Fil info
14:19 Formidable 👍
13:42Le surnom de "Poupou" lui a été donné par un journaliste du quotidien communiste du Centre, di… https://t.co/iG6trKRIOz

Le festival Les Zébrures a posé les bases d’un nouveau projet

Le festival Les Zébrures d’automne qui s’est tenu du 25 septembre au 5 octobre, a posé les bases du nouveau projet porté par HassaneKassi Kouyaté, directeur depuis janvier 2019 des Francophonies - Des écritures à la scène.

Ce festival, construit en six mois, a présenté des créations et premières en France (créations qui seront appelées à devenir l’un des cœurs de ce festival dès 2020) ; des espaces de réflexions et rencontres (le Laboratoire du Zèbre, Conversations avec…) ; un lieu de projection de cinéma documentaire francophone ; des artistes dans toute la ville durant la durée du festival, salles et espaces publics (Un ins-trument, une voix) ; des concerts gratuits sous le nouveau chapiteau le Zébrô, ; un spectacle d’ouverture «Rituels vagabonds», imaginé et préparé durant un mois par les chorégraphes martiniquaises Josiane Antourel et Yna Boulanger, avec une trentaine d’amateurs limougeauds de tous âges, initiés ou novices ; une soirée de clôture «La Nuit Francophone», appelée à se renouveler et à grandir chaque automne. Les artistes ont présenté leur spectacle : performance, cirque, musique, théâtre… dans les rues de Limoges de 18h à 6h du matin dans la nuit du 5 ou 6 octobre ; un espace ouvert à des rencontres professionnelles (journée des Outre-Mer – en collaboration avec le ministère de la Culture, 2es Rencontres des acteurs de la francophonie, comité de pilotage des acteurs culturels de la création francophone…) ; un lieu de formation professionnelle avec, pour cette année, le stage de régie culturelle proposé par l’Institut français durant lequel huit jeunes régisseurs de pays francophones sont venus durant trois semaines suivre des cours théoriques et pratiques en immersion durant le festival.

Un nouveau lieu a été aménagé pour ces Zébrures d’automne, un quartier général réalisé en trois semaines dans la caserne Marceau, friche prêtée par la Ville pour ce festival. Concerts, restaurant, bar, librairie, rencontres, débats, espace de jeux pour les enfants… la caserne Marceau fut un véritable lieu de vie.

En chiffres

Au total 27 spectacles, – dont 3 créations et 2 premières en France –, pour 62 représentations à Limoges et en région, ainsi que 40 rendez-vous avec les publics (rencontres, débats, documentaires …) auxquels se rajoutent les 19 interventions artistiques durant «La Nuit francophone», soit plus de 121 propositions artistiques qui ont permis d’accueillir plus de 13 000 spectateurs.

La fréquentation a été de 86,50% (en hausse de 8% par rapport à 2018) pour les spectacles en billetterie payante et la caserne

Marceau a accueilli plus de 6 000 visiteurs lors de ces onze jours.

280 artistes venus du Bénin, du Sénégal, du Burkina-Faso, de Belgique, de l’Ile de la Réunion, de Martinique, de Guadeloupe, de Guyane, de Taïwan, du Québec, du Nouveau- Brunswick, de Suisse, du Liban et de France ont été présents lors de ces Zébrures

d’automne.

Un bon bilan donc pour ces Zébrures d’automne en attendant celles de printemps qui se dérouleront du 20 au 29 mars 2020.

Photo: Les Zébrures d’automne ouvrent une nouvelle voie. (DR)