Fil info
08:20Abjat-sur-Bandiat : Jérôme Lavrilleux : "le Périgord Vert sera le cœur du tourisme de la Dordogne" -> https://t.co/qOEpzKzwIZ
07:28# # - : Des quartiers de la ville au musée -> https://t.co/oX3qh5E3XE
07:25# # - -Vienne : Saint-Léonard à l’heure médiévale... et limousine -> https://t.co/tgAvQwQ8fk
07:24Région : Eymoutiers: un salon du livre original -> https://t.co/HtQfU1N63w
07:21Région : Pacs naturels:Le « Grand Pique-Nique » revient fin août et à la rentrée -> https://t.co/qfcCR8D1rQ
21:32Bergerac : En décidant d'un hommage durable aux Justes, la maire Daniel Guarrigue met les points sur les "i" -> https://t.co/l7qk57TWJA
21:09Peyrignac : Un beau projet d’AMAP à Peyrignac -> https://t.co/s5Szc2YIjW
20:52Châteauroux : Une danse pour intégrer la 3e année du NID ballet junior -> https://t.co/XQ7infn1xi
19:58Châteauroux : Réunion du Petit-Valençay : du public malgré la pluie -> https://t.co/jQQ0vWmBFM
19:53France : Réunion du Petit-Valençay : du public malgré la pluie -> https://t.co/hRF78l7L2M
19:42Lamothe-Montravel : Une grande fête pour le bonheur de mener des combats communs -> https://t.co/ZoyvPWRGmD
19:12La Châtre : Les « Arts en fête » expose cinq artistes -> https://t.co/LfVI79S5pF
19:09Valençay : Commémoration du tragique 16 août 1944 -> https://t.co/xHOmgJf1hG
19:09Périgueux : La ville peinte sous tous les angles -> https://t.co/3Q8IWDnJvy
18:17Nailhac : De nouvelles intronisations à la Confrérie de la noix -> https://t.co/Yj3zOBW3Vi
18:12Journiac : Univerland : un nouveau concept de jeux -> https://t.co/frSlUoGKr9
16:06Périgueux : Il fait payer son mal-être aux policiers -> https://t.co/Q60pJL3nVN
10:32Mussidan : On n'appelle pas sa copine "petite", même par SMS -> https://t.co/5iO2csQ3xU

Une action qui fait chaud au cœur

Solidarité

La mise en branle d’un quelconque plan particulier destiné à booster la vie de la Creuse ainsi que sa courbe démographique... on l’attend toujours. Le durcissement de la politique d’immigration, lui, en revanche, aura été instantané. Et ce qui était impensable il y a peu, est à présent quasi-quotidien. Hier encore une partie des Creusois avait à se mobiliser pour empêcher l’expulsion d’un couple de réfugiés et de leurs petites filles.
Il s’est présenté, mardi après-midi, à la gendarmerie. Pour pointer. Comme tous les mardis. Puis est rentré à Trace de Pas où il est hébergé... trouver l’animatrice du centre. Le père d’une famille macédonienne s’est vu présenter ce mardi une obligation de quitter le territoire français. Sa compagne, ses deux petites filles de 2 et 6 ans et lui étaient convoqués, hier, à la gendarmerie de La Souterraine pour être conduits en centre de rétention puis expulsés. Mais encore eusse-t-il fallu, pour ça, qu’ils aient pu sortir de Trace de Pas. À l’appel de la mairie et des parents d’élèves, 180 personnes ont hier, à l’heure de la convocation, fait corps autour du bâtiment... et de ceux qu’il abrite encore. « C’est la première fois que je vais avoir l’occasion de remercier quelqu’un d’avoir été pris en otage », lance Claude Clavé, le président de l’association Trace de Pas. « Cette mobilisation fait chaud au cœur en cette période trouble. »
Ce qui a fait chaud au cœur, c’est la prise du problème à bras le corps par les élus de la commune qui, révoltés par des démarches faites « en catimini », sans respect de la légalité, le père qui n’était pas accompagné d’un interprète lorsqu’il s’est fait notifier son OQTF, ont diffusé, affiché, appelé au “blocage”. « C’est vraiment rare de voir des élus prendre position comme ça alors que ça doit aussi faire partie de leur rôle », commente un des citoyens mobilisés.
Ce qui a fait chaud au cœur, c’est de voir les mobilisations s’épaissir et les soutiens se souder. Les enseignants et les personnels des écoles du bassin de La Souterraine sont présent... tout comme quatre professeurs et un agent du collège Martin-Nadaud à Guéret, où deux élèves tentent d’aller de l’avant malgré un horizon bouché au-delà de quelques heures. « Ils ne savent pas où ils vont, pour le moment, ils n’ont aucun futur », explique Frédéric Jaeck, professeur à Martin-Nadaud. « C’est dur pour eux, et pourtant ils ne sont plus en primaire... Là il s’agit d’une petite qui est en grande section. L’enfermer en centre de rétention ? Comment un enfant peut se construire ? C’est terrible. »
Le bien de l’enfant, c’est ce que mettent en avant aussi bien les équipes éducatives que les parents d’élèves que représente Sylvie Sergeant, présidente de la FCPE 23. « La France a ratifié la convention internationale des droits de l’enfant : tout mineur à le droit à l’école une fois entré en France. Nous, tout ce qu’on veut c’est que ce droit soit respecté », déclare-t-elle. « On nous a apporté l’éducation alors on s’en sert : on applique juste la liberté, l’égalité et la fraternité. »
« Cette petite fille a le droit de venir à l’école. Elle a le droit à l’éduc, elle a le droit d’avoir un toit au-dessus de sa tête. Elle a le droit de terminer son année scolaire avec nous », martèle Noémie Ferrero, venue en tant que maman... ou simplement
être humain, soutenir une famille sur la scelette. « Je me demande et si c’était moi, et si c’était ma famille. Je suis née en France parce que j’ai eu cette chance là, mais c’est un hasard. On vit sur un territoire qui se dépeuple, et qui a besoin de familles avec des enfants. Ils ont beaucoup à donner, beaucoup à attendre. »
Le rassemblement a reçu le renfort de quelques gilets jaunes venus de La Croisière qui ont fait savoir que le groupe apportait son soutien à leur action... et qu’il se tenait prêt si besoin.

Diamond Supply PUMA Black Friday