La journée des auteurs : les relations dans le couple

Festival des Jeux du Théâtre

C’est une des particularités du Festival, dans la programmation, Jean-Paul Tribout prévoit une journée où deux spectacles sont proposés avec entre les deux la fameuse assiette périgourdine, le tout pour le prix d’une séance.
Dimanche 21 juillet à 18 heures, dans la cour de l’Abbaye Sainte Claire, Jean-Paul Tribout et Michèle Simonet ont lu un texte de Gérard Sibleyras intitulé Une heure et demie de retard. Ces deux acteurs ont l’habitude de jouer ensemble, ils ont interprété plus de 400 fois un texte de Dario Fo créé à Sarlat, et ça se voit. C’est avec une très grande habileté qu’ils lisent ce dialogue entre deux époux qui s’accrochent parce que Laurence refuse de se rendre à une invitation d’amis communs au dernier moment. Au cours de cet échange les grands événements de leur vie sont évoqués et l’on se rend compte qu’ils sont perçus de façon différente par l’un ou par l’autre. Gérard Sibleyras réussit le tour de force de faire s’affronter le mari et la femme, parce qu’ils n’ont pas eu d’aventure extra-conjugale. A la fin l’auteur est monté sur la scène et il s’est prêté très gentiment au jeu des questions réponses. Après le repas, l’atmosphère a complètement changé. En effet dans Un rapport sur la banalité de l’amour, Emmanuelle Wion et André Nerman ont fait vivre au public la relation épistolaire et charnelle entre Martin Heidegger (philosophe proche des nazis) et Hannah Arendt (jeune fille juive) à travers leur correspondance. Ces rencontres qui se déroulent en Allemagne pendant les années 30, années de la montée du nazisme, ne sont pas sans poser de problèmes à ces deux amants. L’interprétation des deux acteurs est magistrale, ils ont su mettre en évidence le conflit entre les sentiments et les convictions et donner raison à ceux qui pensent que l’amour peut être amoral.
Il a fallu rajouter des chaises dans la cour de l’Abbaye et le lendemain aux entretiens de Plamon la salle était ultra comble. Après le succès de la première samedi 20 juillet ce Festival commence très bien.
M. Lauvie