Fil info
17:34RT : rend hommage à Gérard Vandenbroucke qui nous a quittés. Un grand amoureux du dessin de presse qui… https://t.co/KbFmXODrlQ
15:04RT : Hommage de à Gérard Vandenbroucke qui nous a quitté hier soir. https://t.co/hbyLR3AZlW
14:28Sur le facebook du salon de presse et d'humour de St-Just-le-Martel : "Il n'y a pas de mot pour exprimer la douleur… https://t.co/E7zDSGGEro
14:10Gérard Vandenboucke aura jusqu'au bout œuvré, via ses mandats, pour l'intérêt collectif. https://t.co/P15PpNcKnl
14:05De nombreux témoignages d'amitié et de respect après le décès de Gérard Vandenboucke. Quelqu'un a dit "ton sourire… https://t.co/sLB7bb4zbx
14:03Région : De nombreux témoignages saluent un homme de qualité -> https://t.co/iSSA0NNKZp
13:06Tenir les tables de marque, administrer les licences des joueurs, démarcher les sponsors, réserver les gymnases. « … https://t.co/WHzwNN7Apq
11:23Accueil des nouveaux arrivants à la mairie de Limoges. entouré de plusieurs de ses adjoints leur souha… https://t.co/gzxKF6N8nw
09:47Gerard Vandendroucke est décédé vendredi soir des suites d’une longue maladie. Président de Limoges Métropole, il f… https://t.co/RxmfXy49Q8
09:46Gerard Vandendroucke est décédé vendredi soir des suites d’une longue maladie. Président de Limoges Métropole, il f… https://t.co/YgfRHIgotL
08:54# # - -Vienne : Départ en vacances: des contrôles pour votre sécurité -> https://t.co/1waGgwrcpN
08:51# # - -Vienne : CCollectif citoyens : le pouvoir d’achat comme seul sujet de préoccupation -> https://t.co/IhxKNiGSE9
08:47France : Salon de l'agriculture: Massif ne manque pas d’assurance -> https://t.co/pqtAntyhfY
08:43Région : Salon de l'humour de Saint-Just: «C’est vraiment pas le moment de la fermer...» -> https://t.co/clreXx5j7Q
08:33Région : Vie et mort d’un club sportif: quand trop, c'est trop! | L'Echo https://t.co/ksaVb8UsLL via
01:42RT : Peinée d’apprendre ce soir le décès de Gérard Vandenbroucke, président de , vice-prés de la… https://t.co/OpoA3Zr9Ot
01:42RT : Gérard Vandenbroucke est parti ce soir après un long combat contre la maladie. Homme engagé, avec des convictions s… https://t.co/8DZ9kNj9c7

Les chauffeurs de taxi face à un avenir incertain

Économie

Le 35e congrès de la Fédération nationale des taxis indépendants s’est déroulée durant trois jours à Saint-Avit-Vialard avec au menu, la concurrence déloyale et la rédaction d’une future convention collective pour la profession.
Paris, Marseille, Lyon, Bergerac, Lalinde, Périgueux ou encore Saint-Pardoux-la-Rivière... Une seul profession, chauffeur de taxi, et pourtant pas les mêmes conditions pour l’exercer ni les mêmes contraintes. Et dans le contexte changeant de la profession, les chauffeurs dits ruraux, aimeraient bien ne pas se faire écraser sur l’autel de chauffeurs urbains que l’on entend plus aisément.
En France, il existe environ 60 000 chauffeurs de taxi dont 3 500 sont adhérents à la FNTI (Fédération nationale des taxis indépendants) qui avait choisi la Dordogne ce week-end pour être le théâtre de son 35e congrès national. Trois jours de congrès au cours desquels la profession a pu faire part de ses souhaits, mais aussi de ses interrogations et de ses inquiétudes. S’il a beaucoup été question par le passé de la concurrence déloyale des VTC (voiture de tourisme avec chauffeur), comme Uber, aujourd’hui les griefs se portent à l’encontre des aides-ménagères. « Ce sont des taxis clandestins », s’emporte Patrick Charles, co-président du syndicat des taxis de la Dordogne. Car dans les faits, ces personnes venant en aide aux personnes âgées pour le ménage ou la toilette, conduisent également ces personnes faire des courses, chez le coiffeur ou à un rendez-vous médical. « Cela casse notre boulot car les tarifs sur une distance moyenne sont 40 à 50 % en dessous des notres », reprend Patrick Charles. Sans compter les CIAS qui mettent à disposition des bus. Mais ce qui inquiète davantage les chauffeurs de taxi, c’est que cette pratique devrait être prochainement « autorisée par le gouvernement via la loi LOM », indique Paul Durin, l’autre co-président du syndicat.
Autre difficulté, la création d’une convention collective pour les taxi, qui jusqu’alors n’existait pas. Les chauffeurs voudraient que la spécificité des taxis ruraux soit prise en compte par rapport aux urbains. Enfin, à l’heure où se négocie pour cinq ans la convention avec l’Assurance maladie qui cherche de nouvelles économies, les taxis ne voudraient pas perdre trop de plumes, car en parallèle, le prix du gasoil flambe.
En Dordogne, les entreprises de taxi sont au nombre de 145. En comptabilisant également les ambulanciers, 364 autorisations sont en service.
E.C.