Fil info
20:08La mort de Poupou... Un choc. On le croyait immortel... Grâce à , j'avais pu recueillir de nombreux témoi… https://t.co/DXXy23JzAW
13:39 Dans les années 60, Poulidor alors qu'il faisait le tour de France, a tenu une chr… https://t.co/NVmEigVJQu
13:28Une photo qui aurait passé dans l' si... L', , le va de deuil en deuil... S… https://t.co/AK8PrMSdXj
10:37Mercredi, Alain s’est levé un quart d’heure avant minuit. Comme d’habitude. Il a claqué quelques bises à… https://t.co/KQgcm8Sc1I

Hôpital de Saint-Junien: Pierre Allard monte au créneau

Président du conseil de surveillance de l’hôpital Roland-Mazoin, le maire de Saint-Junien, Pierre Allard, au côté de Didier Lekiefs, responsable de la CGT de l’établissement, est intervenu hier matin, entouré de ses adjoints, pour défendre cet équipement, ses usagers et son personnel mais aussi pour annoncer la tenue, au mois de mai, d’assises nationales de la santé publique dans la cité gantière.
En premier lieu, le maire de Saint-Junien a tenu à rappeler que l’hôpital a vu son activité progresser de 4,2% en valeur et de 7,07% au niveau du nombre de séjours l’an passé. C’est donc un hôpital qui fonctionne... Même si le déficit se creuse. Un déficit entièrement imputable à la tarification à l’activité qui implique à la fois une hausse de cette activité... Et une baisse des moyens. Comprenne qui pourra la logique de celles et de ceux qui font de la santé publique une marchandise ! «La chasse aux dépenses publiques constitue bien la cause première et certaine des difficultés de l’hôpital (...) Pourtant, au plan du territoire, l’hôpital de Saint-Junien apparaît comme étant de plus en plus pertinent, nécessaire et utile pour nos concitoyens, si on juge la progression annuelle de ses entrées. Le besoin de service public est là. Et je sais pouvoir compter sur tous mes collègues élus et la population de Saint-Junien pour porter ce dossier et le défendre. Je le dis clairement: l’existence de l’hôpital de Saint-Junien n’est nullement menacée!» a expliqué Pierre Allard.
«Nous maintenons l’ensemble des spécialités. Nombre de disciplines médicales, cardiologie, chirurgie viscérale, orthopédie, urologie, dermatologie, opthalmologie, consultation avancée pédiatrie, maternité, chirurgie ambulatoire sont bien actives dans notre hôpital. Mais il faut reconnaître que l’attirance de certains professionnels vers le secteur privé, qui rémunère mieux, est une réalité puisque les salaires vont du simple au double», a-t-il poursuivi.
Cette réalité que pointe le maire de Saint-Junien, c’est l’organisation du déficit des hôpitaux publics pour en faire porter les conséquences aux personnels et aux usagers. Tout en permettant au privé le choix des secteurs les plus rentables. Montrer que d’autres solutions sont possibles, ce sera l’objectif du débat public qui se déroulera ici, en mai prochain, avec la participation de personnalités d’envergure nationale.
L’heure est donc à la mobilisation, sociale et politique et le service public de santé est en première ligne d’un projet de société qui ferait de l’intérêt des populations, plutôt que de la rentabilité, sa priorité.

Air Jordan IV 4 Retro Snake Skin