Fil info
18:52La fabrique d’un journal. Imprimerie Rivet. Éditeur de . Colère aussi de savoir que l’, après… https://t.co/UrC2sD3iXM
14:19 Formidable 👍
13:42Le surnom de "Poupou" lui a été donné par un journaliste du quotidien communiste du Centre, di… https://t.co/iG6trKRIOz

Jacques-Emile Deschamps reçoit l’hommage de sa ville

Malice du temps, c’est dans ce lycée qui l’avait exclu, pour cause de cheveux trop longs, devenu depuis la cité administrative de Saint-Junien, que se trouve désormais la salle Jacques-Emile Deschamps, inaugurée samedi par le maire de la commune, Pierre Allard, entouré de la famille et des amis du chanteur. «Jacques-Emile Deschamps est né en 1950 à Saint-Junien où il effectue sa scolarité jusqu’au lycée, dans les murs où nous nous trouvons aujourd’hui. Très jeune, il s’engage sur les chemins de la poésie et de la musique. En 1972, son premier album : Non retour, qualifié de magnifique et d’indispensable par Télérama le révèle au public. Quelques mois plus tard, il reçoit le Premier prix de la Sacem au Festival de Rennes.
De 1973 à 1976, il enchaîne deux nouveaux disques qui lui valent les éloges de la critique. Jusqu’en 1978, il remplit des salles telles que l’Olympia, le Palais des glaces, il participe à de nombreux festivals comme les deux premiers Printemps de Bourges, le Festival de Mexico où il connaît le succès.
Dans le même temps, il écrit, compose et arrange une trentaine de chansons pour Marc Ogeret, scellant ainsi définitivement sa filiation à la belle chanson française» a rappelé Pierre Allard en s’arrêtant sur le parcours du chanteur saint-juniaud. «Le talent est là, qui s’exprime par des textes poétiques où l’amour, la révolte, l’humanisme se mêlent, qui s’exprime aussi par une musique à la fois souple et exigeante, naviguant de mélodies douces au rock ou au jazz. Il compose également pour la publicité et la télévision. Ce sont sans doute ses qualité de poète et de musicien qui lui valent, à l’âge de 23 ans, d’être engagé comme directeur artistique par les disques Vogue et de collaborer plus tard à des magazines spécialisés dans la musique.
D’autres passions l’animent. Elles le conduiront à travers le monde et particulièrement en Asie où il étudie les spiritualités orientales et la médecine chinoise auxquelles il consacre plusieurs ouvrages qui font référence. Son goût pour l’écriture s’exprime aussi dans la poésie ou le polar avec toujours autant de brio. Derrière l’écrivain, le musicien pointe à nouveau dans les années 2000 pour composer encore. Jacques-Emile Deschamps retrouve la scène, notamment à Saint-Junien, à La Mégisserie en juin 2012, puis plus tard à quelques pas d’ici à La Paillote.
La mort est venue interrompre brutalement cette belle carrière en novembre dernier. L’étendue et la diversité de son œuvre ne suffisent pas à caractériser pleinement
l’homme. Fidèle en amitié, ouvert aux autres, à l’écoute des dérives du monde, porteur des espoirs de l’humanité, il mérite à la fois notre admiration et notre reconnaissance.
En baptisant de son nom cette salle qu’il fréquentât à l’époque du lycée, la municipalité souhaite simplement que le souvenir de Jacques-Emile Deschamps résonne longtemps dans ces murs et au-delà.» a conclu Pierre Allard avant que les amis musiciens du disparu participent à leur tour à ce bel hommage.

nike free run 5.0 basketball