Fil info
21:46L'article de l' sur le projet d' à Saint-Saud Parc Naturel Régional Périgord-Limousin… https://t.co/AgK6rHNGub
20:28 Est-ce qu’ils ont fait visiter les abattoirs où sont envoyées leurs « bêtes de rente » ❓
19:50Issoudun : Un parc de sculptures ouvrira en février au musée -> https://t.co/JKWBeGwSLQ
19:49Châteauroux : [intégral] Une soirée « fripes et concert » -> https://t.co/sfa0L8LeVR
19:48Indre : Des enseignants toujours mobilisés -> https://t.co/vRsO6FBrLZ
19:38Dordogne : Bon élève, mais peut mieux faire -> https://t.co/geOE3Nr70r
18:50Dordogne : Beynac échauffe encore les esprits -> https://t.co/cDG9k9VHMr
18:18Canicule : En structure d’accueil, le Conseil départemental de la Haute-Vienne a prévu de financer jusqu’à 74 poste… https://t.co/5a2t9A7Kew
18:17Canicule : pour les personnes vivant à domicile qui recherchent des conseils et informations, un numéro vert nation… https://t.co/27B0mtWZxQ
17:01Journée foot et citoyenneté samedi au stade de La Bastide. en collaboration avec l’association angolaise et l’union… https://t.co/Vumrc5rLO5
16:43Les épreuves du brevet, prévues les 27 et 28 juin, sont reportées aux 1er et 2 juillet. Trop chaud !
16:41La Haute-Vienne placée en alerte orange canicule au moins jusqu'à dimanche.
16:39Bergerac : Cloître des Récollets : la CAB fait l’aumône auprès des mécènes -> https://t.co/GzdqsQcA4i
16:37RT : . annonce le report des épreuves du au 1er et 2 juillet.
16:36RT : Corrèze : Le niveau 3 du plan canicule activé en Corrèze -> https://t.co/Ju0Av9Wd9Z
16:33Corrèze : Le niveau 3 du plan canicule activé en Corrèze -> https://t.co/Ju0Av9Wd9Z
16:29Montrem : Et si on parlait défense des libertés et laïcité ? | L'Echo https://t.co/tboxihf5zc via
16:12Questionnaire municipal et agglo de l’association Guéret Terre de Gauche ⁦⁩ ⁦⁩ ⁦… https://t.co/KfbaCz5PPb
16:01RT : Canicule – La Bretagne ferme sa frontière face à l'arrivée massive de réfugiés climatiques https://t.co/qv9X0Lqw6n
15:54Marsac-sur-l'Isle : Les bidouilleurs attendus à l’Open -> https://t.co/k56ROfNHc8
15:52Brantôme : Le restaurant de la Roseraie a rouvert ses portes -> https://t.co/OZQk2Z7lnk
15:06Bergerac : Une clause d’insertion sociale pour le chantier de la Ligne 26 -> https://t.co/UdF0FNTuVl
09:31Région : En Corrèze, le Soudan soude les solidarités | L'Echo https://t.co/ybRgLEXW1y via
07:56France : Contre la privatisation des aéroports, la résistance s’organise -> https://t.co/7hNpefdZkO
07:48# # - -Vienne : Conseil municipal des enfants: des projets pour améliorer la vie des Limougeauds -> https://t.co/VdZFLtnHo1
07:46# # - -Vienne : Sport adapté: une passion commune pour la pratique sportive -> https://t.co/hdo8rFmLuF
07:44# # - -Vienne : Des portes ouvertes qui ont drainé les foules -> https://t.co/h1HSf4YgCJ
07:42# # - -Vienne : Un lieu unique qui mixe parfaitement sport, musique et détente -> https://t.co/HvpGgJgKdy
07:40Région : En Corrèze, le Soudan soude les solidarités -> https://t.co/cG7SjNphJ0
07:36Région : L’éolienne n’a pas le vent en poupe -> https://t.co/nXE3w9KP0G

Les migrants délogés du CRDP

A la suite d’une plainte déposée par le conseil régional de Nouvelle-Aquitaine, pour dénoncer la réquisition de l’ancien Centre régional de documentation pédagogique (CRDP) par le collectif Chabatz d’Entrar pour y mettre des migrants à l’abri, la préfecture de la Haute-Vienne a fait évacuer les lieux hier matin par les policiers de Limoges. Elle a proposé une solution d'hébergement provisoire, à Saint-Junien.

 

L’opération d’évacuation des migrants de l’ex-CRDP a eu lieu hier matin entre 7h et 7h30 à Limoges. Ce local inoccupé depuis 8 ans avait été réquisitionné par le collectif Chabatz d’Entrar, afin de pallier ce qu’il estimait être un manquement de

l’Etat en matière d'hébergement d’urgence. En effet, ce collectif dont l’objet est d’aider et d’accueillir les migrants, avait à plusieurs reprises sollicité les différents services de l’Etat pour les alerter sur le nombre de migrants (dont des enfants), sans-abri à Limoges, soit près de 200 personnes. Face à l’inaction de l’Etat, le collectif avait décidé de réquisitionner, en mai 2018, les anciens locaux du CRDP pour y mettre les familles à l’abri. Depuis, 90 personnes, dont 30 enfants, y avaient trouvé refuge. L’ex-CRDP étant la propriété de la Région, cette dernière avait saisi le tribunal administratif à l’été 2018 en vue d’expulser les locataires. Le tribunal l’avait dans un premier temps déboutée. En avril dernier, la Région avait déposé un nouveau recours, cette fois le tribunal administratif était allé dans son sens. Le tribunal avait laissé 15 jours aux migrants pour évacuer les lieux. Du coup depuis une dizaine de jours, les militants de Chabatz d’Entrar organisaient une veille au CRDP, ainsi qu’une chaîne téléphonique, dormant sur place pour rassurer les personnes hébergées. «Il y avait beaucoup d’incertitude et d’inquiétude, ils avaient très peur de se retrouver à la rue, un grand nombre de familles ayant également des enfants scolarisés sur Limoges» souligne Anne-Marie, du collectif.

La préfecture a proposé une solution et a fait savoir que «l’opération s’est déroulée dans le calme en présence des services de police et de la direction départementale de la cohésion sociale. Les occupants ont été invités à sortir des locaux en prenant leurs effets personnels, leurs affaires restent à leur disposition». Elle a voulu fournir à ces personnes une situation de logement décent, ce qui n’était pas le cas, selon elle, au CRDP qu’ils occupaient jusque là, à Limoges. Un hébergement temporaire dans un bâtiment appartenant au centre hospitalier, un ancien EHPAD situé à Saint-Junien, a été réquisitionné par le préfet à cet effet. Près d’une cinquantaine de personnes ont donc été acheminées à Saint-Junien en car. Elles ont été prises en charge sur place par la Croix-Rouge, pour une durée de 48 h. La préfecture a également indiqué qu’au regard du nombre d’enfants hébergés et scolarisés, le conseil régional proposera des bons de transport pour permettre aux enfants et leur accompagnateur d’emprunter le TER de Saint-Junien à Limoges jusqu’à la fin de l’année scolaire. «Les lieux libérés de toute occupation illicite ont été rendus au conseil régional qui se charge de mettre en place une surveillance» ajoute la préfecture.

Stéphane Lajaumont, pour le collectif, précise que la situation des migrants sera examinée au cas par cas, «nous les aidions déjà à régulariser leur situation, des demandes ont d’ailleurs été rejetées, donc on ne sait pas encore ce qu’il va se passer pour eux, certains risquent d’être expulsés. Nous continuerons à suivre cela de près». Hier lors de cette évacuation, un profond sentiment d’injustice se faisait sentir, car si une solution très provisoire vient

d’être trouvée pour ces migrants par la préfecture, la question centrale du manque d'hébergements disponibles en Haute-Vienne reste prégnante. «Les associations savent très bien qu’il faudrait créer 200 places d'hébergements d’urgence, or l’Etat n’a aucune intention d’y remédier. Nous, nous continuerons à marteler cette nécessité», ajoute Stéphane Lajaumont. Il estime que tant qu’on n’aura pas le courage politique d’un véritable accueil des migrants, ce type de situation se reproduira : «On pourra mettre en place toute l’armada législative répressive qu’on veut, rien n’y fera, alors soit on se donne les moyens d’une véritable politique d’accueil, soit on continue à laisser les migrants se noyer dans la Méditerranée, car lorsqu’on est dé-sespéré, rien ne pourra empêcher de chercher des meilleures conditions de vie. Il faut aussi arrêter de parler «d’invasion», car c’est totalement faux. Pour éviter de laisser les personnes à la rue, la solution est d’avoir une gestion cohérente de l’accueil en y mettant les moyens. Ensuite les collectivités pourront s'investir en fonction de leurs compétences».

La ville de Saint-Junien a appris très récemment l’arrivée des migrants, le directeur de cabinet de la mairie, Frédéric Sénamaud, rappelle qu’il s’agit là d’une décision de l’Etat, mais que la ville a une tradition d’hospitalité, «on fera en sorte que tout se passe pour le mieux en évitant toutes les polémiques possibles et les excès verbaux. Les migrants accueillis ici sont en situation régularisable, donc ils ne devraient rester que pour une durée limitée».

Légende photo: L’évacuation s’est faite hier matin dans le calme et sous la vigilance des policiers.