Fil info
22:51France : Incendie mortel au cœur de la très chic station de Courchevel 1850 -> https://t.co/sBRlGn7zCY
22:49France : Psychiatrie : les personnels réclament de l’« humain » -> https://t.co/ep9TC7WLTV
19:18Indre : La France insoumise mise sur le local pour les européennes -> https://t.co/boPSjSWLVr
19:17Châteauroux : Une nouvelle directrice à l’APF pour la nouvelle année -> https://t.co/Y2x7USruik
19:14Indre : Acte X : des bougies en hommage, le débat vu comme de l'enfumage -> https://t.co/iOaN9LyXXE
18:17Comme chaque samedi depuis le 17 novembre, les gilets jaunes du sud de la Creuse se réunissent au carrefour de La S… https://t.co/WE4SAyCyxH
18:13Dordogne : Grand débat national, élections, les ambitions des marcheurs -> https://t.co/KAyNcQGIfi
18:12Beynac-et-Cazenac : Les opposants à la déviation écrivent aux entrepreneurs -> https://t.co/XA5QWofgxk
18:04Saint-Léon-sur-l'Isle : Les communistes veulent relever les défis politiques de 2019 -> https://t.co/EgNM6OBsl2
18:01Périgueux : Une fête intimiste pour célébrer le diamant noir du Périgord -> https://t.co/BUw1rhrBLD
17:58Beauregard-de-Terrasson : Améliorer le quotidien -> https://t.co/dT6CtqKoYr
16:54Bergerac : Virage à gauche pour des vœux aux accents très politiques -> https://t.co/ABNDiVZAr3
14:20Nouveau succès pour la à la . Petits et grands lecteurs ont investi la bibliothèque jus… https://t.co/QzLAH8mNDd

L'approche positive de Brunel sera-t-elle suffusante?

TOURNOI DES SIX NATIONS : XV de France

«C'est parfait ! », lance Brunel, 64 ans, de sa voix grave, planté au milieu de ses joueurs, hier sur un terrain de Marcoussis. La personnalité du Gersois, tout en bonhommie, tranche avec celle plus froide de Guy Novès, limogé fin décembre après une série toujours en cours de six tests sans victoire.
Quand Brunel parle, « tout le monde arrive à s'identifier à lui », a dit vendredi Wenceslas Lauret. « Il fédère le groupe. L'ancien sélectionneur aussi mais ça n'a pas marché avec lui », avance le troisième ligne du Racing 92.
« Dans tout secteur, celui de l'entreprise comme du sport, le changement a souvent du bon. On l'avait vu au début de l'ère Novès », a osé le centre Rémi Lamerat en évoquant les « ajustements » nécessaires pour basculer du côté positif.
« La première chose qu'il faut arriver à créer, c'est une histoire commune, une ambition commune, des repères communs dans lesquels les joueurs vont se retrouver, se mettre à l'aise », a lancé Brunel mercredi dernier à Londres lors de la présentation du Tournoi.
Le coeur et l'oreille
Un mot revient à la bouche des Bleus, interrogés sur leur nouveau patron après une semaine de préparation à Marcoussis : humain. « C'est un manager qui est beaucoup sur l'humain, sur le plaisir », juge l'arrière castrais Geoffrey Palis.
La méthode Brunel, c'est aussi l'écoute. « On discute beaucoup avec lui », explique l'arrière Benjamin Fall. « S'il y a des trucs qui nous paraissent un peu moins bien, on l'expose aux coaches et ils sont très ouverts là-dessus. Ils nous ont dit que c'était à nous de nous approprier les choses, du moment qu'on en parle ensemble », rapporte Palis.
Des Bleus amenés à décider pour eux-mêmes, vraiment ? « Il nous pose la question et n'hésite pas à changer les combinaisons pour qu'on adhère tous au projet », acquiesce le pilier Eddy Ben Arous.
Faire simple
Alors que Novès réclamait du temps pour mettre en place un plan de jeu basé sur le mouvement et la recherche des espaces au grand large, Brunel revient à davantage de réalisme compte tenu du déficit accumulé au fil des années. « Les plans de jeu sont un peu inspirés de ce qu'il y avait avant mais peut-être en plus simplifiés », indique Palis.
Aguerri par trente ans de métier au plus haut niveau, l'ex-adjoint de Bernard Laporte (2000-2007) sait que l'état de grâce ne tiendra qu'avec une entrée en matière réussie contre l'Irlande, 3e nation mondiale. « Ce match sera déterminant », avait-il clamé mi-janvier en donnant sa liste, ajoutant : « Il faut créer une dynamique, que les victoires s'enclenchent ».
Un mois pour repartir de zéro ou presque, avec un groupe qui compte de nombreux joueurs sans expérience internationale (Gomes Sa, Jalibert, Lambey, Palis, Priso, Tauleigne) ou très peu (Belleau, Y. Camara, Chavancy, Danty, Doumayrou, Dupont, Fall, Gabrillagues, Iturria, Lauret, Macalou, Tolofua), la mission est très risquée mais ce proche de Laporte le savait d'emblée.
« Rien n'est impossible, ce groupe est capable de faire de bonnes choses », a répondu l'ex-manager de Bordeaux-Bègles en s'appuyant sur l'exemple de l'Angleterre, éliminée en phase de poules lors de la Coupe du monde organisée sur son sol en 2015 et qui n'a perdu qu'une seule rencontre par la suite, depuis sa reprise en main par Eddie Jones.
Quant au manque de temps pour se mettre au niveau d'un XV du Trèfle qui brille lui par sa stabilité, Lauret exhume l'exemple de la sélection française battue par les All Blacks B (28-23) en novembre à Lyon : « On a eu même pas trois jours de préparation, on a dit que c'était le meilleur match de la France ».