Fil info
10:52 si vs lisez l’histoire de Laurent, fauché par 1 chauffard à 12 ans... tjrs au à 39 an… https://t.co/mUr0Y0ztjS
10:41Périgueux : « Travailler dans une bibliothèque, ce serait le rêve » -> https://t.co/Om386ffkdU
08:48Marsac-sur-l'Isle : Dixième salon animalier du Périgord : coup d'envoi au parc des expo' ! -> https://t.co/p6CLIkLE08
07:47France : Nouvelle exposition au musée de la Résistance, regard sur les brigades internationales -> https://t.co/caNMHLqoaD
07:44# # - -Vienne : Les Petits Ventres, un succès sans cesse renouvelé! -> https://t.co/TTzFlA4Xuk
07:41Région : A la découverte de l’architecture contemporaine -> https://t.co/OSBGQvtF79
07:37Région : A Limoges, la voie du «faire pour apprendre» -> https://t.co/SqNTZduZAH
04:00La Douze : Un motard gravement blessé au sud de Périgueux -> https://t.co/MsiSO6cCfK
21:47 Un fait'div ! Vous ne vous sentez plus à Limoges...
20:36Périgueux : Juste "une pension digne du travail effectué" -> https://t.co/WJfjd1lZNU
20:29Le Blanc : Concert exceptionnel du chœur Mikrokosmos à Saint-Génitour -> https://t.co/NGRUEp7bS2
20:26La Châtre : La gauche se positionne et élabore dix propositions -> https://t.co/QVKtmmPuHT
20:22Châteauroux : Le nouveau quartier sur le site des 100 000 Chemises prend forme -> https://t.co/3YLUgPgWbG
20:19France : La question des enjeux alimentaires fait son cinéma -> https://t.co/FNy0X1qgvB
19:24Boulazac : Face à face poids-lourd-voiture : un mort et un blessé grave près de Périgueux -> https://t.co/JbGEj2ICby
19:19Périgueux : Pour l’égalité des parents devant la loi -> https://t.co/HrDXS6XflH
17:35🛑 en cours près de , route de Buxerolles à . Une voiture serait sur le toit, les pompiers… https://t.co/w8pRkLy9wh
17:00RT : Jusqu'à ce soir, venez profiter de l'ambiance conviviale et gourmande de la 47e édition de la Frairie des petits ve… https://t.co/AvYoXrK1ER
16:44RT : Sarlat-la-Canéda : Des inquiétudes partagées par les professionnels de santé -> https://t.co/KJMIm8TvxW
16:44RT : Jusqu'à ce soir, venez profiter de l'ambiance conviviale et gourmande de la 47e édition de la Frairie des petits ve… https://t.co/AvYoXrK1ER
16:43RT : Viam : Des câbles de fibre optique vandalisés -> https://t.co/USG2IZ4mxU
16:42Jusqu'à ce soir, venez profiter de l'ambiance conviviale et gourmande de la 47e édition de la Frairie des petits ve… https://t.co/AvYoXrK1ER
16:40Sarlat-la-Canéda : Des inquiétudes partagées par les professionnels de santé -> https://t.co/KJMIm8TvxW
16:38Perturbations en Limousin aujourd'hui dans la circulation des trains, après le droit de retrait observé par les che… https://t.co/zH6DyVFLAa
16:35Périgueux : Le Zéro risque, une culture -> https://t.co/WWnBdnpQYh
16:34Viam : Des câbles de fibre optique vandalisés -> https://t.co/USG2IZ4mxU
16:29RT : Maurice Papon qui, faut il le rappeler, aura dans sa vie mis successivement les juifs dans les trains et les arabes… https://t.co/figlLMjJD1
14:03Si le maire de persiste avec pour SON projet ce dernier risque d’ê… https://t.co/sutXSicJhC

Entreprises, la folie du court terme

Pour s’assurer le soutien de son actionnariat, une entreprise côtée en bourse doit générer une rentabilité immédiate. Avec donc un quotidien où, inlassablement, il faut satisfaire l’insatiable appétit des rentiers. Quitte, in fine, à réduire l’investissement et menacer la pérennité de l’organisation.

Deux ans à peine. Deux petites années pour tenter d’inverser le cycle infernal du réchauffement climatique. Vu l’ampleur de la tâche, on sait déjà qu’on n’y parviendra pas. Pourtant, cela fait bien des années que les prévisionnistes ont tiré la sonnette d’alarme. Depuis, rien ou presque. Ou plutôt si, une fuite en avant qui résume le train fou du libéralisme-roi qui fonce dans le mur à tombeau ouvert.

Un libéralisme qui a depuis longtemps perdu le réflexe de voir plus loin que le bout de son nez. Un exemple ? Dans cette (très) grande entreprise du Limousin, le court terme est devenu la règle cardinale. Un salarié témoigne : «Quand il y a des clients qui viennent visiter l’entreprise, le chemin est balisé.» Car faute d’entretien, il y a des équipements à éviter. «Certaines machines, on les appellent les friteuses, tellement elles font d’huile.»

Mais pourquoi ne pas réparer l’outil de production tant qu’il est encore temps ? «Il y a quelques années, c’est quelque chose qui se faisait en interne mais pour faire des économies, on a décidé d’externaliser ce travail.» Une sous-traitance rentable... à court terme. Mais au fil du temps «ces mêmes sous-traitants qui ont d’abord cassé les prix pour obtenir le marché ont ensuite remonté leurs tarifs. L’entretien coûtant plus cher, on le repousse.» Parfois, un cadre nouvellement arrivé s’étonne de telle procédure qui, si on s’y attardait, pourrait être beaucoup plus performante. «Et là on lui répond oui, c’est comme ça qu’on faisait avant mais on a arrêté... pour faire des économies.»

Dans d’autres sociétés, pour faire face aux difficultés financières du moment, on charge la charrette des licenciements ou on ne remplace plus celui qui part à la retraite. Ceux qui restent sont chargés d’éponger le surcroît de travail et ça tient, jusqu’à ce que les conséquences se fassent sentir. «Chez nous, il y a des arrêts maladie sans arrêt, pour des entorses, des inflammations du canal carpien, énumère Annie-Claire, salarié en EHPAD. Parfois, vous rentrez chez vous et ça déborde, avec la fatigue ou parce qu’on n’est pas contente de notre travail.» Patrick Chaumeil, secrétaire en Haute-Vienne de la CGT remarquait ainsi dernièrement «qu’à la commission de réforme, là où on traitait avant des dossiers de salariés de 52 ans, c’est tombé à 45 ans.»

Plus largement, la préférence pour le court terme se manifeste aussi du côté du consommateur dans le développement du crédit ou, dans les opérations financières, par un niveau élevé du taux d’actualisation. Un taux qui repose sur les recettes attendues d’un investissement, mais qui interdit de valoriser cet investissement quand il renvoie à un bénéfice à percevoir au-delà d’une décennie.

De la même manière, les résultats des sociétés sont évalués à travers les normes internationales d’information financière. Des normes qui valorisent les actifs et les passifs en valeur actuelle de marché, au seul bénéfice des investisseurs professionnels qui, au-delà des bénéfices, font leur beurre via les transactions boursières elles-mêmes dans une logique du court terme le plus extrême. Contre l’intérêt des salariés, des sous-traitants, des fournisseurs, des clients. Donc de l’entreprise.

 

Photo : La logique des marchés financiers poussent les entreprises à se désintéresser du temps long. (Photo J.D.)