Fil info
16:19 ça commence à bien faire de s'en prendre aux syndicats de travailleurs
16:09La secrétaire générale de l'Union départementale CGT de la Creuse Catherine Baly est convoquée au commissariat de... https://t.co/mEUkOlyFAu
13:02RT : Suite aux violences survenues à l’encontre des arbitres lors de rencontres départementales de ces de… https://t.co/ZDLyLsB1KT
20:40 Merci 😊
20:36 Elle est superbe 😊
20:35 J'veux pas dire mais ma photo est tout aussi belle 😉 https://t.co/uSiCecvEvW
20:33 Voici pardon 😉 https://t.co/HyzoOHrCVb
20:21 Manque une photo... https://t.co/8FObRER1vu
17:40RT : le parquet a su raison garder et la mobilisation a p… https://t.co/y7i3uWLLgZ
17:39RT : Le parquet de abandonne les poursuites à l'encontre du réalisateur , qui a suivi les… https://t.co/H5rqmXy29J

«Champ Libre» prend son envol au site Corot

C’est un travail presque incroyable qu’ont réalisé les bénévole du festival «Champ Libre» lors de cette deuxième édition, qui a marqué un nouveau pallier de son développement. Il suffisait pour s’en convaincre de pénétrer à l’étage du Moulin-Brice entièrement transformé par l’équipe pour recevoir les concerts et le bar. Une réalisation qui témoigne de la volonté et de la capacité d’agir qui se fédère autour de Charles Meillat, le directeur artistique du festival, qui revient sur cette belle aventure : «Je suis installé à Paris depuis 8 ans mais je suis originaire de Saint-Junien et j’avais envie d’organiser quelque chose ici depuis longtemps. Avec notre première compagnie nous avons joué dans des festivals un peu partout... Cela nous a donné envie de créer notre propre festival. Au début nous envisagions de nous installer en bords de Vienne... Mais Hermès a pris la place! C’est ensuite que nous avons rencontré «les Amis de Jean-Baptiste Corot» et le site nous a enchantés...» Durant toute la semaine passée et jusqu’à dimanche, les spectateurs ont pu apprécier la philosophie de cet étrange festival qui mêle professionnalisme, qualité de la programmation, surprises et décontraction : «Ce qui nous anime c’est la rencontre. La rencontre de différentes formes artistiques, de différentes personnes qui viennent passer un moment avec nous. Nous avons également établi des partenariats avec des festivals à l’étranger, à Birmingham, à Bilbao... D’autres partenariats sont en cours. Ce qui nous intéresse aussi c’est de constituer une aide pour la création. Que des spectacles montés et créés ici puissent être joué ailleurs. Pour cette année encore nous avons du théâtre, des projections, de la musique, des expositions... Tout ce que l’on aime.» Et les projets ne manquent pas : «Nous préparons déjà la troisième édition du festival, ce que nous aimerions aussi c’est développer le travail tout au long de l’année. Nous avons déjà commencé avec des stages, nous envisageons des interventions dans les écoles et dans les lycées.»
Pour conclure, ce n’est pas tous les jours et ce n’est pas partout que l’on peut croiser shakespeare, un sanglier rôti, un homme nu couvert d’argile, Spectrum Band ou une troupe de théâtre venue de Catalogne... L’équipe de «Champ Libre» a su faire réalité de ses rêves, c’est cela qu’ils donnent à voir et c’est cela qui donne immédiatement envie au public de leur emboîter le pas et de participer à l’aventure.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.