Fil info
07:24Région : Les dirigeants territoriaux francophones se rencontrent -> https://t.co/VuJ3UwXECG
06:52Pour la campagne des , ça chauffe déjà à Saint-Léon-sur-l'Isle. Dans ce bastion la liste sou… https://t.co/wYhb54aML7
06:48Saint-Léon-sur-l'Isle : Le maire sortant raccroche, un de ses adjoints candidat -> https://t.co/I8l8d02mB1
06:20Grun-Bordas : Une famille relogée après l'incendie de la maison -> https://t.co/Q7b914JAtN
06:05De nouveau, appelés cette nuit près de pour un départ d'incendie dans 1 maison. C dans… https://t.co/gPmA5zdzod
06:02Coulounieix-Chamiers : La maison brûle, elle saute du 1er étage près de Périgueux -> https://t.co/4gMR7K5EsL
23:59Creuse : Dîtes-le avec des fleurs... et des arbres | L'Echo https://t.co/paW3435n7a via
23:26 Va falloir remettre les bottes...
20:56 Décidément, entre départs de feu et incendies… C dans : https://t.co/3CUnCABuli https://t.co/9F2oTrL7Ui
20:51La Roche-Chalais : Les 300 m2 sont carbonisés… mais pourquoi ? -> https://t.co/28Xo4JP9HB
20:43Naves : Une rentrée tous azimuts à cheval et sans plastiques ! -> https://t.co/eJ3RJpWX2j
20:32 Avec 2 amis, 1 jeune de en ressuscite les "montres 24 h", qui perm… https://t.co/U2wk0eLS2J
19:24Vézac : Pour le respect des décisions de justice -> https://t.co/lsGusagRaP
19:22Périgueux : La gendarmerie sort de ses murs -> https://t.co/mAPf3VJYBN
19:19Périgueux : La Résistance vue par la jeunesse -> https://t.co/TToaYljkup
19:10Périgueux : Les pompiers de l’extrême sont de simples citoyens -> https://t.co/U6jBWZrcnZ
19:08Périgueux : Financer les retraites par l’égalité salariale -> https://t.co/NLQFbjLKvT
19:05Périgueux : La représentativité en question -> https://t.co/xgTh25PuPc
18:52# # - -Vienne : Bisbilles entre le Département et Limoges Métropole, Des problèmes de financement à la clé p… https://t.co/Fxb3E7qxED
18:52Argenton-sur-Creuse : Le dernier « Stop train » estival a encore mobilisé -> https://t.co/00rb0XyscZ
18:48Gournay : Des déchets que l’on ne peut ignorer et qui doivent diminuer -> https://t.co/vAC7n5YyvC
18:46Châteauroux : Une école de guitare a ouvert -> https://t.co/v59BejC83A
18:44Valençay : Énergies renouvelables : des exemples concrets présentés à E. Wargon -> https://t.co/9nhO3ozr5W
18:20# # - -Vienne : Salaires, retraite, service publics, logement...Mardi, c’est la rue qui va parler : -> https://t.co/ya2DvOZchk
18:14# # - -Vienne : L’aide à domicile, enjeu de société -> https://t.co/IpiecRne7d
18:10# # - -Vienne : Après les discours, la région doit agir -> https://t.co/bhp5AZoFFt
18:09Bergerac : Municipales : PS et EELV franchissent la marche libérale -> https://t.co/BhPA18pN3U
18:02# # - -Vienne : Théâtre de la Passerelle, une saison pour «s’aimer à tort et à travers» -> https://t.co/RNmc0QDgAS
16:01Périgueux : Crèche nouvelle, cuisine externe ? -> https://t.co/jINEBQhAk9
15:56 Martin Lesage, promo Marie Curie à l’ENA, fera sa 1ere sortie terrain à à . Ms les 1è… https://t.co/kLseehDc0Z
15:47France : Le nouveau secrétaire général s'appelle Martin Lesage -> https://t.co/PWZrYwU7Wh
15:46samedi, journée internationale de la Paix, on marche pour le climat et la biodiversité : déclaration à retrouver da… https://t.co/DzFfJi7SE9
15:29Brantôme : Ils ont ressuscité la montre 24h -> https://t.co/JJ90fSgMDl
15:15Boulazac : Le sport véhicule des valeurs importantes -> https://t.co/W3P1A4GeiT
15:14Périgueux : L’artère de tous les déplacements doux à l’honneur -> https://t.co/NzOFF6aong

Agriculture: Pour le Modef, c'est «au législateur d’imposer les prix»

Samedi, les exploitants familiaux du Modef de Creuse, Corrèze et Haute-Vienne étaient mobilisés devant Carrefour Boisseuil pour dénoncer l’échec de la loi Agriculture et Alimentation sur l’évolution de leurs revenus. S’ils interpellent l’Assemblée nationale pour imposer des prix planchers permettant leur juste rémunération, ils en appellent aussi à une prise de conscience plus forte des consommateurs.

 

«Une situation de mal-vi-vre jamais connue auparavant». Samedi, c’est en toute convivialité que les adhérents creusois, corréziens et haut-viennois du Modef se sont réunis devant l’hypermarché Carrefour de Limoges-Boisseuil pour dénoncer l’échec de la loi Agriculture et Alimentation. «Au lendemain de l’élection du président de la République, on nous a promis des états généraux de l’alimentation et des prix rémunérateurs pour les agriculteurs rappelle Jean Mouzat, président du MODEF. On nous a assuré que les grands distributeurs et transformateurs allaient jouer le jeu et qu’on allait voir ce qu’on allait voir ! Sauf qu’à ce jour, six mois après la promulgation de la loi, rien ne bouge. Encore une fois, nous avons été bernés. à l’heure actuelle, nombre d’agriculteurs se retrouvent dans une situation critique, ce qui entraîne une catastrophe sociale et chacun connaît des cas particuliers où la misère s’installe dans les exploitations. Aujourd’hui, cette crise profonde, qu’on subit terriblement, impose de donner une autre dimension à l’aménagement du territoire. Celle d’un revenu pour les agriculteurs qui, avec les commerçants et artisans, font la vie des territoires».

Quatre centrales d’achat pour 10 000 fournisseurs, la primeur accordée aux importations pour casser les prix, des grandes surfaces bénéficiant de 522 millions d’euros de CICE, +4% d’augmentation des prix à la consommation depuis le 1er février pour un prix d’achat des produits à l’agriculteur diminué de 0.4%... Pour le Modef, le temps du renforcement des règles encadrant les pratiques de la grande distribution est une urgence vitale, à partir des coûts de production.

«Le prix du bovin viande à l’éleveur n’a pas bougé depuis trente ans alors que les charges ont augmenté sur les exploitations abonde Sophie Bezeau, directrice du MODEF et épouse de paysan éleveur en Corrèze. Ce qui nous oblige à diminuer certaines charges -de mécanisation par exemple- avec pour résultat plus de temps de travail, de pénibilité, toujours moins de revenus, et des prêts de trésorerie obligatoires pour passer le cap. Nous attendons du gouvernement qu’il agisse pour que le revenu des paysans augmente. Ainsi que l’interdiction de commercialisation des 10 à 20% de produits importés ne respectant pas les normes françaises».

Autour d’un barbecue de viande locale proposée à l’entrée de l’hypermarché, les exploitants familiaux distribuent des tracts expliquant leurs difficultés et revendications, dont l’aboutissement passe aussi par une prise de conscience plus forte du consommateur. «Nous sommes ici pour que les gens prennent conscience que la profession subit des politiques délétères qui se répercutent aussi sur leur porte-monnaie. Aujourd’hui, le consommateur tend à revenir vers plus de proximité et de qualité. Et je crois qu’on va s’appuyer là dessus» poursuit Jean Mouzat. La conversation s’engage avec les passants, qui s’arrêtent volontier pour échanger.

«On décourage les jeunes qui veulent s’installer, il y a trop de contraintes. Et les dégâts sont considérables sur nos campagnes de plus en plus désertées dénonce Gérard. On paie cher une politique agricole européenne qui pénalise la nôtre. Et nous consommateurs, sommes en quelque sorte pris en otage, parce que bien souvent on fait ses courses en fonction du temps qu’on a, au plus pratique».

«Nous venons de la campagne, la logique pour l’alimentaire, c’est de privilégier les productions locales et d’éviter les autres» poursuit ce jeune couple.

«Aujourd’hui les coefficients multiplicateurs sont de 3, 4, 5, 6... il n’y a pas de limite. J’avais proposé au président de la République la mise en œuvre de prix planchers : il nous a répondu directives européennes et concurrence libre et non faussée conclut Jean-Mouzat. L’Europe nous écrase avec la complicité de la politique nationale, alors qu’il suffirait d’une volonté politique forte pour organiser la mise en œuvre d’un revenu pour nos agriculteurs. Il faut que le législateur l’impose au travers de prix planchers avec un coefficient multiplicateur permettant de répartir l’ensemble des marges sur la filière. L’Assemblée nationale peut et doit s’en donner les moyens. Parce qu’aujourd’hui après quarante ans de carrière,

je vais vendre mes bêtes moins chères que je les ai payées quand je me suis installé. C’est ça la

réalité».Samedi, les exploitants familiaux du Modef de Creuse, Corrèze et Haute-Vienne étaient mobilisés devant Carrefour Boisseuil pour dénoncer l’échec de la loi Agriculture et Alimentation sur l’évolution de leurs revenus. S’ils interpellent l’Assemblée nationale pour imposer des prix planchers permettant leur juste rémunération, ils en appellent aussi à une prise de conscience plus forte des consommateurs.

Isabelle Haderer

Légende photo: Les exploitants familiaux ont échangé avec les consommateurs autour d’une dégustation de viande locale.

 

Air Jordan 2017 Casual Shoes