Fil info
13:56C'est la rentrée politique.Une belle délégation des militants .Un esprit de rassemblement et d… https://t.co/baIBgDXr7F
13:21Comme disaient les grands-mères : le plus intelligent des deux cède. Bravo pour la responsabilité dont font part le… https://t.co/ckdCzVz65Z
13:18RT : 📢 ALERTE. Après la presse entravée, trois observateurs de interpellés à Bayonne, en marge de la manifestati… https://t.co/0D4k3uT6z2
13:18RT : Totalement solidaire avec ces interpellés. Inacceptable provocation des Autorités avec arrestations et poursuites a… https://t.co/warnhIIVk8
13:17RT : Manifestation anti G7 à Bayonne : des intimidations inacceptables - Ligue des droits de l’Homme https://t.co/4aboYIzDwR
13:16RT : Délit d'intention. C'est nouveau ça, ça vient de sortir. Et c'est en France ! Y'a du boulot ! https://t.co/X9COTU7MiN
10:26Agonac : Injustement vilipendé, il se fâche et c'est l'effet boomerang -> https://t.co/FWDYwAe2r0
08:17Lalinde : Vous êtes attendus à la 3e de Lire en bastides ce dimanche ! -> https://t.co/mnuRfjIoWG
06:08Bergerac : La tête dans les nuages, jusqu’à Périgueux -> https://t.co/P9SuhsLNqG
19:39Dordogne : La Région fait état des travaux réalisés dans les lycées cet été -> https://t.co/IZrXIN6pIf

Une fusée à trois étages

Souillac

La Cité de la mode et des arts créatifs est une fusée à trois étages, c’est ainsi que Hugues Lallemand, directeur de Cauvaldor Expansion, une agence dédiée à la dynamique économique créée par la Communauté de Communes, présente ce projet qu’il voit comme une réponse aux problématiques de Souillac.

Cette « fusée » est  déjà installée sur son pas de tir, le compte à rebours a été lancé pour  une  mise à feu prévue d’ici 2 à 3 ans.  Mais cet énorme « engin » suscite des réactions, ne laisse personne indifférent, certains y voient un levier d’attractivité économique, touristique, culturelle « plein de promesses  et d’espérances pour un large territoire », d’au-tres par contre mettent en avant « les conséquences écologiques et économiques, la désertification du centre ville au profit de la périphérie et l’impact négatif que cela aura sur le commerce traditionnel dans un rayon de 200 kilomètres ».
Un collectif de riverains s’est créé, une pétition circule, des élus corréziens et de la Dordogne sont montés au créneau (voir notre édition du 18 avril), mais selon  Hugues Lallemand, « il y a une large majorité qui est favorable à ce projet tant du côté de la municipalité de Souillac, de la Communauté de Communes que des habi-tants ». Cauvaldor en tout cas ne tarit pas d’éloges sur ce projet transversal « qui va redynamiser un territoire rural ».
Cette Cité de la mode et des arts créatifs propose un alliage entre trois pôles (les trois étages de la fusée) : un pôle tourisme de shopping, culture et gastronomie, un pôle formation et un pôle économique. « C’est un concept pluridisciplinaire qui va dynamiser le territoire, créer des emplois, rajeunir la population, désaisonnaliser, attirer une clientèle nationale et internationale, désenclaver Souillac et faire revivre le centre ville, assurer la visibilité de la destination, ancrer les jeunes au territoire grâce à la formation ». Le pôle tourisme sur une surface de 15 hectares au pied du viaduc des Aubugues comprendra un espace commercial avec 100 boutiques de luxe, un espace culturel, un centre d’affaires, un concept gastronomique avec des produits du terroir et un espace d’information touristique. Le cœur historique de Souillac accueillera le pôle économie avec le Centre international des jeunes créateurs – sur le modèle de la Villa Médicis - que soutient Fernando Costa : « je souhaite que ce centre soit un lieu d’échange, de création et de rencontres ». Un hôtel haut de gamme de 70 à 90 chambres sera aménagé dans le bâtiment historique le Cloître de l’Abbaye Sainte-Marie qui actuellement a bien besoin d’être réhabilité. Un parking d’un millier de places et un restaurant viendraient compléter le complexe. Le pôle économie avec son parc d’activités éco-luxe, « véritable pôle de compétitivité », se déclinera aussi au niveau de l’ancienne Nationale 20, sur les hauteurs de Souillac. Quant au pôle formation (financé en partie par la Région), il vise à offrir une main d’œuvre qualifiée au secteur du luxe et de la haute gastronomie. Un secteur qui intéresse fortement le chef étoilé Thierry Marx : « le projet a toutes les composantes et tous les ingrédients pour obtenir un savant mélange ». D’autres noms sont associés à ce projet tels que Armando Branchini, président honoraire de la Fédération européenne du luxe, « cette cité constituera un écosystème unique pour la mode et le luxe », Alain Dominique Perrin, président de la Fondation Cartier pour l’Art Contemporain, le propriétaire du Château Lagrézette dans le Lot indiquant : « cette cité porte en elle les atouts d’un magnifique projet ».
Hugues Lallemand parle également de l’usine Pivaudran à Souillac, spécialisée dans le flaconnage pour les plus grands parfumeurs du monde et d’investisseurs italiens, américains qui seraient sur les rangs. Trente marque de prestige sont aussi susceptibles de s’installer  comme Hermès ou Louis Vuitton.  Et pourquoi avoir choisi Souillac ? Hugues Lallemand (il a travaillé entre autres avec Jean-Pierre Raffarin, Joël Robuchon, René Monory pour le Futuroscope, et a été le Monsieur Tourisme de la Vienne), répond simplement : « Souillac est à un carrefour d’axes routiers majeurs, A20 et A89 menant vers quatre métropoles, Limoges, Clermont Ferrand Toulouse et Bordeaux, près de l’aéroport de Brive Vallée Dordogne et aussi au carrefour de trois régions et de grands sites touristiques que sont Padirac, Lascaux, Sarlat et Rocamadour. C’est une cité idéalement placée dans la vallée de la Dordogne avec un savoir faire, un art reconnu, une gastronomie appréciée autour du foie gras et de la truffe ».

Le financement
Les collectivités locales ont engagé une requalification des espaces publics du centre historique avec des aménagements urbains et des soutiens aux propriétaires privés. Un cheminement entre les différentes zones est prévu le long de la Borrèze pour accéder au centre historique Quant à l’investissement global il se situe autour de 150 millions d’euros soit 130 M pour le pôle tourisme, 8 M pour l’écloserie de jeunes talents (des acquisitions ont déjà étaient faites) et entre 10 et 12 millions pour l’hôtel 5 étoiles. 90 % des investissements viendraient de fonds privés. Sont attendus 2 millions de visiteurs par an, « la population à moins de deux heures de Souillac est de plus de 5 millions d’habitants ».

Un atout
Cet énorme projet qui va s’étendre sur une trentaine d’hectares, fait sans surprise grincer des dents, mais pour le président de Cauvaldor Gilles Liébus et le maire de Souillac Jean-Michel Sanfourche, ce projet, «est un atout indiscutable pour ce large territoire ». Hugues Lallemand devrait venir à la communauté de Communes de Sarlat Périgord Noir présenter ce dossier qui aura une incidence certaine sur toute la vallée de la Dordogne. Un projet dont on reparlera sans aucun doute.

Zoom Kobe XIII ZK13