Fil info
05:30Enfin une bretelle pour accéder directement au parc d'activités de la Croisière. https://t.co/EhNKk6ZDAJ
05:27RT : Brive-la-Gaillarde : La Maison Robert Bach se fait toute rose -> https://t.co/Cb5nSnlbiX
21:22Brive-la-Gaillarde : La Maison Robert Bach se fait toute rose -> https://t.co/Cb5nSnlbiX
21:09Tulle : Un cross solidaire au collège Clémenceau -> https://t.co/vSDj4XoEy4
18:45Indre : Les communistes du côté des retraités contre la hausse de la CSG -> https://t.co/ylC2FMkyFn
18:42Une plaque commémorative a été installée en 2013 devant la médiathèque pour ne pas oublier https://t.co/OEb5gZc8yp
18:39Chaque année ville martyre se souvient du massacre des Algériens à Paris https://t.co/1IKFNRfSKE
18:17# # - -Vienne : «Petites machines à habiter» : le défi de l’«archi-récup» -> https://t.co/HZ4CVlcKhn
18:06Dordogne : « Je suis déjà condamné à perpétuité par ma conscience » -> https://t.co/S7cEaMGQ8J
18:03Région : Accès direct à La Croisière, enfin ! -> https://t.co/pT5qdN2GEx
17:57 Vous avez remarqué que qd vous mettez -Vienne ça ne prend que ? Et personne ne cherche ça...
17:53Arrivés mardi soir à Felletin, les participants à une des quatre marches pour la forêt, celle démarrée à Perpignan… https://t.co/GfVcrG7NkE
17:41# # - -Vienne : «Ils ont délibérément choisi la méthode de la chaise vide» -> https://t.co/RqS4qjwao6
17:38# # - -Vienne : Un lieu et des idées -> https://t.co/nqJId6qEQL
17:36# # - -Vienne : Quand le mérite porte bien son nom -> https://t.co/K5DhVpkE8X
17:21Dordogne : Les engagements de Soliha en faveur de l’amélioration de l’habitat -> https://t.co/E8uwmwewi6
17:06Châteauroux : Gilles Colosio raccroche son appareil photo -> https://t.co/VmCrjC6A3l
16:31Thierry Mazabraud, secrétaire général du SPF 87 a été fait chevalier de l'Ordre National du Mérite. La médaille lui… https://t.co/9n79RabMbc
15:35Périgueux : De la démonstration au geste technique -> https://t.co/uY0g2qNrVH
14:48RT : Les filles ont prises leur photo de groupes https://t.co/t9iIllnyXx
08:34 Quelle mascarade ...trois pékins de gauche ont appelé au secours les partis de gauche et que… https://t.co/nQRzli9szR
08:29RT : Rachat collectif du Magasin Général de Tarnac! Contribuez à ce projet sur https://t.co/dwuSJvzThN
08:08Bergerac : Rencontres catholiques de lycéens dans une église en crise -> https://t.co/AP8mUm3qrK
08:00➡🔎 A l'assaut d' dans sur avec et Alexandra Kassar. La découverte d'un magnifi… https://t.co/d4KKxqAMmf

La musique ou l'art de vivre bien ensemble

Jeunesses Musicales de France

Grandir en musique, tel est le principe que l’association nationale les Jeunesses Musicales de France défend et partage avec le plus grand nom-bre, depuis plus de 70 ans.
L’initiative revient à René Nicoly : né en 1907 en Seine-et-Marne, chef du service d'orchestre des Éditions Musicales Durand, il est affecté au début de la guerre 1939-1940 à la préparation militaire supérieure des élèves des grandes écoles à Rochefort-en-Yvelines. Pour ce millier de jeunes, consignés un dimanche, il fait venir des artistes de Paris, pour un concert qu'il commente lui-même où il a invité Mozart, Schubert Haydn... compositeurs inconnus du plus grand nombre. L’énorme succès de ce rendez-vous est suivi d'au-tres séances qui auront le même accueil. Il entreprend alors la même démarche ensuite avec un régiment de dragons, des soldats d’origine modeste, nombreux illettrés... Il obtient le même succès.
L’accès de tous à la musique
Sa rencontre avec Marcel Cuvelier, directeur de la Société Philharmonique de Bruxelles qui, de son côté, a créé en 1940 en Belgique un mouvement appelé «Jeunesses musicales», sera déterminante et ils conjuguent leurs efforts dans la même direction... musicale. L’association française est créée en 1942. Une fois démobilisé, René Nicoly reprend son poste aux Éditions Durand à Paris mais n’a pas abandonné cette expérience tellement gratifiante et il va poursuivre toujours auprès des jeunes, dans les établissements scolaires notamment et tout au long de sa vie.
Le projet va se développer au fil des années, l’association nationale ouvre des délégations régionales, celle de Limoges fut créée en 1945 - puis internationales. Elle fonctionne en partie grâce aux adhésions individuelles ou associatives, et aux subventions allouées.
Il y a soixante-dix ans, René Nicoly avait fait le pari que rien n’était plus important que de faire partager la musique au plus grand nombre. Il a réussi ; l’association reconnue d'utilité publique, qui lutte pour l'accès à la musique des enfants et des jeunes, prioritairement issus de zones reculées ou défavorisées permet chaque année à 500.000 enfants et jeunes d’accéder à la musique. Concerts, stages d’été, festivals, l’association a développé le principe sous une nouvelle marque de reconnaissance depuis le développement à l’international, JM France. L’association a à son actif 2.000 spectacles, ateliers et événements par an, principalement dans le temps scolaire, avec plus de 150 artistes professionnels sur tout le territoire, un accompagnement pédagogique adapté et de nombreuses délégations.
Après la réforme territoriale, les associations JM France Aquitaine, Limousin et Poitou-Charentes ont fusionné en 2017 pour former l’association JM France Nouvelle-Aquitaine. Avec plus de 400 concerts et ateliers dans 800 communes et 3.600 classes accueillies, cette nouvelle association est l’une des plus importantes du territoire.
Le Limousin compte de nombreux correspondants locaux notamment en Creuse. A La Souterraine,  Martine Larigauderie, animatrice MJC, assure la mission et organise chaque année un concert original en partenariat avec le Centre culturel Yves-Furet, pour les écoles mais aussi pour tout public.
Vendredi dernier, en partenariat avec Mohamed Chehmana, délégué JM France de Dun-le-Palestel, elle avait invité plus de 700 enfants des écoles des environs de la Creuse et de l’Indre. Au programme un concert original donné par des musiciens professionnels, sur des instruments improbables et surprenants. Le concert a été donné aux écoliers durant la journée et en soirée pour tout public dans le cadre de la programmation du Centre culturel Yves-Furet.