Fil info
21:54 L’ dans tous ses états: https://t.co/npjyHB909b
21:37 Merci. Le Pont Saint Chrétien Chabenet dans l’Indre, département où j’ai eu la chance de travailler pend… https://t.co/oXJrlcTpXJ
18:10 Rire
18:06 Merci bien, hein ! Tout le monde en nervous breakdown.
17:59 Bonjour huber
15:46 Ca risque pas de s'arranger avec une uberisation du travail.

Le CASPN honore ses disparus

Cérémonie

A l’ouverture de la saison rugbystique à Madrazès au stade Christian Goumondie, il est de tradition que la famille du rugby sarladais honore les siens, morts lors des guerres 14/18 et 39/45. Dimanche avant le match qui opposait le CASPN à Arpajon, les anciens combattants, les autorités ont ainsi participé à la traditionnelle cérémonie devant la stèle. Ce sont les capitaines des deux équipes, Carrière pour Sarlat et Batut pour Arpajon qui ont procédé au dépôt de la gerbe. A l’occasion de cette cérémonie, une plaquette a été éditée dans laquelle le président du club Jean-Luc Menchon s’est exprimé, « le sport en général et le rugby en particulier sont des vecteurs de valeurs morales, de solidarité, de courage, mais aussi de liberté, de respect de l’autre, de fraternité. Et lorsque malheureusement l’histoire a déclenché l’horreur, ces mêmes sportifs sont allés vaillamment au combat sur le front où se sont mobilisés, ont résisté, se sont battus, pour que ces valeurs tellement chères à leurs yeux puissent perdurer et ce, même au péril de leur vie. Il est important de garder la mémoire de ces combats dans lesquels des hommes, des rugbymen du CAS ont contribué à faire vivre la démocratie ».
Cette plaquette réalisée avec la complicité de Marcel Lacrampette, par Roger Barbier et Pierre Maceron, tous deux responsables de l’ANACR, souligne les débuts du Football Club Sarladais (1902-1903) qui deviendra en 1922 le Club Athlétique Sarladais (CAS), les dates importantes des deux conflits et indique le nom des disparus et leurs faits de guerre. Un travail minutieux qui met à l’honneur les 21 membres du  CAS morts en 14/18 et les six du dernier conflit mondial.
P. Pautiers

Nike Bonafide