Fil info
16:42RT : Il ne faut pas tout mélanger. On a essayé de nous entraîner sur la question de la grève et de la mobilisation. Ce n… https://t.co/BU5mLjKS99
16:37RT : La nouvelle saison du Hot Club commence par un retour aux sources du jazz avec l'orchestre "Mem’Ory" lundi… https://t.co/o6OUOkUN3N
16:35RT : Évidemment il est plus simple de dénoncer la galère des usagers que d'expliquer le pourquoi de l'application du dro… https://t.co/wytPkLcHTd
16:31RT : La réaction du de à démontre un durcissement de la réaction au mouvement… https://t.co/kMVzfWwLgQ
16:30RT : Édouard Philippe qui demande des “suites judiciaires” contre les grévistes de la SCNF.. quelle horreur ce gouvernem… https://t.co/uFgpB3LRET
16:29RT : . annonce des suites judiciaires contre les cheminots. La répression comme seul arme face à des chemino… https://t.co/H9jNtWeV9X
16:29 Qu'auraient-ils fait à la place du conducteur du train dans les Ardennes? Ils auraient trouvé la situa… https://t.co/jH2MqZrl5j
16:26RT : Ce gouvernement ne veut jamais rien négocier. Rien. Il enfume systématiquement sur « l’écoute », la « concertation … https://t.co/fte4awOJOw
15:40Périgueux : FO Dordogne durcit le ton : une grève pourrait se déclarer bientôt -> https://t.co/KZcQydTMex
10:52 si vs lisez l’histoire de Laurent, fauché par 1 chauffard à 12 ans... tjrs au à 39 an… https://t.co/mUr0Y0ztjS
10:41Périgueux : « Travailler dans une bibliothèque, ce serait le rêve » -> https://t.co/Om386ffkdU
08:48Marsac-sur-l'Isle : Dixième salon animalier du Périgord : coup d'envoi au parc des expo' ! -> https://t.co/p6CLIkLE08
07:47France : Nouvelle exposition au musée de la Résistance, regard sur les brigades internationales -> https://t.co/caNMHLqoaD
07:44# # - -Vienne : Les Petits Ventres, un succès sans cesse renouvelé! -> https://t.co/TTzFlA4Xuk
07:41Région : A la découverte de l’architecture contemporaine -> https://t.co/OSBGQvtF79
07:37Région : A Limoges, la voie du «faire pour apprendre» -> https://t.co/SqNTZduZAH
04:00La Douze : Un motard gravement blessé au sud de Périgueux -> https://t.co/MsiSO6cCfK
21:47 Un fait'div ! Vous ne vous sentez plus à Limoges...
20:36Périgueux : Juste "une pension digne du travail effectué" -> https://t.co/WJfjd1lZNU
20:29Le Blanc : Concert exceptionnel du chœur Mikrokosmos à Saint-Génitour -> https://t.co/NGRUEp7bS2
20:26La Châtre : La gauche se positionne et élabore dix propositions -> https://t.co/QVKtmmPuHT
20:22Châteauroux : Le nouveau quartier sur le site des 100 000 Chemises prend forme -> https://t.co/3YLUgPgWbG
20:19France : La question des enjeux alimentaires fait son cinéma -> https://t.co/FNy0X1qgvB

Procès bébé «du coffre» : l’insoutenable et l’insaisissable

Entre l’incontestable et l’insaisissable: le procès en appel de l’affaire Séréna, le bébé dit «du coffre» (de voiture) découvert après deux ans de carences, oscille entre les descriptions crues, implacables, de l’état de l’enfant et l’évaluation, controversée, du degré de conscience de la mère.

La cour d’assises d’appel de Limoges, qui rejuge Rosa da Cruz jusqu’au 16 octobre, pour violences volontaires ayant entraîné infirmité permanente sur mineur par ascendant, a entendu mardi, avec forces détails, l’état «déplorable» du bébé découvert le 25 octobre 2013.

La «petite était au fond du coffre, au milieu de sacs poubelles, à côté d’un couffin immonde» a expliqué Denis Latour, garagiste qui le premier a ouvert le coffre, alerté par un collègue sur les gémissements et l’odeur qui en émanaient. Une odeur de «putréfaction» qui amènera un gendarme scientifique à chercher longtemps dans la voiture trace d’un bout de cadavre. Une enfant «très chétive», «extrêmement sale», qui «ne parlait pas, ne bougeait pas», baignant dans une «odeur nauséabonde», «insoutenable», ont décrit des gendarmes. «Des collègues ont dû s’écarter pour aller soulager leur estomac». «C’était la première fois que je voyais un enfant vivant dans cet état», dira l’un d’eux.

L’enfant était «toute nue, transpirait, cherchait la respiration», comme «noyée par le manque d’oxygène, asphyxiée par les excréments», poursuit le garagiste. «186 battements (de cœur) par minute, une température à 38,2°C» à l’arrivée au CHU de Brive. Des pompiers diront qu’à une demi-heure près l’enfant aurait été en grand danger.

Le sort de Séréna s’est joué à peu de choses: si, au bout du déni de grossesse, la mère n’avait pas été seule à 6h40, si les contractions étaient survenues en plein jour, en présence de tiers, de son concubin, «les choses se seraient passées autrement», assure Rosa da Cruz.

Comme pour son fils Alexandre né en 2004, lui aussi «expulsé» au bout d’un déni de grossesse, mais avec la famille autour. Mais pour Séréna, Rosa accouche seule au sous-sol, «panique», et s’enferme dans un «engrenage» inouï qui la voit cacher et confiner Séréna 23 mois.

«Mal traitée, en un mot ou deux»

L’enfant est gardée entre la voiture, un réduit au rez-de-sol, sans que personne ne sache, n’entende, dans la maison de Brignac-la-Plaine, en Corrèze. Malgré la télévision allumée en permanence, malgré le bruit à l’étage de trois enfants de 8, 7 et 2 ans. Et même si le père entendait «marcher le micro-ondes la nuit» (pour les biberons). Le concubin, décrit comme souvent alcoolisé, qui assure n’avoir rien su de la grossesse ou de l’existence de Séréna, a bénéficié d’un non-lieu. Gravement malade, il ne devrait pouvoir être entendu à Limoges.

Ces «deux vies, une avec ma famille, une avec Séréna», comme tentera d’expliquer Rosa da Cruz, sont revenues mardi dans des débats dominés par les témoins, secouristes, médecins. Et les déclarations de la mère aux enquêteurs alors, qui dissonent avec la «sidération», la «chosification» ou le «déni d’enfant» invoqué depuis par la défense. «Ce qui ne pouvait pas être ignoré, c’est la souffrance de cette enfant», résumera un légiste expert. «Mal traitée, en deux mots et en un seul mot».

«Immédiatement, spontanément, elle dit que l’enfant est sa fille, qu’elle s’appelle Séréna. A plusieurs reprises elle se référera [sa] fille», dira un gendarme des premiers interrogatoires. Elle raconte qu’elle «lui faisait des câlins, lui parlait, à plusieurs reprises elle lui a demandé pardon», dira une autre enquêtrice.

«Oui, je sais, c’est pas bien», lâchera-t-elle au garagiste stupéfait devant le coffre ouvert. Qui la trouvera «très calme, zen», pendant que pompiers et gendarmes s’affairent autour du bébé, avant de l’emmener. «Elle devait être au bout, elle est venue chercher de l’aide...», dit le garagiste chez qui la mère a conduit la voiture.

Rappelons que, condamnée en première instance à deux ans de prison ferme, Rosa da Cruz encourt 20 ans de réclusion.

 

Photo: Chrystèle Chassagne-Delpech, l'avocate de Rosa Maria Da Cruz.