Fil info
23:16International : Le sort des civils en débat -> https://t.co/XtVXKgp6in
22:42France : Déradicalisation : un peu d’humilité pour un énième plan -> https://t.co/gjVtpMYoJN
22:40France : Négociez, il en restera peut-être quelque chose -> https://t.co/Onm4Rza19Q
22:29Tulle : Riposte pacifique et enquête ouverte suite à l’altercation entre des jeunes et le DPS -> https://t.co/QWQl6p2qHu
22:23RT : Indre : Tri Yann et Jean-Marie Bigard à l’étang de Luant cet été -> https://t.co/zwn5p38t0i
22:22RT : Sarlat-la-Canéda : Manifestation des Rougié à Pau vendredi 2 mars -> https://t.co/vhqfvkmyDY
22:22RT : Treignac : L’évasion 4X4 version française -> https://t.co/lZhFMyDoCn
22:21RT : Soutien aux journalistes de poursuivis par des entreprises ! https://t.co/xyVnWzhmOm
21:23 Pour le 15 MARS à PARIS il faut AIDER les RETRAITÉS à s’organiser pour CE DÉPLACEMENT CAPITAL! Personnelleme… https://t.co/kzj0ogHFto
20:43Région : Territoires ruraux : le Limousin veut être pilote de la téléjustice -> https://t.co/TIQlYfUgi2
20:41Région : Le salon, une histoire de famille -> https://t.co/olJKMOGE3o
19:09La Ville de a désormais son compte twitter officiel : ! https://t.co/pa4pocbEbB
18:53Périgueux : Dénoncer les violences policières contre les Zadistes -> https://t.co/94Pbif6zd3
18:42Indre : Tri Yann et Jean-Marie Bigard à l’étang de Luant cet été -> https://t.co/zwn5p38t0i
18:41Indre : Châteauroux - Guterslöh, une année riche à venir -> https://t.co/nEYBZkdAAX
17:58RT : ⚠️Vague de froid. Certains appareils de chauffage peuvent provoquer des intoxications au . Soyez… https://t.co/beQQeOzh3k
17:56Rue de la Boucherie, les structures ont été consolidées. Réouverture dès ce soir 18h. https://t.co/91rqHnrDlO
17:40RT : Période de grand en Nouvelle-Aquitaine : vigilance et bons réflexes à adopter ! Des températures extrêmement… https://t.co/Ztqh9faTD6
17:10RT : L'Humanité donne un coup de jeune à Karl Marx dans son dernier hors série ! A retrouver chez votre marchand de jou… https://t.co/4jN2byagFt
17:09RT : 🤽🏻‍♀️🤽🏼‍♂️Sport : Samedi 24 février à partir de 18h - Matchs équipes masculine et féminine de waterpolo pour France… https://t.co/dOEOSnCjN2
16:44Dordogne : « Les bourgs centre n’existent que grâce aux communes des coteaux » -> https://t.co/u5iRc2xrGO
16:40Sarlat-la-Canéda : Chantier ouvert à l’école du Pignol -> https://t.co/XdAyXzHcvs
16:22RT : 🔵❄️[GRAND FROID] Appareils à combustion ⚠️Attention aux intoxications au 🔎Les symptômes : maux d… https://t.co/1OWqWmPpEo
14:10Dordogne : Le photovoltaïque essaime -> https://t.co/slVkb8h1xW
14:01Dordogne : Le Périgord s’exporte au salon de l’agriculture -> https://t.co/4oMLiFLXBA
13:59Sarlat-la-Canéda : Manifestation des Rougié à Pau vendredi 2 mars -> https://t.co/vhqfvkmyDY
13:20RT : Soutien aux journalistes de poursuivis par des entreprises ! https://t.co/xyVnWzhmOm
12:31 A lire dans l’ du jour évidemment
11:12La Nuit de article de réservations au 0254076392 https://t.co/fWY2hAsBr0

La photo témoin de leur vie industrielle

GM&S

Les salariés de GM&S Industry auront vu beaucoup de photographes et de cameramen depuis ces derniers mois. Sans doute préféreraient-ils ne pas les voir ni les journalistes et être à leurs postes dans cette usine qu’ils font tourner depuis des années.
Pour autant, ils n’ont pas hésité à dire «oui» aux deux photographes qui leur tirent le portrait depuis la semaine dernière, tous les 283 salariés, à la fois individuellement mais aussi ensemble, un geste collectif bien compris pour une série de clichés noir&blanc qui vient témoigner du groupe, de sa puissance, de son énergie à montrer à tous, patrons, élus, population, qu’ils sont toujours là et qu’ils résistent.
Après l’intervention d’Alain Cassaigne, photographe plasticien, la semaine dernière, c’est le message que Thierry Laporte, autre artiste photographe faisait passer hier lundi, au local syndical avant que ne commence la séance photo. Quelques réticences devraient être balayées par la cause commune, une photo pour dire, pour témoigner, 283 photos, pas une de moins au risque de voiler la roue sur ce chemin de la résistance.
Cette séance photo individuelle et collective est une idée de Romain Janvier, directeur du Centre culturel Yves-Furet : «Nous sommes solidaires du combat mené ici, et nous avions envie de nous y associer, explique-t-il, d’autant que nous avons créé des liens d’amitié très fort avec le comité d’entreprise, un partenariat régulier, pour les fêtes de Noël notamment...».
Il fallait simplement s’appuyer sur un constat lisible dans la cité, sur le mur de l’usine : GM&S, ce sont 283 salariés, des ressources humaines pour toute une cité et un territoire, ce sont des hommes, des femmes qui ont fait les 3x8, qui enrichissent  le pays par leur savoir-faire, leur engagement ; ce sont des visages, des corps qui racontent le temps du travail . Les prendre en photos chacune et chacun, s’est alors imposé naturellement, mais pas n’importe comment. C’est pour cette raison que Romain Janvier a fait appel à des artistes photographes qu’il connaît bien pour les avoir exposés  dans le hall du Centre culturel: leurs créations correspondent aussi à un certain art témoin auquel la salle culturelle est attachée.
Il s’agit d’Alain Cassaigne et de Thierry Laporte. Alain Cassaigne fut le premier à intervenir. Il habite des univers très différents ; on connaît davantage ses détournements du corps féminin, à la fois oniriques et érotiques, dont un cliché fait la couverture 2016 du livret du CCYF, mais il a dans ses cartons quelques travaux remarquables du paysage social illustrés par ses précédentes expositions comme «le crépuscule de l’industrialisme» ou «de Chair et d’ombre».
Thierry Laporte qui a pris le relais hier lundi est à la fois reporter journaliste et artiste. Il affectionne les scènes musicales ou de théâtre, il a aussi une approche pertinente du portrait, celui de l’être et de son appartenance à un groupe, tels «les anciens», «les habitants de Bellac».
Dans l’entrée des locaux du comité d’entreprise, sur de grandes feuilles blanches s’alignent les noms des salariés ; hier lundi, il devait en rester une petite soixantaine à photographier et les premiers étaient là, motivés.
Que deviendront ces clichés ? Pour Romain Janvier, ils ne resteront pas muets, ils raconteront un pan de l’histoire industrielle de la ville, qui n’est pas terminée, loin de là. Les photos seront un chapitre, un témoignage sur les cimaises du CCYF, voire plus loin si nécessaire. Cette exposition sera un des soutiens apporté par le CCYF, l’organisation prochaine d’un concert en est un autre ; la date n’est pas encore fixée.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.