Fil info
21:20Saint-Geniès : Issue tragique à l’accident de dimanche près de Sarlat -> https://t.co/vtbgqYzcRB
20:50Périgueux : Les Jeunes Agriculteurs de la Dordogne soutiennent leurs aînés -> https://t.co/7MmyBJe4TS
20:07Saint-Geniez-ô-Merle : Une zone blanche, des tours, un pylône et des explications -> https://t.co/3Z8jUmvacO
20:00Périgueux : Création d'un pôle public d'éradication de l'amiante : réponse mi-novembre -> https://t.co/hcBH2MHFAu
19:52Argenton-sur-Creuse : Faune 36, un centre de soins pour animaux sauvages inédit dans l’Indre -> https://t.co/y22p4lm018
19:51Issoudun : Le 7e Issoudun Reggae temple ce soir et demain au PEPSI -> https://t.co/qmHCRoSlZx
19:43Châteauroux : « Châteauroux Demain » apporte sa contribution à l’enquête sur le PLUi -> https://t.co/AIVABN6Var
19:41Châteauroux : Glyphosate : 58 plaintes déposées -> https://t.co/0EMi2INYYx
18:10RT : Le voilà le fameux ruissellement. https://t.co/JjoJAgaEgA
18:08RT : Le 17 octobre 1961, quelques mois avant la fin de la fin de la guerre d'Algérie, des centaines d’Algériens étaient… https://t.co/pH58p21gvX
18:07RT : Le voilà le fameux ruissellement. https://t.co/JjoJAgaEgA
18:06RT : Région : Service tendu à La Poste -> https://t.co/UJy8P84LKQ
18:06RT : Tulle : "Privée du métier que j'aime" -> https://t.co/y8PBvprmtA
18:06RT : Selon l'Insee, le taux de pauvreté en France atteint 14,3% en 2018, soit 9,1 millions de Français. 200 000 pauvres… https://t.co/zmud4JGRrL
17:59RT : Selon l'Insee, le taux de pauvreté en France atteint 14,3% en 2018, soit 9,1 millions de Français. 200 000 pauvres… https://t.co/zmud4JGRrL
17:56RT : 🇫🇷 Ce matin, lancement du au lycée Les Vaseix : une première en ! 👉 Promouvoir et déve… https://t.co/VFAwGbPmio
16:57Marsac-sur-l'Isle : Votre BA, c’est fin novembre -> https://t.co/1zVpEqDlVo
16:51Le 1er ministre Édouard Philippe aurait-il finalement renvoyé une note à ses ministres sur les règles en période él… https://t.co/t72BDN0tM6
16:14Sarlat-la-Canéda : Des recherches plastiques en lien avec le compagnonnage -> https://t.co/WrLc9hCHHp
15:39Boulazac : Sécuriser les abords de l’école -> https://t.co/L0K0agLsgH
13:40Beynat : Des châtaignes plein le cabas ! -> https://t.co/pNUj02sCAW
08:17RT : Région : Service tendu à La Poste -> https://t.co/UJy8P84LKQ
08:17RT : Région : Cinq ans de prison ferme pour la mère de Séréna -> https://t.co/WCJ2sAfWDi
07:35# # - -Vienne : Demain, c’est la Frairie : yes ! -> https://t.co/xR4NRe7Beo
07:33# # - -Vienne : "Au bord du rêve", une œuvre très originale -> https://t.co/0AcNK0wU7v
07:30# # - -Vienne : «Now», l’événement qui veut rendre l’économie plus «funky» -> https://t.co/Mo1R1d1Wh3
07:27Région : Cinq ans de prison ferme pour la mère de Séréna -> https://t.co/WCJ2sAfWDi
07:24Région : Service tendu à La Poste -> https://t.co/UJy8P84LKQ

Lutte sociale et environnement : deux colères, un même combat

Samedi dernier, le Ciné-Bourse de Saint-Junien a accueilli la journée «Fin du mois, fin du monde, même combat» organisée par les Amis du monde diplomatique avec le soutien d’Amnesty International, d’Attac 87, de L’Echo et de Saint-Junien Environnement, de 15 h à

1 h du matin et en présence de Vincent Jarousseau, écrivain, photographe et auteur du livre « Les racines de la colère ».

Une journée de partage et d’échanges dans une ambiance propice à la réflexion et à l’émotion, grâce à la sélection de films projetés à l’occasion. Aussi, des ateliers pour enfants, des stands de lecture et un repas ont été mis en place. Un programme riche pour une journée dédiée à des combats, différents sur la forme, mais profondément liés sur le fond.

Déroulé de la journée

En ouverture, les présents ont pu assister gratuitement à la projection du film américain « Notre pain quotidien » à 15 h. Une œuvre qui raconte les USA des années 30. Une période marquée par la crise économique historique que le pays a traversé. John et Mary, dont la situation financière est critique, se voit proposer de reprendre une petite ferme hypothéquée. Ils acceptent, mais l’ampleur de la tâche est telle qu’ils décident de s’organiser en coopérative. De tout le pays, les victimes de la crise affluent, une incroyable aventure collective commence alors. Les enfants, dont certains venus de l’ex EHPAD Bellevue-de-Glane, réquisitionné par la préfecture pour reloger les réfugiés expulsés du squat du CRDP, ont pu assister à la belle histoire de « Jacob et des chiens qui parlent », pour ensuite prendre part au goûter et à des jeux autour des droits des enfants, dans une ambiance particulièrement dyn amique. Toujours à 16h30, nouvelle projection, très émouvante, avec le film «Rosie Davis», qui raconte la vie d’une famille irlandaise modeste, mais heureuse, qui voit sa vie basculer quand le propriétaire de leur maison décide de la vendre. Un tournant qui plonge la famille dans la précarité. Par la suite, une pause gourmande a été programmée au alentours de 18h, avant d’attaquer les deux heurs d’échanges, de lectures et de débats, avec une lecture d’extrait de « La victoire des vaincus» d’Edwy Plenel et d’un texte de Frantz Fanon par la comédienne, Isabelle Fruleux. Cette lecture a été suivie d’une projection de photographies de l’ouvrage « Les racines de la colère » commentée par son auteur, Vincent Jarousseau, qui a débattu avec Bertrand Catus (L’Echo), Benoît Brulin (Saint-Junien Environnement) et Daniel Matias (Les Amis du monde diplomatique), des mobilisations sociales et environnementales de l’année écoulée. Le débat, très riche, a notamment porté sur la situation et la représentation des classes populaires dans la société actuelle ou sur la relation, parfois contradictoire, entre révolte spontanée, organisation collective et expression politique. À la fin des échanges, le film « Welcome to sodom », a plongé les spectateurs dans une immense étendue vaseuse surnommée Sodome, un espace situé aux portes de la capitale du Ghana, qui constitue l’une des plus grandes décharges électroniques au monde, où des milliers de personnes travaillent et respirent les fumées toxiques des déchets qui brûlent. Dernière pause de la journée, pour un repas partagé, tiré du sac mais aussi avec une soupe et des spécialités syriennes à déguster à la Brasserie de la Bourses.

Entre hapenning de Gilets Jaunes et bonne humeur, chacun a pu faire le bilan de cette belle journée, avant la clôture et le film « Décapita(lisa)tion.»

Photo: Vincent Jarousseau revient sur l’émergence du mouvement des Gilets jaunes.

Nike Tn Air Max Plus