Fil info
09:09# # - -Vienne : Les 20 ans de la petite unité de vie de la cité Thuillat -> https://t.co/hR4Vhnq8sk
09:07# # - -Vienne : Le mariage, tendance néo-trad -> https://t.co/0xOJfisOMS
09:06# # - -Vienne : Le NPA veut faire converger les luttes et les colères -> https://t.co/Jn2P13zXkG
09:04# # - -Vienne : Sensibiliser et inciter le public à être «co-producteur» de sa sécurité -> https://t.co/CwIB6vhDJG
09:00Région : Les besoins de logements d’ici 2030 -> https://t.co/J2azhaYyRv
08:58Région : Nouvelle alerte aux pesticides -> https://t.co/AjzF8p5M3t
03:42 A qq jours de l'appel à manifester de l', 1 coup… https://t.co/HY2B8v1dwZ
03:34Le Buisson-de-Cadouin : (VIDÉO) "Après avoir contribué à la richesse nationale… les agriculteurs retraités priés de… https://t.co/w3AfZdRzCE
00:27«On atteint même les 80% de communes soutenant le maintien des services de la DGFIP sur l’ensemble du territoire» d… https://t.co/r2vyp2A2ra
21:32Lissac-sur-Couze : «La paix et le climat, même combat» -> https://t.co/kulLwpKVBj
21:03 Le rugby c'est aussi (surtout) ici :-)
20:12Châteauroux : Le Racc dompte un vaillant RCI -> https://t.co/GrPFAfmi93
20:08Eguzon-Chantôme : 34e édition : la châtaigne fêtée à tous les goûts -> https://t.co/hens1rOcvU
20:06Châteauroux : Visite guidée du chantier de Balsanéo -> https://t.co/rA1vInVszV
20:01Châteauroux : « L’anguille » ne s’est pas défilée -> https://t.co/kXCUhNPLFq
19:16Bassillac : Un salon sympa et détendu -> https://t.co/G1XWa3OUbU
19:12Marsac-sur-l'Isle : Meurtre ou suicide à Auchan ? -> https://t.co/eLtrah97rh
19:06Saint-Geniès : Grave accident de moto près de Sarlat -> https://t.co/S3cfWd3ytA
18:00Sarlat-la-Canéda : Une saison correcte malgré un mois de mai difficile -> https://t.co/BknniT5IOm
13:19Haute-Vienne : Municipales, Emilie Rabeteau, en lice à Condat-sur-Vienne | L'Echo https://t.co/bHr1ZWHjE3 via
11:08J’ai rarement vu du « participatif » avec les socialistes. En bla-bla oui mais sans plus. Exemple : la large conce… https://t.co/7pGkvWL1hI

Sarlat « Jaune » de monde

Société

Ils sont venus de toute la Dordogne même des départements limitrophes comme la Haute-Vienne, la Corrèze et le Lot-et-Garonne, entre 1 000 et 1200 gilets jaunes ont manifesté dans les rues de la capitale du Périgord Noir samedi après-midi.
Cela faisait d’ailleurs longtemps qu’il n’y avait pas eu un tel rassemblement à Sarlat. Il faut dire que les organisateurs avaient bien préparé ce nouveau temps fort et  qu’ils ont bénéficié aussi d’un temps printanier. Une manifestation dans le calme, encadrée non seulement par les forces de gendarmerie en nombre mais aussi par le propre service d’ordre des gilets jaunes qui, quand le cortège a emprunté le centre ville, se sont postés devant les boutiques en cas de débordement. Mais cela n’était vraiment pas nécessaire tant cette marche de contestation était pacifique.
« Nous  ne sommes pas des casseurs » faisait justement remarquer Jean-Luc « c’est le gouvernement qui met de l’huile sur le feu ». Le cortège parti de la place du 19 mars 62 s’est dirigé vers la Poste, la rue de Cahors et le Pontet rond-point stratégique pour un  arrêt le temps d’écouter le Chant des Partisans et sous l’air de Stromae « Macron t’est où, où t’es Macron, il est où le pognon… ». En tête de la manifestation les Mariannes portant une banderole où on pouvait lire « stop aux violences policières », plus loin une autre banderole du collectif de lutte sarladais, mais pas de drapeaux syndicaux ou de bannières politiques, seulement des drapeaux tricolores avec du crêpe noir. Le cortège a repris sa route direction place du XIV juillet, rue Tourny pour une autre halte Place de la Liberté. Là une minute de silence a été observée « pour tous ceux qui ont été victimes de violences et ceux, gilets jaunes dans la galère  qui se sont suicidés ». Pas de prise de parole, simplement à nouveau des chants et du « Macron démission ». Et ensuite retour par la rue Fénelon, la sous-préfecture et  les boulevards pour le ralliement « festif » devant le centre de secours. Parmi les manifestants Daniel un gilet jaune de la 1re heure qui a été en garde à vue suite à la manifestation sarladaise du 5 janvier, il est convoqué au tribunal de Sarlat le 5 mars, deux autres gilets jaunes le lendemain à Bergerac, « je risque 7500 euros d’amende et six mois de prison pour entrave à la circulation, je suis considéré au même titre que ceux qui ont commis des actes de violences à Paris ». «Avec la loi anti-casseurs je risque être interdit de manifester, il y a une volonté de criminaliser l’action revendicative ».  Alain rajoute « on est vraiment rentré dans une dérive à outrance, c’est de la provocation ». Tous ces gilets se retrouveront à nouveau le 2 mars à Nontron pour une  autre manifestation départementale.
P. Pautiers

Air Max 1 Ultra Moire