Fil info
10:40RT : Région : Steva (Bessines): un sursis de six mois -> https://t.co/62pluIWoEb
10:35Région : Steva (Bessines): un sursis de six mois -> https://t.co/62pluIWoEb
06:44Parking payant à Hospital de , ce nouveau recul de l’accès aux soins pour tous est inacceptable.https://t.co/10plAr9IBr
19:23 Malheureusement l'homme s'est donné la mort avant l'intervention du raid
19:19 Il serait plus judicieux de rénover le quartier de la Madeleine à l’entrée de la ville et le centre-… https://t.co/qT82OJMtZw
18:54RT : L’« Aquarius » dégradé de son pavillon ou le naufrage de l’Europe https://t.co/HBqLvFDWGq via Le Monde
18:54RT : Un homme serait retranché avenue Bordier à . La rue est actuellement bloquée par les forces de l'ord… https://t.co/jnyavHy1Vv
18:36Périgueux : Ils rament avec conviction -> https://t.co/0aRC1dJe0N
18:12Diors : L’art de faire bonne impression -> https://t.co/bp78YPKz9a
18:09Indre : Un nouveau service pour épauler les urgences le soir -> https://t.co/tqu7Xr37bA
18:08La Châtre : 35 personnes ont participé à la dernière balade gourmande -> https://t.co/Ux7Ls5WEfL
18:07Argenton-sur-Creuse : Week-end festif pour l’UCIA en lieu et place de la foire-expo -> https://t.co/4771lLJqyw
17:23Sarlat-la-Canéda : Le pastoralisme à l’honneur -> https://t.co/fgtAFKnxkR
16:56RT : Comment peut-on tenir de tels propos homophobes en 2018 ? Et cet homme n’a même pas le courage de les assumer ! Mer… https://t.co/YDdvbXE3DO
16:56RT : 📢 RAPPEL: Les Etats Généraux des Travaux Publics de la Haute-Vienne se déroulent ce vendredi 28 septembre à l'ENSI-… https://t.co/zEA6M4RLPo
16:56RT : - Le coup d'envoi de la 35ème édition des sera donné le 26 septembre. Retrouvez le… https://t.co/xSRRPkn070
16:54RT : Le 4 octobre, la organise la à Poitiers, Limoges et Bordeaux : conférences, rec… https://t.co/7lfWqmKEsn
16:51RT : Une escouade du RAID est disposée en haut de l'avenue Bordier, sur le chemin des Amoureux à . Elle prête mai… https://t.co/0jYaLj3AG3
16:48 Un homme serait retranché avenue Bordier à . La rue est actuellement bloquée par les forces de l'ord… https://t.co/jnyavHy1Vv
15:58RT : JC Satàn + Noyades + Weird Omen - CCM John Lennon (Limoges) https://t.co/59KLiZ8XNY
15:56RT : Virades de l’Espoir : le CRCM du seront à le 30 septembre prochain.👉… https://t.co/tlOYXhNavF
14:40RT : Creuse : Aller de l'avant, toujours | L'Echo https://t.co/vCc23IFQru via
14:40RT : Région : Avenir de L'Echo: la mobilisation, c’est maintenant -> https://t.co/8JErVfm83S
14:36RT : Merveilleux portrait de Monique et Michel Pinçon-Charlot. Des idées qui donnent de la force pour mener le combat d… https://t.co/JpqqdtqPPs
14:36RT : Région : Avenir de L'Echo: la mobilisation, c’est maintenant -> https://t.co/8JErVfm83S
14:35RT : 25ème Salon Régional de l'Association Artistique de la Poste et Orange Limousin du 27 septembre au 7 octobre au Pav… https://t.co/8kU6SD1xsS
14:34RT : le Mag bonus vidéo | L’entretien et l’amélioration du réseau routier est l’une des priorités du Départ… https://t.co/XVjaW6bX5T
14:34RT : Creuse : Aller de l'avant, toujours | L'Echo https://t.co/vCc23IFQru via
14:33RT : | La à , c'est ce vendredi ! Consultez le communiqué de sur notre s… https://t.co/hzt2oXojIC
13:31Région : Avenir de L'Echo: la mobilisation, c’est maintenant -> https://t.co/8JErVfm83S
12:00 | La à , c'est ce vendredi ! Consultez le communiqué de sur notre s… https://t.co/hzt2oXojIC

Enquête et plan d’action

Social

Hier le Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (Chsct) de l’Education nationale s’est réuni à Périgueux, pour la troisième fois depuis la tentative de suicide d’un professeur au collège de Sarlat. Normalement, cette instance paritaire, administration et syndicats, se tient trois fois par an.

Le drame qui s’est joué le 5 décembre au sein du collège La-Boétie à Sarlat, où un enseignant a tenté de mettre fin à ses jours dans sa classe, a provoqué une véritable onde de choc. Face à cette situation, la direction départementale des services de l’Education nationale (Ddsen, anciennement inspection académique) a réagi rapidement, en installant le jour même une cellule psychologique au sein de l’établissement, pour écouter tous ceux qui le souhaitaient. L’inspectrice d’académie, Elisabeth Laporte, s’y est rendue à plusieurs reprises, et la direction des ressources humaines du Rectorat a aussi fait le déplacement depuis Bordeaux. Le professeur a pu rentrer chez lui, « et va mieux » précise Elisabeth Laporte. Au delà de la problématique purement sarladaise, ce geste désespéré accompli sur son lieu de travail, ce qui implique un lien direct entre les deux, a révélé que si le climat social, heureusement, n’est pas partout à ce point de tension, les signaux permettant de détecter les situations à risque n’ont pas fonctionné correctement. Le Chsct qui s’est tenu hier matin avait pour but de mettre en place des outils pour éviter que le signalement de telles situations ne se perde au fil des bureaux.
Trois objectifs ont été définis, renforcer un climat de travail serein pour les personnels comme c’est le cas pour les élèves, mieux faire connaître le rôle de ce comité, de création très récente dans la fonction publique, et prendre en compte les situations individuelles de tous les intervenants de la communauté éducative, enseignants, administration, chefs d’établissement, infirmiers scolaires... De là, trois axes d’attaque sont présentés pour remplir ces objectifs. Le premier vise à accroître la visibilité des acteurs de la prévention des risques professionnels. « Il y a des relais locaux au sein des établissements » indique l’inspectrice d’académie, « et au niveau départemental avec des assistantes sociales chargé du personnel, et la médecine de prévention ». Le second veut aider à détecter les signaux d’alerte plus en amont, sachant qu’un registre spécifique sur la santé et la sécurité au travail est disponible dans chaque collège ou lycée. Le problème porte sur la pluralité des personnels avec des employeurs différents, puisque si la communauté éducative relève du ministère de l’éducation nationale, les agents de service dépendent eux, soit du conseil départemental, soit de la Région. L’idée est donc de croiser les regards, et de constituer un groupe de travail avec le Département.
Le dernier axe porte sur la communication professionnelle. L’enquête administrative menée par les services de la Direction des ressources humains du Rectorat devra le déterminer, mais il semble que dans le cas du collège de Sarlat, la principale avait recours plusieurs fois dans la journée (jusqu’à 10, 15, voire 20 fois) à l’envoi de mail pour donner des consignes et contre consignes, créant un climat d’incertitude permanent qui s’apparentait pour beaucoup à du harcèlement. Le Chsct va donc réfléchir à l’élaboration d’une charte sur la bonne utilisation des mails, et réinterroger les techniques de management, « et de communication au sein des équipes, communication qui peut se raidir si les problèmes ne sont pas réglés. On ne peut nier les difficultés du métier d’enseignant, avec des élèves qui ont changé, des familles aux attentes qui évoluent, et un horizon professionnel qui se modifie. Ce n’est plus un corps homogène. Mais une équipe, ce n’est pas un ensemble fracturé entre la direction et les enseignants ».
L’enquête administrative va s’attacher à entendre le personnel du collège La Boétie, sur la base du volontariat. La direction et l’administration seront aussi entendues, tout comme la Ddsen. Il n’y a eu aucun dépôt de plainte,  la justice et la gendarmerie n’ont donc pas été saisies. L’enquête administrative devra déterminer les responsabilités de chacun dans ce qui est arrivé . L’inspectrice reconnaît qu’il y avait eu des signalements, ce qui d’ailleurs avait provoqué la visite de l’établissement par le Chsct, visite reportée, et finalement effectuée le 28 novembre dernier, soit une semaine avant le geste de désespoir du professeur. De même le conseil départemental avait lui-même commandé, à la demande des agents de service, un audit, dont les conclusions ont été rendues en mai dernier, et qui ont révélé des difficultés de communication avec la principale.  Cette dernière est aujourd’hui en arrêt-maladie, mais visiblement sa hiérarchie a compris qu’elle ne pouvait la remettre dans cet établissement, autant pour elle que pour ses collègues, et dès la rentrée de janvier Elisabeth Laporte s’est rendue au collège pour installer officiellement comme principal celui qui exerçait jusqu’à présent au collège du Bugue, où il a bien sûr été remplacé. La principale incriminée est en arrêt-maladie pour l’instant jusque mi-mars.

La Fsu a beaucoup contribué au plan d’action
Le secrétaire départemental de la Fsu, Teddy Guitton, est satisfait des axes du plan d’action.
Il faut dire que ce plan « a pratiquement été entièrement rédigé par nous » confie-t-il. « Nous espérons maintenant avancer sur la charte d’utilisation de la messagerie ». Membre du Chsct, il reconnaît que les signaux d’alerte n’ont pas été compris, ni visibles, par l’administration. « C’est resté dans le giron de l’établissement. Si à ce niveau là ce n’est pas pris en compte, personne d’autre ne les a ». Ce sont les syndicalistes qui les premiers ont interpellé la hiérarchie, et évoqué une visite du Chsct sur l’établissement. « Nous l’avons demandée en mars 2017, mais elle a été repoussée deux fois. La première fois, c’était parce que l’audit du conseil départemental était en cours ».
S’il reconnaît que dans les autres établissements, la situation n’est pas aussi exécrable, il indique tout de même qu’il existe dans certains des tensions. « Nous allons être vigilants sur ceux-là. Deux établissements présentent des problématiques qui ont entraîné une enquête administrative, qui a été annulée pour l’un des deux. Mais pour Sarlat, l’administration a été très attentive. Il faut dire que ce fut l’un des cas les plus importants en France cette année. Il valait donc mieux prendre des décisions à tous les niveaux. Le Recteur n’est pas venu en personne sur le site, mais il a pris contact avec notre collègue ».
Il confie que d’ordinaire, une enquête administrative dure deux jours. « Là, elle va s’étendre sur cinq jours. On s’interroge pour savoir comment on a pu en arriver là. Aujourd’hui, nous sommes obligés d’attendre les conclusions de l’enquête, mais nous avons connaissance de trois autres établissements où les relations entre les enseignants et l’administration sont compliquées. Quand on nous dit que le climat est serein sur le département, il faut tempérer. Quatre établissements connaissant des problématiques aigus, sur 70 que compte la Dordogne, c’est déjà trop. Il faut savoir que chez nous, tout passe par le chef d’établissement ».
C’est sans doute ce qui explique que dans le plan d’action, le pilotage et la formation des chefs d’établissement sont mis en avant, et l’inspectrice d’académie précise que ce point fait aussi l’objet d’une réflexion au niveau du ministère, preuve que cette problématique est une réalité dans de nombreuses structures. Des ressources pour aider ces responsables à mieux appréhender leurs responsabilités et la façon de les exercer sont aussi disponibles au niveau départemental.    

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.