôt de bilan de l’entreprise de porcelaine J.l. Coquet à Saint-Léonard -> https://t.co/PHjZHN9Cjk
07:35# # - -Vienne : Tati Limoges reste ouvert et change d’enseigne -> https://t.co/2hwwgiUo7O
07:33France : «Le labyrinthe de la Voix» sillonne la porte océane -> https://t.co/lWpldLZ5Bs
07:30France : Limousine Park, moins cher, plus interactif -> https://t.co/reUfVzI2SL
07:26Région : Contre les punaises de lit : notre meilleur ami, le chien -> https://t.co/dv2rPSJqZE
22:56 Désolée on ne peut pas y croire ou alors qu'il dénonce de toutes ses forces la remise en cause sans pr… https://t.co/48jOvXeUnj
22:12Ribérac : La photo de la voisine confond le voleur -> https://t.co/Vrvrmiwwwm
21:15Région : L’ARS ferme le centre expert autisme du Limousin | L'Echo https://t.co/9ql4IKcjcl via
21:14Sarliac-sur-l'Isle : La preuve par l’exemple -> https://t.co/WNSVy1YIfv
21:12Région : L’ARS ferme le centre expert autisme du Limousin | L'Echo https://t.co/9SP8yBiQ7k via
20:49Corrèze : A tire d'ailes à l'aéroport de Brive-Vallée de la Dordogne -> https://t.co/ZyElSS7EfE
20:21RT : Ce matin, un contrôleur de train originaire de Brive a été agressé dans le train aux Aubrais près d'Orléans. Les co… https://t.co/gHYrmurXPl
18:00 L ARS obéit sur ordre de l ÉTAT!!Encore une HONTE de la part de ce GOUVERN… https://t.co/S8amA2aWKk
17:45Ce matin, un contrôleur de train originaire de Brive a été agressé dans le train aux Aubrais près d'Orléans. Les co… https://t.co/gHYrmurXPl
17:42 😱😡😡😡
17:38Région : L’ARS ferme le centre expert autisme du Limousin | L'Echo https://t.co/fjpzzWqWNM via 😳😤😤
17:34RT : Emmanuel Macron : "Si les Fennecs gagnent, les Français souhaitant se rendre sur les Champs-Elysées devront avoir u… https://t.co/LpBHy8ngET
17:33Châteauroux : La petite rue Grande de Stéphane Dubois -> https://t.co/gkoEAYEi2z
17:32Indre : Hommage aux martyrs et aux sauveurs -> https://t.co/vMUId6cCQ8
17:31RT : Lettre ouverte du Bâtonnier à Monsieur le Président de la République, à Monsieur le Premier Ministre, à Mesdames et… https://t.co/EVcm4iJHzi
16:50Domme : Aéromodélisme et délicates arabesques au meeting aérien -> https://t.co/H2yOXpMtmb
16:38Brive-la-Gaillarde : Le bloc rejette le projet... en bloc | L'Echo https://t.co/fKOgsTxOdR via
16:07Périgueux : A la Truffe, on se sent entre amis -> https://t.co/hQUeYMxXyf
15:26Argenton-sur-Creuse : Un groupe folklorique du Paraguay en visite à l'Ehpad du Clos du Verger -> https://t.co/8J27zsYZHz
15:22Eguzon-Chantôme : La fête du lac s’annonce époustouflante -> https://t.co/XoX8AUwgF5
12:15 ?????????????
12:12Tulle : François Hollande apporte son soutien aux facteurs grévistes -> https://t.co/gsxfRuIESK
11:16Région : L’ARS ferme le centre expert autisme du Limousin | L'Echo https://t.co/joLKFrfoJ8 via

Tapis rouge pour les GM&S à Cannes

C’est le paradoxe de l’histoire. Quelques jours après le clap de fin d’une cellule de reclassement qui a laissé sur le carreau plusieurs dizaines de salariés, dont certains en grande difficulté, les ex-GM&S vont prochainement se retrouver sur le tapis rouge du festival du Cannes. 
Par la grâce du documentaire de Lech Kowalski qui a suivi durant de longues semaines le quotidien de ces salariés mobilisés contre une liquidation judiciaire emblématique d’un capitalisme sans foi ni loi, la lutte que retranscrit «On va tout péter» a été retenue par la Quinzaine des réalisateurs. 
«Il y a trois aspects dans ce film : le gouvernement, les multinationales et les hommes pris entre ces deux pouvoirs, décrit le réalisa-teur. Ce qui était d’abord le plus important pour moi, c’était de filmer de vrais citoyens, loin des grandes capitales, dans un endroit unique, à la Souterraine en Creuse. J’ai été impressionné par l’ouverture d’esprit de ces femmes et ces hommes.» Car quand Lech Kowalski a débarqué sur place, on lui a ouvert les portes «sans aucune paranoïa. Je n’ai pas seulement pu observer mais aussi faire partie du mouvement et filmer la lutte comme  une chorégraphie d’actions. J’ai pu assister à des moments très intimes et donner à voir des moments forts entre la fin des assemblées générales et les déclarations officielles aux médias.»
Si le cinéaste a profité d’une grande proximité et d’une large liberté de mouvement avec les salariés en lutte, il n’en a pas été de même avec les forces de l’ordre puisque, on s’en souvient, il a  été interpellé puis placé en garde à vue. «C’était un moment surréaliste. Les journalistes des grands médias étaient là et ont pu eux filmer sans être inquiétés mais parce que j’étais documentariste et donc que je n’avais pas de carte de presse, j’ai été arrêté. C’était très... bizarre.» 
Du punk-rock des Sex Pistols et des Ramones à l’exploitation des gaz de schiste en Pologne en passant par le quotidien des sans-abris ou des junkies, l’œuvre de Kowalski est jalonnée de films qui témoignent pourtant de la qualité de son travail. Et la présentation de «On va tout péter» à Cannes est une autre preuve de l’incongruité de cette interpellation.
Utiliser la caisse de résonance du festival
Concernant justement la carrière cannoise du film, quand on lui fait remarquer que la Croisette évoque bien plus le faste de la montée des marches que les luttes sociales et la plongée dans l’enfer des licenciements, le réalisateur précise que si la sélection officielle a fait appel à lui, il n’a en aucun cas chercher à s’adapter à d’éventuelles exigences commerciales, ni à travestir son propos. «Au montage, nous avons fait en sorte de ne pas tomber dans le piège qui aurait consisté à ne retenir qu’une ou deux figures emblématiques des GM&S. On voulait montrer l’aspect collectif de la lutte et pas seulement quelques leaders. En ce sens, on est aux antipodes du cinéma hollywoodien. Mais Cannes, ce n’est pas seulement les paillettes. C’est aussi une incroyable caisse de résonance. Dans ce monde post-capitaliste, les règles changent. Il faut utiliser tous les mécanismes à disposition pour survivre et les même les manipuler pour faire passer nos idées. Le festival nous utilise, à  nous aussi de l’utiliser.»
deux projections 
et un appel aux dons
Deux projections sont programmées : les 16 (dans le cadre de la Quinzaine des réalisateurs) et 22 mai pour la journée du documentaire. Autant d’occasions pour Lech Kowalski de parler de la cause des GM&S . Il est d’ailleurs bien décidé à ce que l’attention dont il fera l’objet se porte d’abord sur le propos de son film, «le symbole de ces grandes lutte qui traverse la société»,  et sur cette grande famille des GM&S « avec qui on des contacts très réguliers et  dont je fais partie et j’en suis très fier.» Une grande famille qui vient de lancer un appel aux dons*, via l’association de soutien et de défense des salariés pour que ceux-ci puissent également se rendre au festival.  
Jérôme Davoine
* Pour faire un don, permettre aux salariés de se rendre sur la Croisette et donc d’y continuer le combat, voir https://www.leetchi.com/c/les-gms-sur-la-croisette.
 
Légende photo: Après les forces de l’ordre, les GM&S auront bientôt droit à Cannes grâce au film de Lech Kowalski (ici à gauche). Reste à financer le voyage des anciens salariés...

nike air max 1 hyperfuse