Fil info
19:07Coulounieix-Chamiers : Préfet Frédéric Perissat : « nonobstant la loi chasse, je reste le patron » -> https://t.co/WGQBNSjKM6
18:36Périgueux : Prise de conscience de l’urgence climatique et sociale -> https://t.co/3npg9YL2Rs
18:19RT : Pour un Jean-François choqué, l’incarcération de est particulièrement sévère au regard de son âge. Venant… https://t.co/oRDsTLZrE8
18:18RT : La droite qui s’indigne de l’incarcération de Patoche c’est la même qui a fait du « laxisme de la justice » son fon… https://t.co/YWj0Z29AGn
18:04Saint-Laurent-sur-Manoire : Une troisième saison riche de découvertes -> https://t.co/Ksxua3wlZj
18:04RT : [A LA UNE A 18h00] De nouvelles scènes de violence ont émaillé des manifestations interdites à Hong Kong, la police… https://t.co/3SuiyShqYU
18:00Castelnaud-la-Chapelle : Sensibiliser le public aux enjeux du climat et de la biodiversité -> https://t.co/00uPHwNESp
14:18RT : Merci aux ⁦⁩ ⁦pour cette article sur le train des primeurs. Ils confirment mes propos ainsi que ceux de ⁦… https://t.co/a1wVulXTlH
08:26Périgueux : (VIDÉO) Jean-Philippe Granger : "le monde agricole est aussi des négociations sur le réforme des retrai… https://t.co/quugxSk02B
07:08Chancelade : Deux incendies, une maison totalement détruite aux portes de Périgueux -> https://t.co/zJ68vKjs43

La Seynie aujourd’hui à la maison du Patrimoine

 

Cet espace muséal ouvert depuis 2014 occupe des bâtiments historiques, sur la place Attane, à deux pas de la collégiale, au cœur de la cité

médiévale. Au rez-de-chaussée, le visiteur est accueilli par un dispositif interactif présentant le kaolin et l’activité des anciennes carrières de Marcognac, site vitrine «les clefs du Périgord-Limousin». La collection de céramique Paul Marquet, témoigne de l’histoire de la porcelaine et de la faïence en

Europe et comporte également des pièces asiatiques. La présentation est renouvelée chaque année et dialogue avec les créations en résidence de céramistes actuels.

Actuellement et jusqu’au 29 septembre vous pouvez y admirer l’exposition « La Seynie aujourd’ hui ».

Vous pouvez également admirer les créations de quatre artistes.

Tout d’abord celles de Juliette Clovis. Son œuvre plastique explore deux axes de recherche : l’idée de cycle de la vie incessant et universel et la recherche perpétuelle d’un équilibre né de contrastes et d’oppositions. Très influencée par l’esprit baroque, l’artiste multiplie les références, mélange les influences et détourne les codes, tentant de rendre harmonieux un univers fait de contrastes et de mélanges. Pluridisciplinaire, l’artiste est très attachée aux techniques et à la matière. Sa production actuelle se développe principalement autour de la sculpture avec son médium de prédilection : la porcelaine.

L’artiste a créé notamment deux vierges en porcelaine qui forment un diptyque. Une première vierge, assez pure, sera doucement envahie par une nature harmonieuse et bienveillante. Cette première vierge, toute blanche, contraste avec la deuxième vierge qui est elle entièrement noire. Un nœud de serpents entrelacés recouvre le globe terrestre sur lequel repose cette seconde vierge. Si dans l’iconographie religieuse, la vierge écrasant le serpent symbolise le triomphe contre le mal ; sa version de la vierge aux multiples serpents sera bien différente…

De son côté Cécile Gautier ainstallé son atelier l’an dernier à La Seynie pour y développer ses créations. Elle laisse libre cours à ses idées, à ses envies. Le végétal et le minéral sont ses principales sources d’inspiration. Le décor floral est présent à toutes les époques de l’histoire de l’art et de la porcelaine. Les fleurs se déclinent depuis toujours sous mille formes. Elle a ainsi créé une gigantesque orchidée en porcelaine. L’installation se compose de quatre branches d’orchidées en biscuit satiné, suspendues à un miroir. Les branches sont des tubes de cuivre patiné. Les orchidées sont déclinées en cinq tailles.

Laurence Lavollée vit et travaille la porcelaine à Limoges. Elle propose un travail d’artiste avec ses sculptures en porcelaine réalisées en pièces uniques et un travail de designer avec ses objets fabriqués en petite et moyenne série. Elle aime jouer avec les effets de matières et de gravures, et exploiter la translucidité de la porcelaine avec des apports de lumière.

Enfin Réjean Peytavin est fasciné par les écosystèmes, il crée des rencontres entre formes et matériaux, en mêlant des éléments

factuels empruntés de différents domaines, tels que l’archéologie, le sport… Ici son projet est librement inspiré d’un texte imprimé en 1854, intitulé « Nouvellesinstructions sur la Potichomanie ». Ce courant décoratif en vogue à Paris au milieu du XIXe siècle est une ode à l’amour de la porcelaine, très chère à cette époque.

Ainsi les contrefaçons de la porcelaine, et surtout des potiches,n’étaient pas une chose nouvelle. Les fleurs imprimées sur toiles étaient découpées et disposées sur la surface intérieure d’un vase ou d’une coupe en verre ou en cristal, puis recouvertes d’une couche de vernis blanc. Ainsi la couche

vitrée produisait une illusion d’émail, trompant l’œil à distance moyenne. Ce manuel d’instruction prétendait se hisser au rang des porcelaines de Sèvres et de Dresde avec un naturel déconcertant À travers ce projet. A travers son travail, Réjean Peytavin souhaite revisiter ce courant décoratif, en y associant les motifs floraux collectés sur les pièces de la collection Paul Marquet.

Cette exposition est visible tous les jours de 14 h à 18 h jusqu’au 29 septembre. Entrée libre, visite commentée 3 € (sur réservation). La maison du Patrimoine est située 1, place Attane, square Sœur-Emmanuel-Marie. Plus d’infos au 09.64.11.44.52.

Michaël Callet

Photo : On peut notamment admirer une orchidée géante et une magnifique robe de mariée en porcelaine. 

 

Shop Nike Shoes, Apparel, Accessories at Renarts