Fil info
19:05 Je ne suis (je n'étais) que lecteur et je n'ai aucune information mais l'expressio… https://t.co/I8fLtcLSAR
12:40On apprend que les Gilets Jaunes de Haute-Corrèze viennent d’ouvrir leur nouvelle Maison du Peuple dans l’ancien Tr… https://t.co/DNFqfLJq3Y

Une voix palestinienne à Sarlat

A l’initiative du Mouvement de la Paix 24, de Femmes solidaires 24 et de Dordogne Palestine, Fadwa Khader militante palestinienne a donné une conférence sur la situation dans son pays mercredi en fin d’après midi salle Joséphine Baker au Colombier à Sarlat et ce devant une trentaine de personnes. Fadwa est une militante de tous les combats, membre du bureau politique du Parti du peuple palestinien, elle a été à plusieurs reprises candidate aux élections à Jérusalem Est (elle habite un petit village près de ce secteur). Elle a connu les prisons israéliennes, elle est active dans la défense des prisonniers politiques, elle préside l’organisation palestinienne des femmes rurales et lutte contre les violences faites aux femmes. En créant l’association Sun flower pour la défense de l’environnement, elle a su entraîner avec elle une jeunesse en mal d’avenir.  Toutes ces questions « sont difficiles à développer dans le contexte de l’occupation, la colonisation et la répression ». Mais avant d’aborder ces questions, de parler de son combat au quotidien, et de témoigner de la vie aujourd’hui en Palestine, Fadwa Khader (elle était déjà venue à Bergerac en 2017) a d’abord présenté dans sa langue natale (avec une traduction en français) la situation politique de son pays. « La souffrance et les difficultés de notre peuple ne datent pas d’aujourd’hui, depuis 1948 et l’occupation de 1976, Israël a  confisqué notre terre et ses ressources naturelles, elle a obligé les élites à quitter la Palestine. La Ligue arabe n’a pas joué le jeu pour régler le problème et l’objectif d’Israël c’est d’avoir la main,  pas que sur la Palestine, mais sur tout le Proche Orient… Le rêve c’est de faire un grand Etat juif ». Elle a évoqué le changement à Jérusalem de l’ambassade américaine voulu par Trump « il a donné la légitimité à l’Etat Israélien de coloniser d’autres terres ».
« On a besoin de votre soutien »
Elle a expliqué que les villages palestiniens étaient dispersés « il n’y a pas d’unité du pays », elle a dénoncé le fait que les sources d’eau de la Palestine étaient récupérées, qu’il y avait une difficulté pour circuler (tramway de l’apartheid, cheiks-points, mur de Gaza…) et qu’actuellement en pleine période électorale « la violence augmente pour favoriser les partis extrémistes ». Elle a parlé également de la situation de la bande de Gaza , Violette Folgado précisant « il y a des crimes quotidiens, je souhaite que le rapport fait à l’ONU ait une suite au TPI tribunal pénal international pour crimes de guerre ». La militante palestinienne a  donné la raison d’être de son association Sun Flower « on se bat pour le droit à l’eau potable et contre les déchets chimiques qu’Israël rejette  en Palestine, c’est une question de santé et de protection de l’environnement ».
« Malgré toutes nos souffrances, cet état de fait, cette liberté qu’on veut nous confisquer » a-t-elle confié « on tend notre main pour la paix et la justice, et on se bat pour la libération de la Palestine, pour accéder à l’autodétermination et à la liberté du peuple palestinien ». Et d’envoyer ce message « on a besoin de votre soutien ». Avec beaucoup de conviction, Fatwa Khader, très expressive dans son propos,  a brossé une situation que certes les militants de différentes organisations, associations connaissent, mais que la plupart des Français ont des problèmes à appréhender « les grands médias nationaux cachent la réalité de ce qui se  passe en Palestine… Ils ne montrent que ce qu’ils veulent ». Vendredi aura lieu l’assemblée générale de Dordogne Palestine,  Violette Folgado a annoncé qu’il y aurait une expo photo qui montrera durant un an la vie à Gaza des habitants sous blocus et sous les bombardements.
P. Pautiers

nike air max 90 Classic