L’économie et le patrimoine au menu du préfet

Visite

Trois visites dans l’arrondissement de Sarlat étaient au programme du préfet de la Dordogne ce jeudi 28 mai. Les deux premières sur l’ancien canton de Carlux, d’abord à la Ferme des Quatre Vents à Peyrillac-et-Millac pour découvrir un élevage de chèvre angora, puis au château médiéval du bourg de Carlux et la troisième visite au camping du Paradis à Saint-Léon-sur-Vézère.
L’élevage de chèvres angora de la famille Lauvie (voir une précédente édition) est le deuxième plus important de France après celui d’une ferme des Pyrénées. C’est en 2011 que Mathieu Lauvie s’est lancé dans cet élevage peu commun et actuellement il possède 180 bêtes qu’il faut tondre deux fois par an. Chaque tonde produit environ 300 kilos de laine qui  sont ensuite triés en cinq catégories. Il n’existe plus de filature en France aussi la tonde part en Italie et une fois filée, travaillée elle revient à la Ferme pour être tissée et tricotée. Et cela donne ce mohair doux, léger, facile d’entretien qui ne retient pas les odeurs et se trouve
être un excellent isolant thermique. À la boutique de la Ferme on peut ainsi découvrir des accessoires faits sur place comme des écharpes, étoles, bonnets, gants, chaussettes et bien évidemment le fil à tricoter pur mohair ou mohair et soie (voir le site « Au fil des Nuages ») .
Après le secteur économique, a eu lieu le patrimoine avec la visite du château médiéval en compagnie des élus et des conseillers départementaux. Sous la conduite du maire André Allard et de son adjoint Michel Lemasson, Christophe Bay et la sous-préfète de Sarlat Maryline Gardner ont pu découvrir les travaux démarrés en 1992 sur les ruines de ce château du XIIe siècle donné à la commune par M. Platel. Après une première tranche pour déblayer et niveler l’intérieur de la forteresse, les travaux ont repris mais pour l’heure les risques d’accidents sont trop grands pour permettre la visite au public. Ce château qui n’est inscrit qu’à l’inventaire des Monuments historiques et dont la cour pourrait être transformée en théâtre de verdure domine avec majesté le bourg avec une très belle vue sur l’église du  XIV et XVe siècle et la cheminée dite « Sarrazine » de la même époque qui surmonte le pignon d’une maison.
La salle de réunion de la maison des services publics a permis ensuite aux élus d’évoquer plusieurs points concernant la communauté de communes du Pays de Fénelon. En premier lieu André Allard a fait part des problèmes d’urbanisme, de la Poste dont le bâtiment a été transformé en agence postale communale et de la gendarmerie « il n’y a aucun projet de fermeture » a rassuré le préfet. Patrick Bonnefon maire de Carsac et président de la communauté de communes (19 communes, 9 880 habitants) a mis en avant les problèmes de la ruralité «les lois sont faites pour les urbains et pas pour les ruraux » et pointé du doigt la disparition des services à la population et des services publics. Il a annoncé le projet de réaménagement de l’ancienne gare de Carlux rendue célèbre grâce à la photo prise par Robert Doisneau. D’ailleurs une exposition permanente du photographe va être mise en place avec un point d’accueil tourisme et des expositions temporaires. De son côté Vincent Flaquière maire de Simeyrols et vice-président de la communauté de communes a fait part de son inquiétude face aux suppressions de postes dans les écoles « cela nous a amené à envisager la fusion des deux rpi ». Christophe Bay a mis en évidence l’atout économique de ce secteur rural, « l’excellente démarche qu’est  la fusion des rpi » et souligné par rapport au Haut débit et les zones blanches (que l’on peut constater dans le Salignacois notamment) que la loi Notre était une bonne chose « elle oblige les opérateurs à couvrir ces zones ». Il a assuré les élus de « l’accompagnement » par l’Etat des projets et travaux évoqués.
P. Pautiers

nike air max 2019 black