Fil info
23:59Creuse : Dîtes-le avec des fleurs... et des arbres | L'Echo https://t.co/paW3435n7a via
23:26 Va falloir remettre les bottes...
20:56 Décidément, entre départs de feu et incendies… C dans : https://t.co/3CUnCABuli https://t.co/9F2oTrL7Ui
20:51La Roche-Chalais : Les 300 m2 sont carbonisés… mais pourquoi ? -> https://t.co/28Xo4JP9HB
20:43Naves : Une rentrée tous azimuts à cheval et sans plastiques ! -> https://t.co/eJ3RJpWX2j
20:32 Avec 2 amis, 1 jeune de en ressuscite les "montres 24 h", qui perm… https://t.co/U2wk0eLS2J
19:24Vézac : Pour le respect des décisions de justice -> https://t.co/lsGusagRaP
19:22Périgueux : La gendarmerie sort de ses murs -> https://t.co/mAPf3VJYBN
19:19Périgueux : La Résistance vue par la jeunesse -> https://t.co/TToaYljkup
19:10Périgueux : Les pompiers de l’extrême sont de simples citoyens -> https://t.co/U6jBWZrcnZ
19:08Périgueux : Financer les retraites par l’égalité salariale -> https://t.co/NLQFbjLKvT
19:05Périgueux : La représentativité en question -> https://t.co/xgTh25PuPc
18:52# # - -Vienne : Bisbilles entre le Département et Limoges Métropole, Des problèmes de financement à la clé p… https://t.co/Fxb3E7qxED
18:52Argenton-sur-Creuse : Le dernier « Stop train » estival a encore mobilisé -> https://t.co/00rb0XyscZ
18:48Gournay : Des déchets que l’on ne peut ignorer et qui doivent diminuer -> https://t.co/vAC7n5YyvC
18:46Châteauroux : Une école de guitare a ouvert -> https://t.co/v59BejC83A
18:44Valençay : Énergies renouvelables : des exemples concrets présentés à E. Wargon -> https://t.co/9nhO3ozr5W
18:20# # - -Vienne : Salaires, retraite, service publics, logement...Mardi, c’est la rue qui va parler : -> https://t.co/ya2DvOZchk
18:14# # - -Vienne : L’aide à domicile, enjeu de société -> https://t.co/IpiecRne7d
18:10# # - -Vienne : Après les discours, la région doit agir -> https://t.co/bhp5AZoFFt
18:09Bergerac : Municipales : PS et EELV franchissent la marche libérale -> https://t.co/BhPA18pN3U
18:02# # - -Vienne : Théâtre de la Passerelle, une saison pour «s’aimer à tort et à travers» -> https://t.co/RNmc0QDgAS
16:01Périgueux : Crèche nouvelle, cuisine externe ? -> https://t.co/jINEBQhAk9
15:56 Martin Lesage, promo Marie Curie à l’ENA, fera sa 1ere sortie terrain à à . Ms les 1è… https://t.co/kLseehDc0Z
15:47France : Le nouveau secrétaire général s'appelle Martin Lesage -> https://t.co/PWZrYwU7Wh
15:46samedi, journée internationale de la Paix, on marche pour le climat et la biodiversité : déclaration à retrouver da… https://t.co/DzFfJi7SE9
15:29Brantôme : Ils ont ressuscité la montre 24h -> https://t.co/JJ90fSgMDl
15:15Boulazac : Le sport véhicule des valeurs importantes -> https://t.co/W3P1A4GeiT
15:14Périgueux : L’artère de tous les déplacements doux à l’honneur -> https://t.co/NzOFF6aong
11:11Corrèze : La Corrèze placée en «risque de feux de forêt très sévère» -> https://t.co/3aL871hw72
10:40Périgueux : « Jamais on n’aurait cru que l’agriculture tournerait comme ça… » | L'Echo https://t.co/Qr2XnVdIpu via
07:37Région : A Vassivière, des caméras parmi les brebis -> https://t.co/3oKpKtZuBZ
07:35# # - : Ce soir au Lido, «Taxi Téhéran» en soutien à l’avocate Nasrin Sotoudeh -> https://t.co/8PlrMSbOHS
07:33# # - -Vienne : Festival l’esprit des pierres, un premier acte de grâce -> https://t.co/IimTHvGeCW
07:31# # - -Vienne : C’est la Dolce Vita au Vigen -> https://t.co/ZTNpyRC88W
07:29# # - -Vienne : Demain et samedi, Festi’Zac de retour à Ambazac -> https://t.co/vJatMAMM50
07:29 "Le massif forestier ne doit pas reconquérir des espaces unique… https://t.co/aCnQVDsO8R
07:27Région : Solutions pour l’inclusion -> https://t.co/MyKWksPOyg
07:22Coulounieix-Chamiers : La filière bois ne doit pas compter sur le malheur des agriculteurs -> https://t.co/IZkdGXMS81

Les STO ne sont pas des collabos

Jean-Luc Giraud se bat depuis la Creuse, où il vit actuellement, pour que les travailleurs du STO (services du travail obligatoire) envoyés en Allemagne pendant la seconde guerre mondiale ne soient pas les oubliés des commémorations... et encore moins traités de «collabos» !

à l’approche des cérémonies du 8 mai, le creusois d’adoption Jean-Luc Giraud attire l’attention sur le STO (service de travail obligatoire), afin qu’il ne soit pas oublié dans les commémorations...

«Le devoir de mémoire pour les Résistants, je suis d’accord, mais on oublie souvent le service de travail obligatoire», regrette l’ancien postier. Si ce combat lui tient à cœur, c’est que son père, Albert Giraud, avait été mobilisé à Stettin, en Pologne, pendant 27 mois dans le cadre du STO... Un départ forcé, contraint. «Quand j’entends certaines personnes traiter les STO de collabos, je trouve ça honteux, ça me scandalise», évoque Jean-Luc Giraud. Carnets d’époque, photos et cartes postales en main, le fils d’Albert Giraud retrace le parcours de son père, témoignage de ces départs tout sauf volontaires des travailleurs français...

«Mon père, quand les Allemands l’ont pris, il était sur son lieu de travail à Angoulême. Il était encore en combinaison de travail de mécanicien dans le train pour Stettin. En passant par la Kommandantur, ils lui ont remis des tas de livrets, que j’ai toujours», relate Jean-Luc Giraud. Parmi ceux-ci, un dictionnaire d’époque français-anglais, et un petit carnet transformé en journal intime.

Albert Giraud, mécanicien poids lourds à Angoulême, avait tout juste 22 ans quand la gendarmerie est venue le chercher sur son lieu de travail le 8 février 1943. «C’était l’époque où l’on avait rendu la «conscription» au service du travail obligatoire pour tous les jeunes dès 22 ans». Malgré les protestations de son employeur, rien n’y a fait, il a été envoyé en service de travail obligatoire en Poméranie du Nord (aujourd’hui la Pologne).

Albert Giraud est resté vingt-sept mois dans un camp, en compagnie de travailleurs et prisonniers français, russes, ou encore polonais, à fabriquer des obus pour l’armée allemande. «Les conditions étaient celles d’un camp de prisonniers, avec de grands dortoirs de lits superposés, une soupe de rutabagas le soir... C’était très rare qu’il y ait deux repas par jour», relate Jean-Luc Giraud, soulignant qu’à son retour, son père ne pesait plus que 45 kilos... La seule chose qui distinguait Albert Giraud et les autres STO, c’était l’insigne cousu sur sa tenue rayée...

«Il en a vécu des vertes et des pas mûres», insiste son fils, évoquant les bombes incendiaires des bombardements alliés, l’évacuation de 200 corps de soldats allemands et de leurs familles dans un cinéma incendié, ... Pour finalement s’enfuir, une première fois le 26 mars 1945, retour au camp le 30 mars. «Ils se sont vraiment échappés peu de temps après, ils étaient à la frontière hollandaise le 8 mai 1945, à la frontière franco-belge le 12 mai, et mon père était de retour à Angoulême le 24 mai».

Malgré ces conditions, les STO n’ont jamais obtenu le statut de prisonniers du travail réclamé depuis des années, et Jean-Luc Giraud insiste pour qu’au moins ces derniers ne soient plus «traités de collabos, ils ont été contraints et forcés, ils n’ont rien demandé à personne,ils ont souffert comme les autres».

 

Légende photo: Jean-Luc Giraud se bat pour que les STO ne soient plus oubliés dans les cérémonies de commémoration du 8 mai.

Air Max 95 20th Anniversary