Fil info
22:40 Garder la mémoire pour soutenir notre tête !
21:33RT : Élections européennes : en Dordogne, les premiers résultats tombés donnent tous le RN en tête. Mauvaise soirée...
20:10RT : Tulle : bureau Latreille À où a voté François Hollande. Résultats : LREM 88 voix ; RN 65 voix ; PS 59 voix... Derr… https://t.co/mb1zchRGEP
19:54Châteauroux : Les lauréats Escapages désignés après une année de folles lectures -> https://t.co/L0Vj5HGXEk
19:49Châteauroux : L214 alerte sur le poids climatique de la viande -> https://t.co/tOeR7S7USK
19:47Le Blanc : Système de santé : chronique d’un « désastre annoncé » -> https://t.co/7zFDM3eJQx
19:45La Châtre-Langlin : Les « vieilles grands-mères » font recette -> https://t.co/ALcryrABfA
18:52Périgueux : Le climat a besoin du ferroviaire -> https://t.co/0m4H9LPq7M
18:49Périgueux : 220 Périgourdins ont défilé pour défendre l’avenir -> https://t.co/dmol3fv1uf
16:49 En espérant qu'ils ont rempli leur devoir de citoyen avant !
15:12Corrèze : Le tourisme à la mode virtuelle -> https://t.co/ETYmnaKlXZ
14:10 Toujours, toujours ✌️✌️
14:01 Il est sérieux monsieur le maire
12:43Élections européennes : le taux de participation à midi en Dordogne est de 25,06 % (contre 19,59 % en 2014 et 16,44 % en 2009).
06:30[Revue de Presse] Ça se passait comme ça à … Procès : les salariés n’ont rien oublié ! De p… https://t.co/SH46Xxvdal

Du glyphosate dans votre urine

Le Comité Glypho 87 a organisé hier à la salle municipale Jeanne-Nicot de Limoges la première session de don d’urine. Une cinquantaine de «pisseurs (in)volontaires de glyphosate» étaient présents pour cette première dont l’objectif est de prouver la présence du glyphosate dans l’organisme des Limousins.

En France, des milliers de citoyens ont déjà pratiqué des analyses d’urines pour déceler les traces de glyphosate, principal marqueur de notre ingestion quotidienne de pesticides.

Le premier constat de ces tests est sans appel, 100% des analyses ont été positives. Suite à cela, le comité Glypho 87, un collectif de militants écologistes qui regroupe plusieurs associations telles que les «Amis de La terre», «Limousin Nature Environnement», «Nous voulons des coquelicots» ou encore «Saint-Junien Environnement», a décidé de lancer sa propre campagne de don d’urine «c’est la première fois que ça se fait en Limousin... L’objectif est de voir si la molécule est présente dans le corps des Limousins et à quel taux» lance Jean-Louis Pagès, organisateur de la session et membre de Glypho 87. Pour assurer le bon déroulement de la procédure, deux huissiers de justice étaient présents, à l’image de maître François-Alexandre Delaire, huissier de justice à Limoges qui explique que des règles strictes doivent être appliquées. «Les donneurs doivent se mettre en sous-vêtements pour qu’on puisse s’assurer qu’aucun objet ni substance n’entre avec eux dans la salle de don prévue à cet effet» puis d’ajouter : «Une fois les dons récupérés et groupés, tout est mis sous scellés et envoyé par nous-mêmes aux laboratoires d’analyses». Venu passer le test, Lionel Lascaux, enseignant à Limoges explique «c’est important pour nous et pour les générations futures de savoir si nous portons cette substance ou pas et si tel est le cas, faire le forcing pour faire bouger les politiques pour une meilleure protection contre ces produits».

Pour information, le glyphosate est une molécule de synthèse créée par l’homme, elle est donc inexistante naturellement dans l’environnement. Celle-ci est utilisée comme herbicide qui inhibe une enzyme spécifique chez les plantes. Pour en faire un pesticide puissant, les fabricants mélangent 30% à 40% de glyphosate et 20% à 30% de co-formulants et le tout forme une solution aqueuse.

Une contre-expertise

«Aujourd’hui, la difficulté est que le règlement européen se base sur les résultats d’analyse des industriels sans demander de contre-expertise ce qui permet aux fabricants d’éviter les tests toxicologiques» s’indigne Pierre-Michel Perinaud, médecin et membre de l’AMLP (Alerte des Médecins sur les pesticides). Ce dernier estime qu’il y a «une alerte médicale importante» et que ces pesticides ont forcément un impact sanitaire en Limousin.

En Europe, plus de 1,3 million de personnes ont signé l’initiative citoyenne européenne «Stop glyphosate» pour demander à la commission européenne l’interdiction de la molécule. Ladite commission a procédé au vote et l’autorisation fut renouvelée avec une courte majorité. À noter que la France, l’Autriche, la Grèce et l’Italie on voté contre. Au niveau national, l’utilisation de la molécule est déjà interdite dans l’entretien des espaces verts et des espaces publics et ce, depuis le 1er janvier 2017. Cette année, la restriction s’est élargie pour toucher les particuliers. L’enjeu majeur reste le secteur agricole, premier consommateur d’herbicides. Mais l’interdiction ne peut se faire qu’avec une transition agricole réfléchie, planifiée et surtout concrète. Ce qui n’est pas vraiment à l’ordre du jour pour le pouvoir.

Massil Choubane

Légende photo: une bonne affluence pour cette première session de tests urinaires.