Fil info
19:43Sainte-Orse : Une découverte sportives des sentiers et des bories -> https://t.co/vfA6wElVJb
19:40Dordogne : De l’ombre qui produit de l’électricité -> https://t.co/cQsXKDom8r
18:16Coulounieix-Chamiers : Quatre mois de travaux en vue -> https://t.co/9DxT4NVa43
18:13Beynac-et-Cazenac : Le chantier du contournement ouvert à la visite -> https://t.co/1mo9f1CLSt
18:07Douadic : Un hommage solennel rendu aux déportés -> https://t.co/gg1MPDzyaL
18:03Indre : Retour en images sur le Festival international des sports extrêmes -> https://t.co/4nwa33KUXh
17:54Châteauroux : Un air de guinguette pour les résidents des Rives de l’Indre -> https://t.co/6E2VQAyolz

Mobilisation pour «encore plus de Coquelicots»

Ils étaient une vingtaine environ au rassemblement initié par l’association Saint-Junien environnement et «Par ici la bonne soupe» de Saint-Christophe (16) ce vendredi en face de la mairie de Saint-Junien.

Membres d’associations ou habitants lambda de la commune, tous étaient présents pour demander «l’arrêt total des pesticides de synthèse».Ce rassemblement coïncide avec la parution des résultats individuels des analyses des «pisseurs (in)volontaires de glyphosate» organisé par le Comité Glypho 87, parmi eux, Benoît Brulin, organisateur du réseau des «pisseurs de glyphosate» en Haute-Vienne, ce dernier précise : «J’ai reçu les résultats des analyses et comme pour mes camarades, le taux de glyphosate présent dans l’urine dépasse la valeur maximale autorisée à savoir 0.1 ng/ml... On est donc tous contaminés» De son côté, Sandra Leboutet, secrétaire de Saint-Junien environnement estime que ce 5ème rassemblement vient dans la continuité des premiers : «On doit continuer à se rassembler pour sensibiliser le maximum de personnes sur les effets des produits tels que le glyphosate». La prochaine étape sera un dépôt de plainte contre l’État, avec pour motif la mise en danger de la vie d’autrui : «Je vais moi-même déposer plainte car si on ne fait rien, les politiques actuelles ne changeront pas et la protection des riverains contre ce type de contamination ne sera jamais assurée» regrette Benoît Brulin. Avec des taux, dix voire, quinze fois supérieurs à la norme, les agriculteurs restent les plus touchés par cette molécule de synthèse aux puissantes propriétés herbicides, mais dont les risques sanitaire restent des plus élevés.