Fil info
18:40La finale hommes a débuté à 18h. Aubusson mène 1 à 0 grâce à Jeremy Nury.
17:32En direct de Felletin pour les finales de la Coupe de la creuse. Chez les féminines, La souterraine s'incline après… https://t.co/jcxNTx1DZG
23:32France : Can Dündar : « Erdogan est prêt à tout pour ne pas perdre » -> https://t.co/EEORIcrfka
23:26France : Edouard Philippe sur la Route de la soie en Chine -> https://t.co/7spX09AqNQ
23:23International : Grèce : le prix douloureux de la souveraineté financière -> https://t.co/73XW1JHN9k
22:07Egletons : La nature s'expose dans la ville -> https://t.co/3ZT1hVTlqO
22:02Corrèze : Laura Flessel en Corrèze : une visite équilibrée entre haut niveau et sport pour tous -> https://t.co/0HUWcBH5R0
21:06Rugby : Brûler d’une possible fièvre -> https://t.co/R83zYYChkr
21:03Football : La France en apnée mais c'est elle qui respire le mieux -> https://t.co/uHpY6CNAcq
20:23Périgueux : Majorité : la fracture est consommée -> https://t.co/vy3bfdUrfU

A la rencontre d’un système en crise

Panorama des EHPAD dans la 4e circonscription

C’est un travail collectif, avec ses collaborateurs, sur la situation des Ehpad, qu’a réalisé la députée de la 4e circonscription.
Un diagnostic établi en début d’année 2018 rassemble la synthèse de 27 rencontres réalisées au sein des 19 Ehpad de la circonscription mais également à la permanence parlementaire de Sarlat et de Périgueux. Ce panorama, à un instant T, fait l’objet d’un document de 62 pages scindées en plusieurs parties : les résidents « des personnes de plus en plus âgées », les personnels « sous tension », les directeurs « face à des injonctions paradoxales », les familles « une place à redéfinir ? », la problématique des établissements ou encore la prise en charge des adultes handicapés vieillissants. Jacqueline Dubois reconnaît « j’ai empiété sur les attributions d’autres collègues car je fais partie de la commission des Affaires culturelles et de l’éducation, mais c’est un sujet qui me tient à cœur, ma mère a été pendant cinq ans dans un Ehpad et j’ai vu un changement opérer, une situation qui s’est dégradée, les conditions de prise en charge et de travail se détériorer et des personnels à bout ». Alertée à la fin 2017 par des familles, des personnels, des organisations syndicales, sur des situations particulière de détresse et de dysfonctionnement, elle a donc décidé d’entamer ce travail avec les comités de la Rem de Sarlat, de Saint-Cyprien-Belvès et du Bugue. On peut par contre se poser la question de savoir si ce travail aurait été fait s’il n’y n’avait pas eu le mouvement social affectant les Ehpad et  les hôpitaux (une autre action est programmée le 15 mars). Car la situation dans ces établissements pour personnes âgées, « il vaudrait mieux parler de personnes malades » reconnaît la gériatre Geneviève Demoures, présidente de France Alzheimer Dordogne, ne cesse de se dégrader, il a fallu la grève du 20 janvier dernier pour que le gouvernement lâche du lest. « Pas suffisamment » pour les représentants Cgt et Fo présents parmi le public. « 50 millions d’euros c’est une goutte d’eau, il faut la volonté politique, c’est vraiment un choix de société ». Jacqueline Dubois a été à plusieurs reprises interpellée par des personnes qui vivent cette situation dans les Ehpad. Des témoignages qui sont des cris d’alerte.
« Comment je fais » explique cette directrice  d’établissement « j’ai 80 résidents et 22 effectifs autorisés, on est très loin du un agent pour une personne âgée, je ne peux même pas me payer un médecin coordonnateur, il faut que l’Ars et le gouvernement portent un autre regard sur les personnes âgées ». « Pourquoi a-t-on supprimé le réseau gérontologique de Belvès » s’est offusqué un représentant des familles de Castels
« tout ça pour des raisons de financement, que vont devenir ces personnes âgées, elles vont grossir les demandes déjà trop nombreuses d’entrée en Ehpad ». La députée s’est défendue « si on a fait ce document, c’est que l’on est conscient de cette situation », elle a affirmé « d’ici cinq ans, des financements vont être débloqués, j’espère que l’on arrivera à un taux d’encadrement correct ».
« Pourquoi le gouvernement a-t-il alors supprimé les emplois aidés ? ».  Pour J. Dubois « ils ne sont pas la solution car ils sont non formés, ne peuvent pas accomplir toutes les tâches et les établissements peuvent toujours les financer même si la part de l’Etat a disparu ».
Problème de remplacement des personnels, de glissement des tâches, de formations, du coût du séjour, de degré de dépendance « la Dordogne en Nouvelle-Aquitaine avec 6,49 est avant dernière pour la valeur du point Gir », du rôle des familles, d’animations et de cadre de vie, le rapport qui a le mérite d’exister, pointe un certain nombre de dysfonctionnements. Problème, ce constat sera-t-il suivi d’effets et de faits précis, ça c’est une autre histoire... « Il y a les intentions, les discours, les propositions qui peuvent être louables   mais on veut des actes concrets » nous a fait remarquer une personne qui a assisté à la restitution de ce travail sur les Ehpad vendredi soir à Sarlat, salle Pierre Denoix.
P. Pautiers

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.