Fil info
08:17Lalinde : Vous êtes attendus à la 3e de Lire en bastides ce dimanche ! -> https://t.co/mnuRfjIoWG
06:08Bergerac : La tête dans les nuages, jusqu’à Périgueux -> https://t.co/P9SuhsLNqG
19:39Dordogne : La Région fait état des travaux réalisés dans les lycées cet été -> https://t.co/IZrXIN6pIf
15:11RT : A dérouler pour ne pas oublier qu'il y a des "journalistes" (qui servent plus la soupe qu'autre chose....) et des… https://t.co/sjW76fq6yX
15:10RT : Une foule de plusieurs milliers d'opposants au G7 a entamé à Hendaye une marche de quatre kilomètres vers Irun, de… https://t.co/PVO9VLe2n0
14:46Bergerac : Si le sas du bar discothèque n’était pas surveillé, l’entrée, si… et bonjour la dérouillée -> https://t.co/CMvnxHSrKa
13:50RT : utilise une loi "antiterroriste" pour empêcher un journaliste militant allemand de couvrir le contre… https://t.co/VQUtiOmz7j
13:50RT : La fête du Bois de la Croix Rouge en mode banquet autour des fameuses farcidures avant la poursuite des festivités. https://t.co/A4ORvCj9Ht
13:49RT : Brive-la-Gaillarde : Le petit commerce is not dead ! -> https://t.co/ZJMbZxtHmr
13:16La fête du Bois de la Croix Rouge en mode banquet autour des fameuses farcidures avant la poursuite des festivités. https://t.co/A4ORvCj9Ht
11:26Brive-la-Gaillarde : Le petit commerce is not dead ! -> https://t.co/ZJMbZxtHmr

La photo de la voisine confond le voleur

Justice

Un quadragénaire, reconnu coupable de vol par effraction a échappé à la prison ferme. La plaidoirie de son conseil a porté.
Si le prévenu qui devait s’expliquer hier devant le tribunal correctionnel,  en comparution immédiate, reconnaît les faits qui lui sont reprochés... il les a d’abord niés, en garde à vue, le 17 juillet. Une position qu’il allait devoir abandonner quand les gendarmes de Ribérac lui ont présenté une photo. On l’y voit, en compagnie d’un autre homme, dans son véhicule et celui-ci est rue des Anciens combattants d’Algérie, près de la maison qui a été cambriolée. De surcroît, le vol qu’on lui reproche a été commis avec effraction. Le cliché pris par une riveraine établit une passerelle tout de même solide entre les objets retrouvés dans son véhicule, plus ou moins dissimulés dans le vide-poche, dans le coffre.. que la victime du cambriolage a reconnu en nombre.
Voiture repérable
C’est un contrôle routier qui avait amené à l’interpellation de ce Géorgien de 40 ans. Son break Citroën cabossé -et qui s’avèrera non assuré- avait été repéré et c’était bien celui qui avait été répertorié. En résumant les faits, le Président Julien Simon-Delcros a signalé que la demande d’asile du mis en cause lui avait été refusée le 28 juin et qu’elle ne lui avait pas encore été notifiée. Ce n’était décidément pas le jour de l’homme qui allait être jugé.
Besoin de sommeil
« Je ne voulais pas voler. Je voulais juste dormir dans cette maison ». C’est l’ultime argument qu’avait avancé le prévenu en garde à vue, sachant que sa voiture lui servait de seul domicile. Sauf que, non seulement la porte d’entrée et celle du garage ont été forcées, mais tous les meubles ont été fouillés, sans que rien n’ait été retourné. «ça laisse à penser une recherche d’objets de  valeur». Le Président Simon-Delcros questionne alors le prévenu sur la destination qu’il comptait donner  aux objets dérobés. Silence de celui-ci, dans un premier temps. Puis il se reprend. La traductrice convoquée répercute finalement une réponse. «Les garder pour moi». Sans sembler convaincre. Dernière question du Président Simon-Delcros. Elle porte sur les motifs de la présence en France du mis en cause, dont femme et enfants sont restés en Géorgie. « Pour être, avec ma soeur, soignés ». L’homme invoque un diabète. De quoi interroger le représentant du parquet Aurélie Chavagnon. « Nous n’avons pas trace de la moindre ordonnance...Vous êtes  plutôt venu en France car d’autres objets récupérés pourraient provenir  d’autres vols ». Et de réclamer une peine de 4 mois de prison, avec mandat de dépôt. «Mon client souffre bien de diabète, même si l’on en ignore le type et sa soeur souffre d’un cancer». Me Bilan Kaoula a entamé sa plaidoirie en s’en tenant aux faits, qu’il a notablement précisés. Puis il a s’est dit surpris car la loi prévoit qu’un demandeur d’asile soit hébergé dans un centre d’accueil dédié. Avant d’être, le concernant, expulsé. Le conseil a été entendu. Le tribunal a fait preuve de clémence, condamnant son client à 6 mois de prison avec sursis.

F.A.
 

Air Jordan VII 7 Retro Championship