Fil info
20:22Dordogne : Des caresses et des films porno pour éduquer sa belle-fille -> https://t.co/5b139lGFfV
19:24Dordogne : Ils demandent une évolution du droit -> https://t.co/MMMIAjLHVD
19:05Indre : Bluesberry, une sixième édition à la croisée des styles -> https://t.co/vuo8Bnznqv
19:04Châteauroux : Cinq habitants à l’honneur -> https://t.co/l6MTplEGb5
18:18Bergerac : Souvenir de Johnny Clegg à Bergerac -> https://t.co/iBexb9iiSZ
18:10Bergerac : Pétition et tractage, les personnels des Urgences ne lâchent rien -> https://t.co/uifEjW6eJ7
18:02RT : Des sites de baignade, contaminés aux cyanobactéries sont fermés en Limousin : les plans d'eau d'Auzances, Chénéra… https://t.co/Qb0Iut9P8l
17:15RT : UNE VALIDATION ABERRANTE DES BARÈMES MACRON PAR LA COUR DE CASSATION https://t.co/ddPWMejXPO
17:15Des sites de baignade, contaminés aux cyanobactéries sont fermés en Limousin : les plans d'eau d'Auzances, Chénéra… https://t.co/Qb0Iut9P8l
17:04RT : De Rugy ajoute l'indignité à l'incurie. Son honneur n'a pas été livré aux chiens. Il n'a pas subi 1 campagne de pre… https://t.co/PHf51TSwUB
17:04RT : Selon Christophe Barbier, la démission de Rugy est la conséquence du trotskisme d'Edwy Plenel. Voilà. Faut pas croi… https://t.co/kNSBoXEPxh
17:03RT : Vous ne savez pas où partir cet été ? Allez donc faire un tour à et passez par la plus belle gare du monde… https://t.co/StacqQXLqF
17:00RT : Alors qu’elle vient d’être nommée ministre de l’écologie vient de laisser partir pour le troisième… https://t.co/woCwSITPMy
16:23# # - : Un beau jour pour la Vienne -> https://t.co/iOImmXigcE
16:13Indre : Commémorations à Sainte-Sévère-sur-Indre, Pérassay et Vijon -> https://t.co/g8as7mOw8w
15:54Dordogne : Révolte au lycée -> https://t.co/ixsJL8bmAK
15:51Périgueux : Macadam revisite les frontières du Jazz -> https://t.co/gzTXU9TE33
14:59France : Mauvaise nouvelle pour les salariés: la Cour de cassation valide le plafonnement des indemnités pour licen… https://t.co/YuJdjlJ4xE
14:49France : Mauvaise nouvelle pour les salariés: la Cour de cassation valide le plafonnement des indemnités pour licen… https://t.co/1aMhTInzsL
07:41# # - : En mémoire des crimes perpétrés par l’Etat français -> https://t.co/YJ7g2cSia1
07:37# # - -Vienne : Limoges Métropole signe pour le déploiement de la fibre -> https://t.co/nfzSHSe7mP
07:35# # - -Vienne : Caisses à savon pour la Sainte-Madeleine -> https://t.co/0NEE2OZrFq
07:33Région : Nouvelle-Aquitaine, la ressource en eau une priorité absolue -> https://t.co/SrkJ3sv670
07:30Région : Visite privée chez Sarah Caryth -> https://t.co/mTlAFI1Jp3

La fin d’une époque pour Majuscule

Commerce

Après la Maison de la presse en mars 2017 c’est un autre commerce emblématique de la Traverse qui va fermer à la fin de l’année. En effet la
librairie Majuscule va définitivement baisser le rideau après 170 ans d’existence dont 35 avec Geneviève Binet et Jean-Luc Aubarbier. Plus qu’une page qui se tourne mais un livre qui se ferme définitivement puisque l’immeuble au 43 rue de la République a été vendu et on ne sait pas encore quelle activité va y prendre place. Il faut remonter à 1849 pour trouver à cet endroit trace d’une librairie tenue par le dénommé Larnaudie. Au fil du temps, l’enseigne a changé plusieurs fois de nom, au début du XXe siècle c’était la maison Montagne, puis Louis Bonnel (un résistant mort en 1943), ensuite Michelet en 1945 et Bernard Noël en 1974 jusqu’à ce que Jean-Luc et sa sœur reprennent le commerce. Issus d’une famille bien connue à Sarlat pour son négoce d’épicerie en gros, ils n’avaient guère envie de travailler dans l’entreprise familiale, et ce d’autant plus que Geneviève venait de réussir le concours pour être professeur de lettres (elle devait prendre un poste à Orléans) et que Jean-Luc après des études de commerce souhaitait plutôt rester à Sarlat. L’opportunité s’est présentée de racheter l’immeuble et c’est ainsi que depuis 1983, sans être au départ du métier, ils ont fait vivre cette librairie et lui ont donné une autre dimension. Depuis quelques jours donc de grands panneaux « liquidation » ornent les vitrines, des rabais de 5 % sur les livres et de 50 % sur la papeterie sont proposés à leurs clients. Au 31 décembre « Lire en Majuscule » sera définitivement fermé et au 18 janvier 2019 il n’y aura plus rien dans les rayons. Et vraisemblablement à l’emplacement il n’y aura plus de librairie (la concurrence des grandes surfaces et le commerce en ligne ont raison de nombreuses enseignes), il faudra peut-être aller de l’autre côté de la rue de la République puisque il est envisagé dans les anciens locaux du Crédit Coopératif, ex-banque Galière, l’ouverture par un investisseur d’un commerce de petite librairie et de presse. En attendant, il n’y a plus aucune librairie en centre-ville, en 1983 on en comptait quatre et il n’y a pas si longtemps que ça il y avait encore la Maison
de la presse et la librairie de la rue Fénelon.
P. Pautiers

jordan retro 11 mens online