Le CA Brive CL en Pro D2!

Le prolongement du bail briviste en Top 14 la saison prochaine ne tenait qu’à un fil au coup d’envoi. Le Stade Français et Oyonnax, pour lesquels la défaite était également interdite, ont mis un terme aux derniers espoirs de maintien des « Coujous ».
A l’image d’une saison débutée par 3 défaites consécutives à la maison, ce match a commencé de la pire des manières pour les Corréziens qui, après à peine 2 minutes de jeu, couraient déjà après le score dans cette rencontre de la peur. Les Parisiens qui avaient opté pour une arrivée au stade à la Toulonnaise ne tardèrent pas à placer la première banderille. Après une première charge de Waisea, Plisson d’une feinte de passe éliminait deux défenseurs et aplatissait, à droite en coin, un essai qu’il transformait (7-0, 2e). Des 35 mètres à gauche, Laranjeira réduisait bien l’écart au pied (7-3, 8e) mais, la mainmise était stadiste en ce début de partie. A telle enseigne que Parisse concluait seul une situation de 2 contre 1 sur la gauche, consécutive à une perte de balle visiteuse (12-8, 13e). Sans doute à cause de l’enjeu, l’indiscipline de part et d’autre généra de nombreux coups de sifflet. Avant de repasser par la case vestiaires, la marque n’évolua plus qu’au pied. Aux 3 pénalités converties par l’ouvreur local, répondirent les 2 de l’impeccable Laranjeira, auteur d’un sans-faute dans ses tentatives face aux perches (21-12, 40e). Oyonnax ne menant à la pause que 10-8 face au LOU, tout restait possible pour Brive.
Dès la reprise, l’indiscipline continua à faire des dégâts. Le duel Plisson-Laranjeira ayant tourné à l’avantage du Parisien, le Stade Français poussa son avantage (24-15, 46e). Mais, à Charles Mathon, les Lyonnais ayant pris les commandes (10-11), ça sentait bon pour les Limousins. Hélas pour eux qui multiplièrent les temps de jeu dans les 22 mètres franciliens, ils ne trouvèrent pas la faille. Un ballon repris à la main en position de hors-jeu permit à Plisson de creuser un peu plus l’écart (27-15, 64e). Ne lâchant pas l’affaire pour autant, les Brivistes allaient enfin être récompensés de leurs efforts. Suite au carton jaune reçu par Ensor et à plusieurs enchaînements, Marques parvenait à filer sous les perches. Laranjeira ayant bonifié (27-22, 70e), on se dirigeait alors vers un final haletant. D’autant plus qu’au même moment, Oyonnax ne menait que 20-18. Le suspense n’eut pas le temps de s’installer. Comme un clin d’œil de l’histoire, l’ex-futur corrézien Morne Steyn passa le drop de la gagne (30-22, 73e), avant qu’Oyonnax ne crucifie le LOU dans les 3 ultimes minutes (39-18).
Très digne dans la défaite, le Président Simon Gillham rendit hommage d’abord à ses adversaires, avant d’ajouter : « Le début de saison a été très compliqué pour nous. On y a cru après nos 2 victoires contre Montpellier et Toulon mais, on a fait beaucoup trop d’erreurs tout au long de celle-ci ! » N’ayant pu retenir ses larmes en regagnant les vestiaires, le capitaine briviste Said Hireche abondait en ce sens : « Nous avons été indisciplinés à des moments importants. On n’a pas su être régulier sur l’ensemble de la saison ! » La phase reconstruction a désormais débuté pour le CABCL. « Brive est un grand club et, Brive repartira, j’en suis sûr ! », conclut Didier Casadei.
Stéphane DELAVEAU (CLP)