Fil info
19:33Issoudun : Hôpital : la télémédecine c’est maintenant -> https://t.co/Zn3L2f1M3l
19:33 88%? On ne m'a jamais demandé mon avis...
19:30Déols : Dix-huit candidates pour une seule place de Miss Centre -> https://t.co/ms5IXRRMnw
19:28Châteauroux : L214 sur le marché pour dénoncer les conditions d’élevage -> https://t.co/dQjjde0KjI
19:25Le Poinçonnet : Très bons débuts du Poinçonnet -> https://t.co/tBZ7j4U1wL
19:07Coulounieix-Chamiers : Préfet Frédéric Perissat : « nonobstant la loi chasse, je reste le patron » -> https://t.co/WGQBNSjKM6
18:36Périgueux : Prise de conscience de l’urgence climatique et sociale -> https://t.co/3npg9YL2Rs
18:19RT : Pour un Jean-François choqué, l’incarcération de est particulièrement sévère au regard de son âge. Venant… https://t.co/oRDsTLZrE8
18:18RT : La droite qui s’indigne de l’incarcération de Patoche c’est la même qui a fait du « laxisme de la justice » son fon… https://t.co/YWj0Z29AGn
18:04Saint-Laurent-sur-Manoire : Une troisième saison riche de découvertes -> https://t.co/Ksxua3wlZj
18:04RT : [A LA UNE A 18h00] De nouvelles scènes de violence ont émaillé des manifestations interdites à Hong Kong, la police… https://t.co/3SuiyShqYU
18:00Castelnaud-la-Chapelle : Sensibiliser le public aux enjeux du climat et de la biodiversité -> https://t.co/00uPHwNESp
14:18RT : Merci aux ⁦⁩ ⁦pour cette article sur le train des primeurs. Ils confirment mes propos ainsi que ceux de ⁦… https://t.co/a1wVulXTlH
08:26Périgueux : (VIDÉO) Jean-Philippe Granger : "le monde agricole est aussi des négociations sur le réforme des retrai… https://t.co/quugxSk02B
07:08Chancelade : Deux incendies, une maison totalement détruite aux portes de Périgueux -> https://t.co/zJ68vKjs43

La bataille de Fatima et son bébé pour obtenir un endroit où dormir

Après avoir sonné à pas mal de portes et désespérant de ne pas trouver de solution pour loger Fatima et son bébé, l’union locale CGT nord de Limoges Beaubreuil a fini par alerter la presse. Et finalement, une place en chambre d’hôtel a été accordée à la jeune maman et son nourrisson.

«Je ne sais pas quel levier a fonctionné. Peut-être l’addition de toutes nos démarches» se demande Angel, membre de l’UL CGT de Limoges, également très investie aux côtés des militants du collectif de soutien aux migrants, Chabatz d’entrar. Quand elle a rencontré Fatima, 34 ans, cette dernière venait juste d’accoucher... et était à la rue.

Arrivée du Maroc, Fatima passe d’abord une année en Allemagne, où elle suit des études pour devenir ingénieure. Mais au moment de renouveler son titre de séjour, un problème se pose : la jeune femme ne peut pas justifier de liquidités suffisantes sur son compte bancaire, comme l’exige l’administration allemande.

En pleine grossesse, elle se sépare de son conjoint et prend la direction de la France, incitée par une amie qui lui propose de l’accueillir quelques jours. C’est ainsi qu’elle débarque à Limoges et qu’elle commence un véritable parcours du combattant. D’abord, elle est hébergée quinze jours au centre d’hébergement et de réinsertion sociale (CHRS) l’Abris avant d’être dirigée vers la Croix-Rouge, où elle se sent «très mal accueillie, pour ne pas dire méprisée» explique Fatima. C’est alors qu’elle prend contact avec l’association Emmaüs qui lui offre un lit pour un mois, Fatima est alors dans son sixième mois de grossesse. Jusqu’a son accouchement,

la future maman est ensuite accueillie dans un autre CHRS, au foyer Saint-Augustin.

Mais une fois son petit Ilyes mis au monde, Fatima se retrouve dans une impasse. Forcée de s’orienter de nouveau vers le 115, aucune solution ne lui ai proposée. Sauf celle de lui retirer son enfant : «J’ai été reçue au 115 où je me suis sentie vraiment méprisée. On m’a dit que je mettais la vie de mon bébé en danger et que la seule solution était de le confier aux services sociaux».

Dépitée, Fatima se rend au restaurant social La Bonne Assiette où elle fait la connaissance d’une famille qui lui parle du collectif Chabatz d’entrar. Elle rencontre Angel qui, indignée par la situation de Fatima, multiplie les coups de fils auprès du 115, du département et de la préfecture, menaçant de contacter la presse. Et comme un miracle, le 115 finit par rappeler la jeune femme pour lui faire part d’une bonne nouvelle : elle et son bébé pourront loger dans une chambre d’hôtel pour une durée (renouvelable) de trois mois.

«C’est une bonne nouvelle mais il ne faut pas trop vite se réjouir. Le cas de Fatima est un cas d’école. Il n’y a pas un jour qui passe sans qu’une situation similaire apparaisse» souligne Angel. Voilà pourquoi le collectif Chabatz d’entrar fait pression de tout son poids pour obtenir «un lieu avec 200 lits sur Limoges». Malgré des bonnes volontés, comme celles du Département par exemple, l’état ne semble toujours pas vouloir

être le moteur d’un tel projet.

Johan Detour

 

Photo : Si Fatima a trouvé une solution pour au moins trois mois, les besoins en hébergement restent importants.