Grenouilles et agapes romaines au festival des Milliaires

Samedi 3 août, pour l’été grec du Festival des Milliaires, le théâtre antique va résonner d’une nouvelle pièce proposée par la talentueuse Compagnie de théâtre Démodocos Les Grenouilles d’Aristophane, écrite et présentée à Athènes en 405 avant Jésus Christ.
Comme Les Thesmophories, Les Grenouilles est une satire dirigée contre Euripide, poète grec, par le côté littéraire. Elle obtient le premier prix et est représentée une seconde fois l’année suivante.
La pièce se compose de deux parties. Dans la première, on assiste à la descente aux Enfers de Dionysos, dieu du théâtre, fort dépité par le manque de qualité dramatique qui sévit dans une Athènes ravagée à l’époque par les conflits politiques, et pour laquelle l’art constitue un contrepoint bienheureux au sentiment de déclin qui habite les malheureux Athéniens. Accompagné de son esclave Xanthias, et revêtu d’une peau de lion que lui a donnée Héraclès, il traverse le Styx tout en écoutant le concert infernal des grenouilles qui peuplent les marais. Son accoutrement est à la source de multiples quiproquos.
Dialogue outrancier
Les habitants des Enfers le prennent pour Héraclès et cherchent à se venger de lui avec un ressort comique supposé faire rire les spectateurs et les amener tranquillement jusqu’à la parabase (discours du chef de chœur), puis à la deuxième partie de la pièce qui est clairement le propos d’Aristophane.
Reçu par Hadès, Dionysos organise un long débat entre Eschyle et Euripide. Nous assistons alors à une véritable discussion littéraire entre les deux grands dramaturges grecs. Chacun des deux rivaux vante ses qualités et attaque les défauts de son adversaire. Un dialogue qui, tout en restant comique, outrancier, un peu vulgaire par moments, est d’une qualité remarquable et moderne. Enfin, on apporte une balance où Dionysos pèse les vers des deux poètes. Eschyle l’emporte.
C’est lui que Dionysos ramènera sur la terre, modifiant son projet initial de ramener Euripide. Pendant son absence, le sceptre tragique restera aux mains de Sophocle. Amis spectateurs, pensez à lire un peu le texte avant de venir... comme pour Lysistrata, c’est trivial mais pas vulgaire !
Les personnages du drame : Xanthias, Dionysos, Héraclès, un mort, Charon, chœur accessoire des grenouilles, chœur des Mystes, Eaque, servante de Perséphone, une cabaretière, Plathané, Euripide, Eschyle, Pluton, Ditylas, Sceblyas, personnages muets et Pardocas.
Recettes romaines
Cette année encore, le banquet romain organisé par l’ASSAAM (Association pour la Sauvegarde du site d’Argentomagus et Amis du Musée) et les Milliaires, tradition pitolate, est reconduit à l’issue de la représentation, à partir de 21 h. Un banquet romain, à quoi ça ressemble ? « À une grande table de banquet avec des plats réalisés à partir de recettes romaines. Les comédiens se joignent aux commensaux pour ripailler et danser », précise Véronique Pillon, organisatrice du festival et présidente de l’association « l’Été du Tertre ».
Sophie Tymula
« Les Grenouilles d’Aristophane » : 18 h 30, présentation de la pièce par Guilllaume Boussard. Entrée :15 €, 10 € étudiants, gratuit -10 ans. Banquet romain : 23 € le banquet seul, 32 € banquet et théâtre. Inscriptions auprès de l’Eté du Tertre au 06 71 43 37 56 ou par mail : milliaires@gmail.com.

Aristophane
Aristophane (né en 450-445 avant Jésus Christ, mort en 385 avant
J.-C.) est un dramaturge grec, auteur de comédies. Une des principales figures du siècle de Périclès, avec Eschyle, Sophocle, Euripide, Socrate, on dit qu'il aurait écrit à peu près quarante-quatre pièces. De ces quarante-quatre, onze seulement nous sont parvenues.