Fil info
09:38 Attention, suite à un accident de la circulation, la route entre Périgueux et Sarlat (D 710) es… https://t.co/FbdhHNMpss
09:38Corrèze : Ils veulent créer un collectif pour « sauver Ruffaud » -> https://t.co/dp595UDUgj

Brûler d’une possible fièvre

Cet après-midi, à Auch, Trélissac jouera la finale de Fédérale 1 face à un adversairs qu’il a déjà rencontré deux fois cette saison : Lavaur. Un rencontre indécise qui pourrait se révéler historique pour les Dordognots.

Ce sont ces mots, même si ce ne sont pas les paroles de la chanson du SAT, qui après avoir été entonnée par les supporters de l’équipe dimanche dernier à La Teste-de-Buch, feront trembler les gradins, ce samedi, à Auch. Ils sont empruntés à l’air de la « Quête du Don Quichotte » de Jacques Brel, ce qui résume le mieux, ce qu’a été le parcours de la formation trélissacoise et le caractère de la rencontre qui va l' opposer à Lavaur, pour la finale de Fédérale 1.
Une finale qui, au-delà des inévitables coups du sort, qui ont pu émailler la saison, couronnera, à n’en pas douter (et quel qu’en soit le vainqueur), une magnifique équipe, issue de la poule 3.
Un duel fratricide
Sans vouloir rappeler dans son détail le parcours de  l’adversaire du SAT, c’est une saison remarquable et un parcours équilibré qui ont amené Lavaur au stade des phases finales. Occupant en effet au terme des 22 journées du championnat de poule la 4e place du groupe, Lavaur a aligné sur les 20 journées disputées, 12 victoires, 1 nul et 7 défaites et comptabilisé 518 points inscrits pour 374 encaissés.
Décomptant 56 essais inscrits, Lavaur se positionne enfin parmi les toutes premières équipes de la poule au niveau de l’indicateur des bonus offensifs (4) et défensifs (5). Un parcours en phase régulière qui a donné enfin à voir, sur l’ensemble de ses 20 journées, une formation équilibrée. Rassemblant sur les 10 matches de la phase aller 6 victoires (dont  1 à l’extérieur), 1 nul à l’extérieur et 3 défaites (toutes à l’extérieur, parmi lesquelles celle subie sur le terrain du SAT), Lavaur a occupé la deuxième place de la poule de la 8e à la 11e journée, réalisant une première partie de saison de très haut niveau.
Une  situation qu’a confirmé la phase retour, Lavaur remportant 6 victoires  dont 5 à domicile   parmi lesquelles la victoire rempotée contre Trélissac) et 4 défaites toutes à l’extérieur, le club engrangeant 1 bonus offensif supplémentaire et 2 nouveaux bonus défensifs. Un parcours solide donc, même s’il s’est révélé moins performant que la première partie du championnat et qui dans son ensemble dit le potentiel du futur adversaire de Trélissac.
Une solidité qu’ont enfin confirmé les phases finales le club triomphant du troisième de la poule 3  Valence-d’Agen, puis du cinquième de la poule 4 Vienne (dans les 2 matchs les ayant opposés), Macon, leader de la poule 4 s’inclinant en demi-finale.
Rester lucide
Si, au vu des seules statistiques, il peut sembler que le SAT soit supérieur à son futur adversaire, les choses doivent être relativisées.
Ainsi, le rang trélissacois au classement final de la poule n’a été acquit qu’avec la 21e journée, Lavaur s’étant situé  devant le SAT sur l’ensemble des journées de la phase retour.
Par ailleurs, les deux clubs, sur cette saison, se sont séparés sur un statu quo, chacune des équipes ayant remporté  la confrontation se déroulant sur son terrain, et en terme de score, la balance penche statistiquement avec 42 points contre 26, en faveur de Lavaur, le SAT ayant « balbutié son rugby »  sur le match retour en déplacement lors de la 18e journée.
Une lucidité et un pragmatisme qui font partie toutefois des acquis et des fondamentaux de Trélissac, comme l’ont démontré l’ensemble des phases finales disputées et, notamment, celle des quarts et surtout des demi-finales où l’équipe a su, après le demi faux pas de la rencontre à domicile en quart contre Saint-Jean-de-Luz se recentrer sur ses points forts et utiliser le jeu et les points de faiblesse chez ses adversaires pour  gérerle match retour ; et surtout  en demi, se mettre en situation de remporter sur une configuration de rencontre à un seul tour, le droit d’accéder à la finale.
Une rencontre dont l’issue apparaît parfaitement ouverte et sur laquelle pèsera inévitablement les facultés de récupération physique des deux formations, mais où « la fraîcheur mentale » qu’a démontré dimanche dernier Trélissac,  pourrait être un facteur décisif dans la construction du résultat.