Bilan des missions et objectifs pour la cob de Sarlat

Réunion

Le 14 mars, un jour d’inspection annuelle de la Communauté de Brigades de Sarlat, a été l’occasion pour le Lieutenant Yoann Rantrua, de présenter aux 31 maires des communes concernées sur le secteur de Sarlat, de
Salignac et de Carlux, le bilan de l’année écoulée au niveau des
missions, et de tracer des perspectives pour 2017. Il était accompagné du major Rilievo et du commandant de la compagnie le capitaine Matthieu Têtu.
Les interventions de la cob sont en baisse « 1 267 en 2016 pour 1 354 en 2015 », cela s’explique selon le lieutenant « par la présence en juillet-août de l’opération Sentinelle ».
Ces interventions ont été concentrées sur Sarlat (913) mais aussi sur des communes comme Salignac (65), Saint-Geniès 46) ou Carsac (66). Des communes rurales plus à l’écart de grands axes comme Simeyrols, Sainte-Mondane ou Jayac sont plus épargnées avec seulement quatre interventions. Le taux d’élucidation de
la délinquance générale est en hausse : 64,63 %. Quant à la mission judiciaire ce sont les aab (atteintes aux biens) qui sont les plus importants. On y distingue les cambriolages en diminution, les vols de véhicules et vols simples ainsi que les dégradations en légère augmentation. Une part non
négligeable de la mission judiciaire concerne également les infractions financières (eief). Un volet important des missions de la gendarmerie concerne la lutte contre l’insécurité routière. C’est encore le téléphone portable au volant et l’alcoolémie qui génèrent le plus d’infractions, avant les priorités au volant ou le non port de la ceinture ou du casque. Le lieutenant Rantrua a précisé « il y a un dépistage positif pour 35 contrôles. On a un impératif de lutte contre l’accidentologie, une obligation de moyens par rapport à cette insécurité routière mais pas dans une logique de tracasserie… » a affirmé le capitaine Têtu.  
Pas de poste à cheval en 2017
Pour les objectifs de la cob, dans la gestion du personnel il faut noter la compensation des départs, la poursuite des formations (interventions et renseignements dont la détection des signaux de radicalisation). Au niveau de la gestion opérationnelle le lieutenant a insisté sur « l’analyse de la délinquance et l’adaptation des modes d’actions, la prévention de proximité, les événements festifs, sportifs, les marchés, les sites, le contrôle des flux » et « la lutte contre les violences faites aux femmes ». Il a été évoqué également les actions coordonnées avec d’autres services, les alertes sms avec les élus et le dispositif de la participation citoyenne. À ce sujet le capitaine a bien précisé que c’était un dispositif partenarial, « ce n’est en aucun cas une milice qui se substituerait à la gendarmerie, et on peut gagner en réactivité ». A noter que chaque commune à un référent gendarme. Sensibilisation auprès des seniors et des commerçants sur les risques d’atteintes aux biens sont également dans les objectifs de la cob. Le capitaine Matthieu Têtu a rappelé la nécessité pour les forces de gendarmerie d’être sur le terrain, de contrôler les flux, de faire des actions de prévention et de dissuasion, de faire un travail de proximité « ça permet d’être plus efficace ».
Après avoir souligné le bon travail de la cob de Sarlat, il a aussi fait état de « la mobilisation des troupes cet été avec le passage du tour de France, et la sécurisation des zones sensibles ». Le poste à cheval ne sera pas reconduit en 2017 « c’est lourd à mettre en place et ce n’est peut être pas pertinent », par contre « on va donner un second souffle à la brigade fluviale… on doit adapter nos moyens d’actions ».
P. Pautiers 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.