Le CAB boit le calice jusqu’à la lie

TOP 14 : Clermont 66 - CA Brive 6

Samedi soir, le miracle n’a évidemment pas eu lieu. De toute façon, les Brivistes ne se faisaient aucune illusion quant à une hypothétique petite chance de ramener quoi que ce soit en Corrèze de leur déplacement en Auvergne. Si ce n’est une bonne vieille doudoune des familles face à des Clermontois tout simplement un cran au-dessus du CAB et bien décidés à laver l’affront rochelais.
Pourtant, malgré l’ampleur très, très lourde du score, tout n’est pas à jeter de la prestation corrézienne. Du moins pendant les quarante premières minutes.
En s’envoyant comme des chiffonniers dans les rucks, en grattant notamment quatre ballons en première période et en usant et abusant de vice jusqu’à la limite parfois, les coéquipiers d’Arnaud Mignardi, prêts à en découdre, ont démontré qu’ils avaient du caractère.
Les premières intentions étaient d’ailleurs à mettre à l’actif des Brivistes qui se voulaient joueurs. Se rappelant même par séquences aux bons souvenirs d’avril dernier, comme sur cette relance de 65 mètres à la demi-heure de jeu. Louables et enfin plutôt propres, ces intentions n’étaient toutefois pas récompensées à leur juste valeur. La faute encore à ces fichus lancers perdus en touche en première période.
Mené 20-6 à la pause, le CAB pouvait enfin se regarder dans la glace. Avant, ensuite, de prendre en pleine figure son plus mauvais reflet. Celui d’une équipe fébrile, à la défense porte de saloon et dans l’incapacité de répondre, si ce n’est par la provocation.
Il faut toutefois bien avouer que ce Clermont-là était tout simplement intouchable. À l’image de la démonstration de force de Raka qui y allait de son triplé, dont un en slalomant entre six défenseurs, ou d’un certain Damian Penaud qui donnait la leçon à son ancien club.
Ce matin, le CAB reste toujours enlisé dans les bas-fonds du Top 14. Il aura pour lui d’avoir montré les dents et les muscles durant la première période.
Suffisant pour préparer la réception ô combien vitale de Toulouse, samedi ? Pas certain. Mais faute de mieux…

Déclaration
Nicolas Godignon (entraîneur de Brive) : « Ils (Clermont) étaient bien en colère, surtout en deuxième mi-temps, j'ai trouvé. En première mi-temps on a réussi à contenir la colère mais en deuxième mi-temps c'était beaucoup moins évident... Quand il y a autant de vitesse, autant d'énergie en face, c'est compliqué. La première mi-temps est plutôt de bonne facture et cet essai avant la mi-temps (de David Strettle, NDLR) nous fait un peu mal avant de rentrer au vestiaire. On se sent humiliés, on est très en colère. La problématique qu'on a depuis le début de saison, c'est qu'on ne score pas. La confiance nous fait défaut actuellement. »

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.