Fil info
19:36Région : Pas de justice environnementale sans justice sociale -> https://t.co/UA5mJQ5Xuy
19:04Châteauroux : Une centaine de marcheurs pour le climat -> https://t.co/HZfjdm59wj
19:03Indre : Téléthon : 47 055 euros récoltés dans l’Indre au 36 37 -> https://t.co/8ZjSgzVifY
19:02Indre : Gilets jaunes : 500 sous la pluie -> https://t.co/BnP7ygfor3
18:43# # - -Vienne : Un espace dédié à la jeunesse -> https://t.co/zvhtWrDsQz
18:42Brive-la-Gaillarde : Une avenue à côté de la plaque pour la LDH | L'Echo https://t.co/iZEN0mUs2L via
18:42Corrèze : Des chutes d'eau extraordinaires au barrage du Chastang | L'Echo https://t.co/LaGqDYxpkx via
18:38# # - -Vienne : Un Téléthon marqué par la pluie et les mouvements sociaux -> https://t.co/rGqDu5mjBP
18:11Périgueux : La saison des truffes est ouverte -> https://t.co/d90ExcPOij
18:07Dordogne : La voiture de Jacqueline Dubois et celle de son époux incendiées -> https://t.co/AiizANR4TZ
18:07La Sainte-Barbe du centre de secours Maurice-Lebon à Guéret était l’occasion, outre la passation de commandement en… https://t.co/dMQzMy3oc5
18:01Dordogne : Les Gilets jaunes demandent à être enfin entendus -> https://t.co/HAF2OIwRUr
18:00Dordogne : Ils ont marché pour le climat -> https://t.co/w41a9zDeLV
17:57Sarlat-la-Canéda : La fin d’une époque pour Majuscule -> https://t.co/dTt7fRn2UJ
17:23France : Ligne Limoges-Ussel -> https://t.co/SJWMWJo3Uf
17:20# # - -Vienne : Des Gilets jaunes dans l’attente -> https://t.co/2Qab5JramC
17:09Région : La gare de Limoges «bouclée» -> https://t.co/Q30Xdy1YCS
17:00Région : Marche pour le climat: la gare de Limoges «bouclée» | L'Echo https://t.co/jacK0BRELN via
16:59Région : Marche pour le climat: la gare de Limoges «bouclée» | L'Echo https://t.co/4prmNAbd6v via
16:57Région : Marche pour le climat: la gare de Limoges «bouclée» | L'Echo https://t.co/1D2y4CGXUG via
16:56Région : Marche pour le climat: la gare de Limoges «bouclée» -> https://t.co/N3tyxfvUeh
16:47 ça vous dirait de soutenir un projet agricole et ? - > https://t.co/6A6WjbdUC2
14:37Dordogne : Le PCF au cœur des luttes -> https://t.co/H9VcVEashq

La faim pour crier sa colère

Cuisinier à l’Ehpad de Ribérac, Anthony Lavergne a entamé lundi une grève de la faim pour protester contre les conditions de travail dégradées de ses collègues qui ne permettent pas une prise en charge digne des résidents. Un cri d’alarme qui fait suite au mouvement des Ehpad le 30 janvier et qui était resté sans réponse.

Les revendications portées lors de la journée de colère et de grève dans les Ehpad le 30 janvier dernier sont restées lettre morte. Mais le mouvement vient de rencontrer un rebondissement inattendu à travers la grève de la faim débutée lundi par Anthony Lavergne, cuisinier à l’Ehpad de Ribérac qui compte beaucoup sur la médiatisation de son action pour interpeller les pouvoirs publics.
Ribérac rue Jean Moulin devant l’hôpital local hier matin, le froid est vif, piquant. Anthony Lavergne (1), 38 ans, qui travaille comme cuisinier au sein de l’établissement depuis huit ans, s’est emmitouflé comme il a pu. Echarpe, bonnet, gants, manteau, toutes les épaisseurs sont bonnes à
mettre d’autant qu’il faiblit : cela fait quatre jours qu’il ne s’alimente qu’avec de l’eau, du thé et des soupes chaudes et qu’il dort dans sa voiture. Il a en effet entamé lundi matin une grève de la faim pour alerter les pouvoirs publics sur le manque de moyens dans les Ehpad et le traitement insuffisant réservé aux patients. Mais bien qu’il fasse froid dehors, il a le cœur chaud, hier matin, le personnel de l’établissement est venu en nom-bre pour le soutenir dans son combat à travers un rassemblement intersyndical réunissant CGT, FO et CFE-CGC.
Si physiquement il commence à ressentir les premiers effets de sa grève de la faim, le moral est bon. « Cela fait trois semaines que je m’y suis préparé. Et je suis suivi par un médecin. Je continuerai à faire grève de la faim, jusqu’à ce que les pouvoirs publics bougent. Et s’il faut monter à Paris, aller à l’Elysée, j’irai. Même si cela paraît prétentieux ou utopique ».
Ce qui a poussé Anthony Lavergne à entamer cette grève de la faim, c’est la journée nationale de mobilisation dans les Ehpad le 30 janvier dernier. Journée au cours de laquelle le personnel a pu faire part de son profond ras-le-bol, mais le gouvernement est resté sourd et n’apportant aucune véritable réponse ensuite. « Je m’insurge contre les conditions de travail de mes collègues soignants et technique. Faute de moyens et de nombre suffisant, ils ne peuvent plus s’occuper décemment des patients, alors que certains ont libéré la France. Ils payent cher et on ne peut même pas s’en occuper comme il faut. Le personnel est épuisé et quand il est absent, il n’est pas remplacé ».
« C’est bien simple », résume un de ses collègues aide-soignant. « Les résidents sont de plus en plus dépendants, ce qui demande de plus en plus de temps quand nous avons de moins en moins de moyens. Cherchez l’erreur ».
Anthony Lavergne parle de ses collègues, mais assure que son message est valable pour l’ensemble des Ehpad de France. « Mes collègues font leur travail du mieux qu’ils peuvent, mais cela n’est pas suffisant. Par exemple, ils doivent faire des toilettes en dix minutes quand il en faudrait vingt, voire trente. Il y a un mot pour décrire cela, c’est de la maltraitance institutionnelle ».
Dans son combat et son action, Anthony Lavergne sait pouvoir compter sur le soutien de ses collègues, des syndicats, mais également des familles des résidents, sans oublier celui de sa compagne qui le comprend, de son fils de onze ans et de sa fille de 14 ans. Mais ce qu’il souhaite aujourd’hui, alors qu’il entamera ce matin son cinquième jour de grève de la faim, c’est que son action ait un retentissement national, de sorte de pouvoir être entendu des pouvoirs publics. Car, à ce jour, il n’a reçu la visite que du maire de Ribérac Patrice Favard, de l’ancien maire Rémy Terrienne, ou encore du sénateur LREM Bernard Cazeau, mais c’est tout. « Où sont passés nos députés ? », s’interroge-t-il. Conscient du pouvoir médiatique, il a également lancé un groupe sur Facebook au nom évocateur et un brin provocateur : Mai 2018 : 50 ans après. A travers lui, il espère attirer d’autres collègues dans son combat.

(1) 07 89 95 63 41.

Commentaires

Soutien amical Et plus Si besoin v