Fil info
19:13Indre : Darc : un final merveilleux -> https://t.co/hNQM6Jzqe6
17:21Indre : Déols débute mal -> https://t.co/j7mzQLfogG
16:14Valençay : Les Valencéens n’oublient pas le 16 août 1944 -> https://t.co/4NbDgQFaDd

Brive confirme en renversant Toulouse

TOP 14 : CA Brive 21 - Stade Toulousain 19

Et de deux ! Après Toulon sous le déluge le week-end dernier, le CAB n’a pas flanché samedi face au Stade Toulousain lors d’une soirée toute printanière.
A croire que le rouge et noir convient parfaitement aux hommes de Nicolas Godignon . A mi chemin de ce mois de mars de tous les dangers, les Corréziens assurent une nouvelle victoire salutaire vers la validation du maintien en Top 14.
Cette victoire, les Corréziens sont allés la chercher au courage en mettant l’intensité déjà montrée face à Toulon sept jours plus tôt.
Malgré quelques défaillances dans le discipline en tout début de match qui voyait Flood inscrire les premiers points de la partie, la confrontation tournait à à un duel de buteurs, Germain (7 sur 10, samedi soir) répondant du tac au tac à Flood puis  Doussain notamment grâce à la nouvelle grosse bataille livrée dans les rucks.
La volonté du CAB de faire vivre le ballon était aussi présente mais malgré une météo bien plus clémente que le week-end dernier, les ballons tombés mettaient trop souvent un terme a ses temps de jeu  au large.
Malgré l’exclusion temporaire de Toetu à la 12e pour plaquage dangereux, les Brivistes continuaient à occuper le terrain toulousain.
Paradoxalement, c’est dix minutes plus tard alors que les Brivistes se trouvaient en supériorité numérique (jaune de Flood 23’), que les choses se corsèrent pour les locaux.
Germain connaissait son premier échec et les Toulousain en profitaient pour égaliser puis prendre les devants.
Puis vint l’essai de Bonneval (38’) parti d’un ruck perdu par des Brivistes alors bien installés dans les 22 toulousains. Le coup de pied de Doussain récupéré par Bezy envoyé l’ailier aplatir sous les poteaux après une course de 60 mètres.  
Avec ce contre assassin avant le retour aux vestiaires, ont aurait pu penser que les hommes de Nicolas Godignon avaient pris un sérieux coup sur la cafetière. Mais il n’en fut rien à l’image de Luafutu qui dès la reprise transpersait la défense toulousaine avant d’échapper le ballon. Sur la mêlée, Toulouse sanctionné permettait à Germain d’enquiller trois points supplémentaires (15-19). Peu de temps après, une obstruction de Mc Alister permettait au Noir et Blanc de recoller à une petite unité.
Dans la foulée, sur une pénalité rapidement jouée, Toulouse se mettait encore à la faute et Germain permettaient aux siens de reprendre les commandes (21-19) le tout en moins de 10 minutes.  
L’essai refusé d’Irribaren, toujours aussi précieux dans l’animation offensive, laissera place à un petit temps de flottement côté corrézien tandis que Germain manquait les perches une deuxième fois dans la soirée.

Flood voit rouge l’arbitre aussi

Mais les Toulousains, sous pression, se mettaient encore à la faute. Et Toby Flood perdant ses nerfs écopait cette fois ci d’un rouge en venant déblayer Péjoine d’un coup de genou enchaîné d’un rucking.
A un quart d’heure de la fin, ce fait de match orientait les Brivistes vers sa deuxième victoire d’affilée malgré sa maigre avance.
Germain entretenait le suspense en heurtant le poteau droit tandis que devant le pack briviste faisait jouer l’expérience et tourner le chrono.
Au final, le CAB a encore fait preuve de maîtrise dans ce match même si les fautes de mains viennent une nouvelle fois ternir un peu la copie.
« Prendre un contree de 90 mètres alors qu’on est tout prêt de marquer un essai ça fait quand même très mal à la tête. Mais dans les vestiaires ont a senti que les garçons n’étaient pas abattus et avaient envie de repartir sur l’avancée.  On est plutôt bien sur la conservation autour des constests mais sur deux ou trois en-avants ont leur a laissé l’opportunité de nous mettre à mal. On a quand même réussi à faire une bonne partie. Ce qu’il manque c’est juste un petit essai. En tout cas, on est dans les clous », note Nicolas Godignon.  
Un moindre mal avant d’aller croiser le fer à La Rochelle.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.