Fil info
13:42Le surnom de "Poupou" lui a été donné par un journaliste du quotidien communiste du Centre, di… https://t.co/iG6trKRIOz

Sarlat va frapper les trois coups

Théâtre

La 64e édition du festival des Jeux du théâtre se déroulera du 18 juillet au 3 août prochains sur les quatre lieux mythiques de Sarlat : la Place de la Liberté, le Jardin des Enfeus, l’Abbaye Sainte-Claire, et le Jardin du Plantier. Parmi les stars attendues cet été, Marie Gillain pour sa pièce « la Vénus à la fourrure ».
La culture fiche le  camp mais le Festival reste ». Cela pourrait résumer de manière quelque peu triviale la 64e édition du festival des Jeux du théâtre qui se déroulera à Sarlat du 18 juillet au 3 août prochains dont le programme a été dévoilé la semaine dernière.
L’équipe du comité présidée par Jacques Leclaire a concocté sous la houlette de Jean-Paul Tribout qui fête quant à lui ses vingt ans  au service du festival, un programme éclectique « de haute qualité malgré l’abandon culturel de l’Etat et les difficultés financières de notre temps ».
« Jean-Paul a su trouver un programme supérieur aux autres éditions. Je ne sais pas comment il a fait, car à nouveau de la part de la Drac c’est 8 000 euros en moins. La culture fiche le camp, l’Etat se désengage, il va falloir trouver des ressources pour éponger les déficits, sinon d’ici deux à trois ans, nous allons être obligés de mettre la clef sous la porte ». Des propos alarmistes de la part de Jacques Leclaire, mais qui reflètent une bien mauvaise réalité.
« Plus d’une centaine de festivals cette année sont annulés », comme l’a annoncé Jean-Paul Tribout. Il n’a d’ailleurs pas manqué de rappeler cette phrase restée célèbre de Winston Churchill à qui, alors que l’on était en pleine période de guerre, on demandait de faire des économies sur le budget culturel, avait eu cette réponse sans appel : « mais alors pourquoi nous battons nous… ! ».
Ce n’est pas nouveau le budget de la culture en période de difficulté est toujours sacrifié (on pourrait avoir l’exemple de la médiathèque à Sarlat), mais pour l’heure « en ces temps de disette » comme le faisait remarquer Jeanne Rouanne  maire-adjointe chargée des affaires culturelles « c’est bien que le festival tienne le choc ».  
« Une année exceptionnelle »
Pour marquer donc les 20 ans de Jean-Paul Tribout  au Festival «  un attachement qui devrait perdurer », c’est une programmation « exceptionnelle » qui a été dévoilée la semaine dernière salle Pierre Denoix en présence d’un très nombreux public. 18 pièces au total comme la saison dernière seront à l’affiche (prix des places inchangés) avec beaucoup plus de séances « tout public », et la volonté affirmée d’offrir aux quelques 7 000 spectateurs attendus des pièces du répertoire classique, des œuvres contemporaines, des créations variées ainsi que des spectacles poétiques, musicaux et des lectures.
Jean-Paul Tribout, avec la verve qu’on lui connaît, a présenté chaque spectacle et si bien évidemment il les recommande tous il a cependant dans sa musette deux spectacles « carambar » : il offre un carambar à ceux qui sont déçus. Il s’agit de : « Le serment d’Hippocrate » de Louis Calaferte dans une mise en scène de Patrick Pelloquet « une comédie exceptionnelle par la qualité du texte, des acteurs » (28 juillet jardin des Enfeus) et « Les Cavaliers » d’après le roman de Joseph Kessel « il amènera l’Afghanistan aux Enfeus le 30 juillet ». Il y aura également des comédiennes qu’il faudra absolument voir sur les planches comme Fanny Cottençon qui avec Jean-Luc Moreau joue dans la pièce en ouverture du festival le 18 juillet « On ne se mentira jamais » d’Eric Assous, et Marie Gillain qui au côté de Nicolas Briançon sera « La vénus à la fourrure » de David Ives (trois nominations aux Molières 2015  place de la Liberté le 26 juillet). En vedette, on retrouvera les classiques : Alfred de Musset (21 juillet), Shakespeare pour une pièce qui est en train de se monter « Beaucoup de bruit pour rien » (22 juillet), Molière (24 juillet), Ionesco (27 juillet) et Courteline (1er août), mais également des textes de Stéphan Wojtowicz et François Bégaudeau (19 juillet), Raymond Queneau (20 juillet), Jean-Marc Chotteau (23 juillet), Vladia Merlet (25 juillet), George Sand ma vie son œuvre de Caroline Lœb et Tom Dingler, un spectacle sur tréteaux « Fabula Buffa » au Plantier. Et en clôture le 3 août, Graham Greene avec « Voyages avec ma tante » (nomination aux Molières 2015).
Hommage a été rendu par Jacques Leclaire à Michel Escande et Josette Dutilleul récemment décédés qui ont marqué le festival de leur empreinte.

Le programme complet du festival
Journée des auteurs : dimanche 19 juillet à l’Abbaye Sainte-Claire. Carte Blanche à la compagnie Arguia Théâtre.
18 h : Le rendez-vous, extraits de textes de Stéphan Wojtowicz. 19 h 30 : apéritif et assiette périgourdine. 21 h : D’après « Au début » de François Bégaudeau. Zazie dans le métro de Raymond Queneau, mise en scène : Sarah Mesguich : lundi 20 juillet à 21 h 45 au Jardin des Enfeus. Tout public. La confession d’un enfant du siècle de Alfred de Musset. Mise en espace et interprétation : Nicolas Lormeau, sociétaire de la Comédie française : mardi 21 juillet à 21 h à l’Abbaye Sainte-Claire. Beaucoup de bruit pour rien de William Shakespeare. Mise en scène : Hervé Van der Meulen : mercredi 22 juillet à 21 h 30 Place de la Liberté. Fumistes ! et autres Zutistes, Jemenfoutistes, Incohérents, Hirsutes et Hydropathes de la Belle Epoque. Pièce écrite et mise en scène par Jean-Marc Chotteau : jeudi 23 juillet à 21 h 45 au Jardin des Enfeus. Don Juan de Molière. Mise en scène : Arnaud Denis : vendredi 24 juillet à 21 h 30 Place de la Liberté. Cafi de Vladia Merlet. Mise en scène : Georges Bigot : samedi 25 juillet à 21 h 45 au Jardin des Enfeus. Tout public. La Vénus à la fourrure de David Ives. Mise en scène : Jérémie Lippmann. Avec Marie Gillain et Nicolas Briançon : dimanche 26 juillet à 21 h 30 Place de la Liberté. La leçon d’Eugène Ionesco. Mise en scène : Marcel Cuvelier : lundi 27 juillet à 21 h à l’Abbaye Sainte-Claire. Tout public. Le serment d’Hippocrate de Louis Calaferte. Mise en scène : Patrick Pelloquet : mardi 28 juillet à 21 h 45 au Jardin des Enfeus. Tout public. Aucassin et Nicolette chantefable anonyme du XIIIe siècle. Mise en scène : Stéphanie Tesson : mercredi 29 juillet à 21 h à l’Abbaye Sainte-Claire. Tout public. Les cavaliers d’après le roman de Joseph Kessel. Mise en scène : Eric Bouvron et Anne Bourgeois : jeudi 30 juillet à 21 h 45 au Jardin des Enfeus. Georges Sand, ma vie, son œuvre de Caroline Loeb et Tom Dingler. Mise en scène : Alex Lutz : vendredi 31 juillet à 21 h à l’Abbaye Sainte-Claire. Courteline, courtes pièces... Mise en scène : Jean-Daniel Laval : samedi 1er août à 21 h 45 au Jardin des Enfeus. Tout public. Fabula Buffa de Ciro Cesarano, Fabio Gorgolini et Carlo Boso. Mise en scène des auteurs : dimanche 2 août à 19 h au Jardin du Plantier. Tout public. Voyages avec ma tante de Graham Greene. Mise en scène : Nicolas Briançon : lundi 3 août à 21 h 45 au Jardin des Enfeus.

Photo Fabienne Rappeneau

Nike Shox TLX 0018