Fil info
03:42 A qq jours de l'appel à manifester de l', 1 coup… https://t.co/HY2B8v1dwZ
03:34Le Buisson-de-Cadouin : (VIDÉO) "Après avoir contribué à la richesse nationale… les agriculteurs retraités priés de… https://t.co/w3AfZdRzCE
00:27«On atteint même les 80% de communes soutenant le maintien des services de la DGFIP sur l’ensemble du territoire» d… https://t.co/r2vyp2A2ra
21:32Lissac-sur-Couze : «La paix et le climat, même combat» -> https://t.co/kulLwpKVBj
21:03 Le rugby c'est aussi (surtout) ici :-)
20:12Châteauroux : Le Racc dompte un vaillant RCI -> https://t.co/GrPFAfmi93
20:08Eguzon-Chantôme : 34e édition : la châtaigne fêtée à tous les goûts -> https://t.co/hens1rOcvU
20:06Châteauroux : Visite guidée du chantier de Balsanéo -> https://t.co/rA1vInVszV
20:01Châteauroux : « L’anguille » ne s’est pas défilée -> https://t.co/kXCUhNPLFq
19:16Bassillac : Un salon sympa et détendu -> https://t.co/G1XWa3OUbU
19:12Marsac-sur-l'Isle : Meurtre ou suicide à Auchan ? -> https://t.co/eLtrah97rh
19:06Saint-Geniès : Grave accident de moto près de Sarlat -> https://t.co/S3cfWd3ytA
18:00Sarlat-la-Canéda : Une saison correcte malgré un mois de mai difficile -> https://t.co/BknniT5IOm
13:19Haute-Vienne : Municipales, Emilie Rabeteau, en lice à Condat-sur-Vienne | L'Echo https://t.co/bHr1ZWHjE3 via
11:08J’ai rarement vu du « participatif » avec les socialistes. En bla-bla oui mais sans plus. Exemple : la large conce… https://t.co/7pGkvWL1hI

Une action qui fait chaud au cœur

Solidarité

La mise en branle d’un quelconque plan particulier destiné à booster la vie de la Creuse ainsi que sa courbe démographique... on l’attend toujours. Le durcissement de la politique d’immigration, lui, en revanche, aura été instantané. Et ce qui était impensable il y a peu, est à présent quasi-quotidien. Hier encore une partie des Creusois avait à se mobiliser pour empêcher l’expulsion d’un couple de réfugiés et de leurs petites filles.
Il s’est présenté, mardi après-midi, à la gendarmerie. Pour pointer. Comme tous les mardis. Puis est rentré à Trace de Pas où il est hébergé... trouver l’animatrice du centre. Le père d’une famille macédonienne s’est vu présenter ce mardi une obligation de quitter le territoire français. Sa compagne, ses deux petites filles de 2 et 6 ans et lui étaient convoqués, hier, à la gendarmerie de La Souterraine pour être conduits en centre de rétention puis expulsés. Mais encore eusse-t-il fallu, pour ça, qu’ils aient pu sortir de Trace de Pas. À l’appel de la mairie et des parents d’élèves, 180 personnes ont hier, à l’heure de la convocation, fait corps autour du bâtiment... et de ceux qu’il abrite encore. « C’est la première fois que je vais avoir l’occasion de remercier quelqu’un d’avoir été pris en otage », lance Claude Clavé, le président de l’association Trace de Pas. « Cette mobilisation fait chaud au cœur en cette période trouble. »
Ce qui a fait chaud au cœur, c’est la prise du problème à bras le corps par les élus de la commune qui, révoltés par des démarches faites « en catimini », sans respect de la légalité, le père qui n’était pas accompagné d’un interprète lorsqu’il s’est fait notifier son OQTF, ont diffusé, affiché, appelé au “blocage”. « C’est vraiment rare de voir des élus prendre position comme ça alors que ça doit aussi faire partie de leur rôle », commente un des citoyens mobilisés.
Ce qui a fait chaud au cœur, c’est de voir les mobilisations s’épaissir et les soutiens se souder. Les enseignants et les personnels des écoles du bassin de La Souterraine sont présent... tout comme quatre professeurs et un agent du collège Martin-Nadaud à Guéret, où deux élèves tentent d’aller de l’avant malgré un horizon bouché au-delà de quelques heures. « Ils ne savent pas où ils vont, pour le moment, ils n’ont aucun futur », explique Frédéric Jaeck, professeur à Martin-Nadaud. « C’est dur pour eux, et pourtant ils ne sont plus en primaire... Là il s’agit d’une petite qui est en grande section. L’enfermer en centre de rétention ? Comment un enfant peut se construire ? C’est terrible. »
Le bien de l’enfant, c’est ce que mettent en avant aussi bien les équipes éducatives que les parents d’élèves que représente Sylvie Sergeant, présidente de la FCPE 23. « La France a ratifié la convention internationale des droits de l’enfant : tout mineur à le droit à l’école une fois entré en France. Nous, tout ce qu’on veut c’est que ce droit soit respecté », déclare-t-elle. « On nous a apporté l’éducation alors on s’en sert : on applique juste la liberté, l’égalité et la fraternité. »
« Cette petite fille a le droit de venir à l’école. Elle a le droit à l’éduc, elle a le droit d’avoir un toit au-dessus de sa tête. Elle a le droit de terminer son année scolaire avec nous », martèle Noémie Ferrero, venue en tant que maman... ou simplement
être humain, soutenir une famille sur la scelette. « Je me demande et si c’était moi, et si c’était ma famille. Je suis née en France parce que j’ai eu cette chance là, mais c’est un hasard. On vit sur un territoire qui se dépeuple, et qui a besoin de familles avec des enfants. Ils ont beaucoup à donner, beaucoup à attendre. »
Le rassemblement a reçu le renfort de quelques gilets jaunes venus de La Croisière qui ont fait savoir que le groupe apportait son soutien à leur action... et qu’il se tenait prêt si besoin.

Diamond Supply PUMA Black Friday