Fil info
18:39RT : Au fait merci pour le coup de projo cette semaine. Ça nous a fait plaisir ! https://t.co/tUxoF9VjQE

Malgré un sursaut, le XV de France encore loin du compte

Sans faire preuve d'un « optimisme béat », le sélectionneur Guy Novès refusait, avant le rendez-vous face aux doubles champions du monde, d'enterrer les Bleus au sortir d'une tournée de juin catastrophique en Afrique du Sud (trois lourdes défaites).
L'ancien manager du Stade Toulousain retiendra-t-il le verre à moitié plein, cette réaction d'orgueil en seconde période (remportée 13 à 7 par les Bleus), ou à moitié vide, ce premier acte complètement manqué (5-31) ?
Le score, lui, est là, après un été où les Bleus ont pourtant eu droit à une véritable préparation physique. La situation ne s'est pas améliorée pour autant, alors que la pression fédérale s'est elle accentuée, avec l'objectif fixé par le président de la FFR, Bernard Laporte, de remporter trois des quatre rencontres de novembre.
Mêlée en souffrance
Pour le remplir, le XV de France est donc désormais condamné au sans-faute. Avec sa réserve, contre celle de All Blacks, demain à Lyon, avant les deux derniers test-matches, le 18 novembre pour les retrouvailles contre l'Afrique du Sud puis le 25 face au Japon.
Même si ces Bleus étaient privés de quelques pièces maîtresses (Lopez, Lamerat, Vakatawa) et alignaient au coup d'envoi quatre joueurs non capés (Belleau, Cancoriet, Gabrillagues et Doumayrou), la situation semble même s'être détériorée en regardant un an en arrière. En novembre 2016, moins d'un an après l'arrivée aux commandes de Novès, le XV de France avait en effet su accrocher les Néo-Zélandais (16-24).
Pas samedi soir, où la 11e victoire de rang néo-zélandaise contre la France était déjà acquise à la pause (5-31) après quatre essais inscrits par Dane Coles (9), Waisake Naholo (23), Ryan Crotty (36) et Sam Cane (39), à chaque incursion ou presque dans les 22 mètres tricolores.
Les deux derniers en supériorité numérique après le carton jaune infligé à Rabah Slimani (35), symbole d'une mêlée française copieusement dominée en première période (quatre pénalités contre elle).
Les Bleus, eux, ont trouvé avant le repos une fois la faille, par Teddy Thomas (27) lors de leur première réelle venue dans le camp adverse. Après une combinaison en touche entre Antoine Dupont et Guilhem Guirado qui aboutit sur l'aile opposé à un surnombre bien négocié.
Dupont, rayon bleu
Dupont, justement, à quatre jours de fêter ses 21 ans et pour sa première titularisation (4e sélection), a été l'un des seuls à tenir durablement la comparaison avec les maîtres du monde.
Le demi de mêlée du Stade Toulousain, associé au sein d'une charnière juvénile à Anthony Belleau (21 ans), a été l'un des artisans du réveil en seconde période des Bleus, sans doute secoués à la mi-temps d'une façon que n'aurait pas reniée son patron, Bernard Laporte.
Sa percée dans les 22 mètres néo-zélandais, suivie d'une passe au contact pour Belleau, a ainsi abouti en bout de chaîne à un essai de pénalité qui a permis aux Bleus de réduire l'écart (17-31, 47e).
Et de réveiller un Stade de France emballé par une deuxième période de bien meilleure facture, où le XV de France a eu plusieurs occasions de recoller au score, en vain (essai refusé à Thomas, 57e ; ballon « gratté » par les All Blacks devant leur ligne, 60e).
Sa chance était passée, et la Nouvelle-Zélande, devant le réveil tricolore, a resserré les boulons dans le dernier quart d'heure, ajoutant même un dernier essai par Naholo (80). Pour donner au score une apparence plus conforme au niveau qui sépare les deux équipes.

mi-temps : 5-31
A Saint-Denis (Stade de France), Nouvelle-Zélande bat France 38 à 18 (mi-temps : 31-5)
Terrain : bon
Spectateurs : 78.561
Arbitre : Angus Gardner (AUS)
Les points
France : 2 essais Thomas (27), essai de pénalité (47), 2 pénalités Belleau (42, 52)
Nouvelle-Zélande : 5 essais Coles (9), Naholo (23, 80), Crotty (36), Cane (39), 5 transformations B. Barrett, 1 pénalité B. Barrett (17)
Exclusions temporaires
France : Slimani (34, fautes répétées en mêlée)
Nouvelle-Zélande : S.B. Williams (47, en-avant volontaire).

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.