Fil info
22:40 Garder la mémoire pour soutenir notre tête !
21:33RT : Élections européennes : en Dordogne, les premiers résultats tombés donnent tous le RN en tête. Mauvaise soirée...
20:10RT : Tulle : bureau Latreille À où a voté François Hollande. Résultats : LREM 88 voix ; RN 65 voix ; PS 59 voix... Derr… https://t.co/mb1zchRGEP
19:54Châteauroux : Les lauréats Escapages désignés après une année de folles lectures -> https://t.co/L0Vj5HGXEk
19:49Châteauroux : L214 alerte sur le poids climatique de la viande -> https://t.co/tOeR7S7USK
19:47Le Blanc : Système de santé : chronique d’un « désastre annoncé » -> https://t.co/7zFDM3eJQx
19:45La Châtre-Langlin : Les « vieilles grands-mères » font recette -> https://t.co/ALcryrABfA
18:52Périgueux : Le climat a besoin du ferroviaire -> https://t.co/0m4H9LPq7M
18:49Périgueux : 220 Périgourdins ont défilé pour défendre l’avenir -> https://t.co/dmol3fv1uf
16:49 En espérant qu'ils ont rempli leur devoir de citoyen avant !
15:12Corrèze : Le tourisme à la mode virtuelle -> https://t.co/ETYmnaKlXZ
14:10 Toujours, toujours ✌️✌️
14:01 Il est sérieux monsieur le maire
12:43Élections européennes : le taux de participation à midi en Dordogne est de 25,06 % (contre 19,59 % en 2014 et 16,44 % en 2009).

Un accueil dédié à l’autisme

Autisme

Depuis quelques mois la Fondation de l’Isle a ouvert à Saint-Astier sa seconde unité d’accueil pour enfants autistes. Une structure qui accueille huit jeunes alors qu’en Dordogne comme au plan national le nombre de places est largement insuffisant.

Après l’ouverture en 2010 à Champcevinel de l’Apea, cette unité, située à Saint-Astier ouverte au mois de mars est unique en Dordogne. En effet si la première unité accueille 15 jeunes de 2 à 20 ans, il s’agit d’une accueil de jour de 9 h à 16 h, alors que cette nouvelle unité, qui accueille huit jeunes de 12 à 20 ans le fait en internat du lundi au vendredi nuits comprises. Des jeunes qui étaient tous accueillis à l’Apea de Champcevinel avant l’ouverture de celle de Saint-Astier. Pour entourer ces huit jeunes quinze personnes interviennent au quotidien : six éducateurs, un psychologue, une psychomotricienne, une maîtresse de maison, un surveillant de nuit, deux personnes en charge de l’entretien des locaux, ainsi qu’une directrice et une secrétaire qui travaillent également sur le site de Champcevinel.
Le projet des professionnels d’établissement est d’amener ces jeunes atteints de déficiences mentales dues à l’autisme vers le maximum d’autonomie personnelle, qu’elle soit sociale ou professionnelle.
« L’accueil en internat est aussi une expérience de la vie en dehors du milieu familial. C’est une façon de travailler pour les détacher des repères dont ils ont l’habitude pour en acquérir d’autres », explique Valérie Siraut, directrice de l’Apea,  « d’autre part, cela permet aux familles de souffler car il est très compliqué au quotidien d’avoir un enfant autiste à la maison. Enfin notre mission c’est vraiment de les accompagner vers leur vie d’adulte, que ce soit dans sa dimension sociale, mais aussi professionnelle. Certains ici, même s’ils sont peu, pourraient y accéder avec beaucoup d’accompagnement. Ou encore vers des établissement pour adultes déficients mentaux. Mais l’autisme est vraiment une spécificité et ces établissements n’ont pas les personnels, ni les structures pour avoir des unités dédiées à l’autisme. C’est une maladie qui commence dans le ventre de la mère et ne s’arrête pas. Chaque personne en souffrant est particulière ». Le diagnostic de l’autisme est posé sur des critères précis qui sont définis par la haute autorité de santé. Et à l’heure actuelle quatre critères sont retenus : les troubles de la communication et des interactions sociales, des comportements et des activités stéréotypées et restrictives, des problèmes d’aspect sensoriel touchant les cinq sens avec une hypo ou une hypersensibilité qui constituent un lourd handicap pour les apprentissages. « C’est un aspect nouveau dans le diagnostic qui va connaître d’autres évolutions », explique Valérie Siraut. Le diagnostic peut être posé par n’importe quel psychiatre en utilisant les outils, les tests et les bilans qui sont fournis par la haute autorité de santé. « Mais très peu de gens en Dordogne sont formés à travailler avec ces outils d’où la difficulté à diagnostiquer ce qui est le principal problème donc nous travaillons avec le centre de ressource autisme (Cra),  (il en existe un par département et en Dordogne il est situé à Bergerac). On a régulièrement des mamans qui soupçonnent l’autisme donc je ne peux que les diriger vers le Cra de Bergerac », poursuit-elle. Conséquence de ce manque : environ un an d’attente avant d’obtenir un rendez-vous « alors que plus on prend l’enfant en charge tôt, meilleures sont ses chances d’évolution ». Pourtant les choses se sont améliorées, « depuis le dernier plan autisme, des Edap (équipe diagnostique autisme de proximité) ont été créées pour soulager les Cra. Il en existe trois en Dordogne à Sarlat, Bergerac et Périgueux mais elles débutent et commencent juste à se former aux outils de diagnostics. Ces équipes sont là pour faire des diagnostics complexes, par sur des jeunes qui répondent à tous les critères connus ».
Le troisième plan autisme se termine en 2018 et le quatrième est en cours d’élaboration mais déjà on connaît certaines pistes de travail.
« Il devrait permettre de travailler davantage sur l’inclusion et la scolarisation, mais aussi se tourner vers la famille, avec l’annonce du diagnostics et comment associer celle-ci à la prise en charge de leur enfant notamment en les formant sur les techniques utilisées dans
l’établissement qui l’accueille ». Ce quatrième plan devrait également mettre l’accent sur l’accueil, « tous les personnels du médico-social, des Ime etc, devraient être formés à l’accueil d’enfants autistes ». Il est également prévu d’autres volets, notamment sur la recherche des causes de l’autisme ou sur la sensorialité.  Mais aussi sur la prise en charge des adultes. « Le troisième plan autisme a eu la force de mettre l’accent sur la prise en charge des enfants mais rien de précis pour les adultes et en Dordogne, aucun équipement ne leur est dédié. C’est donc aberrant car toutes les techniques qui ont été mises en place dans les structures d’accueil pour enfants ne seront pas reprises lorsqu’ils seront accueillis dans d’autres structures. On espère donc que les choses vont bouger de ce point de vue là ». En terme d’accueil également il reste des progrès à faire, « nous avons dix jeunes qui sont en attente de structures d’accueil en ce moment y compris des très jeunes mais il n’y a pas de places suffisantes, alors que les gens sont prêts à déménager pour se rapprocher d’une structure. En 2010 nous devions avoir 44 places mais nous n’en avons que 22 car c’est l’Ars qui accorde les crédits et nous ne les avons pas ». Seul l’Apea et les Papillons blancs à Bergerac sont spécialisés dans l’accueil d’enfants autistes. Soit 60 places en Dordogne alors que « selon la haute autorité de santé, un enfant sur 150 est atteint d’autisme ». La route est donc encore longue pour que cette maladie soit réellement prise en compte par notre société.
Philippe Jolivet

Commentaires

l'année dernière il y a eu une première colonie de vacance dans un <a href="http://www.camping-auptitbonheur.com/">camping en dordogne</a>, deux jours seulement mais c'est une immense victoire pour nou