Fil info
20:22RT : Incendie rue de la Boucherie. Les sapeurs-pompiers sont mobilisés depuis 7h ce matin. https://t.co/cfMyUvLKZJ
20:21RT : Près de 200 personnes rassemblées devant la préfecture de la Corrèze à Tulle contre la DNR et son idéologie fasciste https://t.co/Iqlhb2T0N7
20:21RT : Colère 19 bloque le quai Peri à Tulle https://t.co/8IzCMlRSkc
20:21RT : Chamboulive : 19 février 1943 : premier parachutage allié en Corrèze -> https://t.co/FnfET0LCMJ
20:03Votre agence a déménagé ce samedi. Vous pouvez retrouver toute l'équipe au 2 boulevard Émile Zola à Guéret.
19:55Votre agence grâce aux mains généreuses a déménagé ce samedi. Vous pouvez retrouver toute l'équipe au 2... https://t.co/xTSgtcnAXF
17:26RT : Près de 200 personnes rassemblées devant la préfecture de la Corrèze à Tulle contre la DNR et son idéologie fasciste https://t.co/Iqlhb2T0N7
17:21RT : La PJ de et la police scientifique sont sur les lieux. Un corps a été retrouvé dans les décombres vers 12h… https://t.co/i5WRtcn5hB
17:20RT : Incendie rue de la Boucherie. Les sapeurs-pompiers sont mobilisés depuis 7h ce matin. https://t.co/cfMyUvLKZJ
16:03RT : Colère 19 bloque le quai Peri à Tulle https://t.co/8IzCMlRSkc
12:29Chamboulive : 19 février 1943 : premier parachutage allié en Corrèze -> https://t.co/FnfET0LCMJ
12:16Beyssenac : Pont de Lasveyras : hommage aux victimes en ce 74e anniversaire -> https://t.co/vilyZnkVLj
12:03Marcillac-la-Croisille : Renaud Andrieu veut faire de la flognarde un produit d’exception -> https://t.co/p7tL31bDiI
11:00Incendie rue de la Boucherie. Les sapeurs-pompiers sont mobilisés depuis 7h ce matin. https://t.co/cfMyUvLKZJ

Le premier mercredi à la ferme a attiré 65 personnes

Le moyenne de la fréquentation habituelle des « Mercredis à la ferme » qui se tiennent pendant l'été a été largement dépassée pour la première de ces animations qui s'est déroulée au lieu-dit le Riau des Effes, à Saint-Août, sous un ciel variable, parfois venteux, mais qui n'a osé déverser que quelques gouttes de pluie. Le nombre des visiteurs aura été en effet considérable avec la venue de trente trois adultes et trente et un enfants ou pré-adolescents et la présence d'Alice Urban, animatrice de l'Association pour le développement agricole et rural-centre d'initiative pour la valorisation de l'agriculture et du milieu rural (ADAR-CIVAM), organisme organisateur ainsi que le Comité départemental pour le développement agricole et rural (CODAR).
En pénétrant les bâtiments d'Honorine et Hadrien Bruneau qu'ils font prospérer sous la forme d'un Groupement agricole d'exploitation en commun (GAEC) depuis le 24 août 2016, avec l'ouverture à la vente de produits alimentaires, démarrée sur place au mois de  décembre, les visiteurs ont pu tout d'abord observer les conditions dans lesquelles est élevée une soixantaine de veaux de race charolaise ou limousine, base essentielle du revenu du jeune couple, parent d'un enfant de quatre ans.
Par affinité familiale puis prouvant leur forte volonté initiale par l'obtention de diplômes correspondants : brevet professionnel de responsabilité d'exploitation agricole pour Honorine, baccalauréat professionnel agricole pour Hadrien, ni l'un ni l'autre n'ont jamais songé à pratiquer un autre métier que celui qu'ils exercent.
A ce moyen d'existence qui consiste à cultiver le blé, l'orge et maïs sur une centaine d'hectares de terrain, à en nourrir des taurillons (ceux-ci naissent chez le père d'Hadrien, possesseur d'une ferme à Saint Chartier) pour les engraisser puis à les vendre, par roulement de six mois, sous contrat avec deux groupements, l'un situé à Parsac (Creuse), le second à Luant, Honorine et Hadrien ont donc décidé d'ajouter une filière avicole. Ainsi des canards arrivant par lots de quarante, des poulets (de la race « cou nu ») par lots de soixante-quinze, et aussi des pintades, sont désormais élevés par leurs soins, en plein air, sans toutefois bénéficier d'un label
« bio ».
Suivant en cela une tradition ancestrale que l'on peut discuter mais encore bien ancrée, c'est Honorine qui, bien que n'hésitant pas plus qu'auparavant à aider son mari auprès des bovins, se charge quasi exclusivement de cette dernière activité, autorisée à la suite d'un stage d'apprentissage spécifique à Tours. Ce qui la conduit à gaver des canards du lundi au dimanche à heures fixes, deux fois par jour au long de 15 à 17 jours pour chaque palmipède; à fournir le nécessaire à la basse cour pour les besoins alimentaires et les soins ; à « transformer » la volaille (procéder à son abattage) dans un laboratoire. Bocaux ou paquets sous vide sont proposés sur place, dans une petite boutique. La vente de terrines "pur canard", au poivre vert ou au foie gras, de cuisses, de magret, d'aiguillettes, se fait aussi au marché de Saint-Août le mardi ; et le samedi matin au marché de La Châtre. Sauf quand, par exemple, la moisson presse...
Denis Bonnet

Infos pratiques :
Les « Mercredis à la ferme au pays de La Châtre en Berry » sont impulsés conjointement par le comité départemental pour le développement agricole et rural et l'association départementale pour le développement agricole et rural. Le prochain rendez-vous aura lieu le 19 juillet chez Sandra Poissonnet, qui tient une écurie et une chèvrerie au lieudit la Lioterie, à Maillet. Début de la visite guidée à 15 h. Des jeux pour les enfants et un goûter composé de produits locaux, faits maison ou artisanaux, sont prévus. Pour les étrangers, traduction possible, sur demande. Prix : 4 euros pour les adultes, 1 euro pour les enfants de trois à seize ans. Renseignements et réservation obligatoire auprès de l'office de tourisme du pays de George Sand, à La Châtre. Téléphone : 02 54 48 22 64.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.