Fil info
10:07 Ds 1 VIDÉO, les descendants de agent de liaison de disent ce que l… https://t.co/8o39P6S0RN
09:53Trélissac : Le nom des rues donne du sens au quotidien -> https://t.co/XjFXwFpSJ2
07:58 Et, peu à peu, le s'est enflammé… Les premiers points du https://t.co/NfvwRDV6M7
07:50Boulazac : (VIDÉO) Boulazac reçoit… et cueille Monaco -> https://t.co/3WJaodJjdZ
23:35Trélissac : (VIDÉO) A 15 ans, Héléna est "inspirée" par la figure de Roger Ranoux, son grand-père -> https://t.co/JkFOSGhrXF
22:37Victoire à domicile des Panthères de Feu du face à sur le score de 31 à 23. Bravo ! En… https://t.co/amH0xhXydC
16:42RT : Il ne faut pas tout mélanger. On a essayé de nous entraîner sur la question de la grève et de la mobilisation. Ce n… https://t.co/BU5mLjKS99
16:37RT : La nouvelle saison du Hot Club commence par un retour aux sources du jazz avec l'orchestre "Mem’Ory" lundi… https://t.co/o6OUOkUN3N
16:35RT : Évidemment il est plus simple de dénoncer la galère des usagers que d'expliquer le pourquoi de l'application du dro… https://t.co/wytPkLcHTd
16:31RT : La réaction du de à démontre un durcissement de la réaction au mouvement… https://t.co/kMVzfWwLgQ
16:30RT : Édouard Philippe qui demande des “suites judiciaires” contre les grévistes de la SCNF.. quelle horreur ce gouvernem… https://t.co/uFgpB3LRET
16:29RT : . annonce des suites judiciaires contre les cheminots. La répression comme seul arme face à des chemino… https://t.co/H9jNtWeV9X
16:29 Qu'auraient-ils fait à la place du conducteur du train dans les Ardennes? Ils auraient trouvé la situa… https://t.co/jH2MqZrl5j
16:26RT : Ce gouvernement ne veut jamais rien négocier. Rien. Il enfume systématiquement sur « l’écoute », la « concertation … https://t.co/fte4awOJOw
15:40Périgueux : FO Dordogne durcit le ton : une grève pourrait se déclarer bientôt -> https://t.co/KZcQydTMex

L’éolienne n’a pas le vent en poupe

Le PNR Périgord-Limousin fait face actuellement à une crise l’opposant aux hébergeurs. En effet, dans le cadre du développement des énergies renouvelables sur son territoire, le PNR affiche une neutralité sur des projets éoliens qui ne satisfont pas ces hébergeurs. Plusieurs projets situés sur la partie périgourdine du PNR voient le jour. En Dordogne, comme en Haute-Vienne, la fronde s’organise de crainte d’une «contagion».

La transition énergétique n’est pas chose aisée. à chaque projet photovoltaïque ou éolien, son lot de contestations. Le PNR Périgord-Limousin n’échappe pas à la règle. En effet, depuis plusieurs semaines, les hébergeurs touristiques de ce périmètre ont entamé une démarche pour sensibiliser les élus locaux à ce qu’ils considèrent être «la problématique du grand éolien industriel qui cherche à s’implanter sur le territoire» (voir encadré). Pour ces hébergeurs situés en Dordogne et en Haute-Vienne, «les déploiements éoliens annoncés vont clairement remettre en cause la politique touristique et les investissements réalisés sur le territoire pour accueillir davantage de touristes». Un comité syndical du Parc s’est tenu en fin de semaine dernière à la salle des fêtes de Ladignac-le-Long en Haute-Vienne, commune qui vient de rejoindre le PNR. Bernard Vauriac, l’actuel président du PNR, estime que les projets doivent s’étudier au cas par cas en fonction des études d’impact, «l’ordonnance de janvier 2017 ne considère plus les PNR comme entités qualifiées pour donner un avis», indique Bernard Vauriac, «c’est l’Etat qui a la main et cela, quelle que soit la décision qu’on pourrait rendre». D’où sa volonté de ne plus rendre d’avis sur de tels projet. C’est ce que lui reprochent les hébergeurs qui craignent que cette position ouvre ainsi «grand la porte aux promoteurs éoliens qui vont s'engouffrer dans la brèche. Il contribue à la simplification des procédures concernant les projets ayant des impacts environnementaux». Les hébergeurs du parc ne sont pas d’accord avec cette approche, c’est ce qu’ils étaient venus dire lors du comité syndical. «Jusqu’à présent, le PNR avait toujours donné un avis» précise Stephan Pelletier, un des hébergeurs de Dordogne. Il précise faire partie d’un collectif qui regroupe 35 hébergeurs situés en Dordogne et en Haute-Vienne, tous installés dans le périmètre du Parc : «Les hébergeurs de Dordogne seront mobilisés pour les projets en Haute-Vienne et réciproquement car, lorsque nous envoyons nos clients vers un spot touristique, il n’y a pas de frontière entre les deux départements. Et il y a plusieurs projets éoliens en discussion. C’est pourquoi nous sommes organisés et déterminés à préserver ce beau territoire. Pour la plupart, nous sommes membres du réseau tourisme durable du Parc. Nous sommes très sensibles à la cause écologique pour laquelle nous sommes engagés au quotidien» Il explique que le collectif mise sur la nature préservée, la sérénité des paysages et la biodiversité à portée. «L’installation d’aérogénérateurs géants de 200m en bout de pale constituerait un réel handicap pour le tourisme». Ce collectif dénonce les atteintes à la biodiversité de ces projets et notamment des implantations en pleine forêt. «L’humanité a détruit près de la moitié des forêts sur cette planète. Il est temps que cela s’arrête et pour cela, nous demandons à privilégier des installations d’énergies renouvelables qui utilisent des espaces où l’homme a déjà posé son empreinte. Il existe à notre avis encore beaucoup de toitures à équiper en photovoltaïque avant d’aller planter des éoliennes sur-dimensionnées dans des territoires peu venteux».

Le quorum n’a pas été atteint lors du comité syndical. Le vote n’a donc pas pu avoir lieu, mais pour autant, Bernard Vauriac a laissé la parole aux opposants venus à près d’une trentaine. Ceux-ci en ont profité pour réitérer leur demande auprès du PNR afin qu’il dépose officiellement un avis défavorable au projet de la Queue d’Ane comme l’ont fait récemment les scientifiques et la société civile avec le conseil d’orientation du PNR. «Les discussions ont duré 3 heures permettant à chacun d’exprimer son point de vue. Nous avons pu rappeler que nous sommes dans une démarche de territoire à énergie positive, si tout le monde est d’accord avec ça, ce sont les modalités qui posent problème et car on dit «pas dans mon jardin»» regrette le président du PNR.

Une nouvelle réunion aura lieu d’ici quelques jours. En attendant chacun reste sur ses positions. La tension n’est donc pas près de retomber.

Fatima AZZOUG

Légende photo: L’installation de parcs éoliens reste toujours aussi polémique.

Nike Tn Air Max Plus