Fil info
19:43Sainte-Orse : Une découverte sportives des sentiers et des bories -> https://t.co/vfA6wElVJb
19:40Dordogne : De l’ombre qui produit de l’électricité -> https://t.co/cQsXKDom8r
18:16Coulounieix-Chamiers : Quatre mois de travaux en vue -> https://t.co/9DxT4NVa43
18:13Beynac-et-Cazenac : Le chantier du contournement ouvert à la visite -> https://t.co/1mo9f1CLSt
18:07Douadic : Un hommage solennel rendu aux déportés -> https://t.co/gg1MPDzyaL
18:03Indre : Retour en images sur le Festival international des sports extrêmes -> https://t.co/4nwa33KUXh
17:54Châteauroux : Un air de guinguette pour les résidents des Rives de l’Indre -> https://t.co/6E2VQAyolz

La restructuration ne passe pas

Social

Suite aux annonces faites par le ministre de l’Action et des comptes publics, Gérarld Darmanin, la Direction départementale des finances publiques de la Dordogne(Dgfip) a décidé de rassembler ses agents sur les sites afin de communiquer sur « la géographie revisitée » sur le département.

Cette déclinaison au plan local déjà présenté aux élus le 6 juin  lors d’un Comité technique suscite de vives inquiétudes des agents sur l’avenir des missions au sein des Finances Publiques.
Aussi les organisations syndicales Cgt et Fo ont décidé  d’organiser des points presse devant les cen-tres des Finances publiques au moment où la Direction départementale explique aux agents les « bienfaits » de cette énième restructuration. La première rencon-tre a eu lieu à Sarlat mardi, à Ribérac c’est programmé aujourd’hui, à Nontron demain, et à Bergerac le 27 juin. C’est l’occasion pour les militants d’informer les usagers sur ce qui se trame dans les services de la Dgfip à l’horizon 2022.  Cartes à l’appui Brigitte Rouveron et Mathieu Papillon de la Cgt-Finances expliquent : « actuellement il y a un accueil de proximité sur 18 communes avec les centres des Finances et les Trésoreries…, demain nos services ne seront plus présent que dans cinq communes, c'est-à-dire que l’on va fermer encore 13 trésoreries, sur le secteur de Sarlat par exemple cela concerne les Trésoreries de Montignac, Le-Bugue, Terrasson, et Pays de Belvès ». Et d’ajouter « deux Sie, service aux entreprises sur Périgueux et Sarlat vont fermer, ainsi que les Sip services aux particuliers de  Nontron et Ribérac ». Par ailleurs les services de publicité foncière, anciennes conservations des hypothèques, seront délocalisées à Périgueux. « Une seule antenne serait maintenue sur le site de Bergerac, mais pour combien de temps ? » s’interrogent les militants de la Cgt. Ils indiquent que cela représentera  « 100 agents de moins sur trois ans ». Alors certes il va être créé des « Maisons France Service » dont la construction et l’entretien seraient à  la charge des collectivités, mais pour la Cgt « elles seront tenues pour la plupart par des agents des collectivités ou des contractuels qui n’ont ni la technicité, ni les compétences des personnes des Finances ».
Les organisations syndicales ont par ailleurs adressé le 11 juin un courrier à tous les élus du département pour les alerter (la Cgt regrette par ailleurs qu’aucun élu ne se soit déplacé hier à Sarlat). Ce courrier  souligne les dangers de ce projet baptisé « géographie revisitée », puis « déconcentration de proximité » qui n’est selon les syndicats « qu’un plan méthodique de destruction du réseau de la Dgfip avec lequel vous travaillez tous les jours ». À ce jour il faut savoir qu’au plan national, près de 700 trésoreries du Service public local (Spl) ont été supprimées en quatre ans. Dans ce même courrier par les organisations syndicales expliquent : « les trésoreries de proximité qui vont disparaître seront remplacées par cinq services de gestion comptable. Ces gros services dit de back office fermés au public et à vos personnels administratifs assureront la tenue de la comptabilité du secteur public local de manière industrielle. Ils seront couplés avec des « front office », Conseillers des collectivités locales (Ccl), qui iront davantage proposer diverses offres de services (dématérialisation, analyses financières, etc...) qu’un accompagnement au quotidien. Autant dire une perte de contact évidente entre vos services et ceux de la Dgfip !! ». Les organisations dénoncent aussi le fait que l’accueil en général va disparaître : « les usagers  qui ont déjà subi ces dernières années des diminutions d’horaires d’ouverture dans les Sip, Sie et trésoreries, dues aux suppressions d’emplois drastiques vont encore subir ces restructurations ». En conclusion de leur courrier les organisations syndicales demandent aux élus locaux de prendre la mesure de ces réformes et de faire remonter toutes ces questions aux députés, sénateurs, au Premier ministre, ainsi que de faire voter en conseil municipal, communautaire, départemental, « une délibération s’opposant fermement aux restructurations envisagées par le gouvernement ».