Fil info
18:52La fabrique d’un journal. Imprimerie Rivet. Éditeur de . Colère aussi de savoir que l’, après… https://t.co/UrC2sD3iXM

Un nouveau directeur au Centre hospitalier

Santé

Après Arnaud David, originaire du Nord-Pas-de-Calais, c’est un nouveau Nordiste qui lui succède à la direction du Centre hospitalier Eugène Jamot.
Né à Douai, Sébastien Lherbier-Levy a fait ses études secondaires et supérieures là-haut, dans la Cité des Géants. Bachelier, il choisit le droit sans projet professionnel défini, « je voulais comprendre la société d'aujourd'hui... ». Après l’obtention du Deug à la faculté de Douai, il termine par une licence en droit public en 1997. À la faculté de Douai, il rencontre sa future épouse Rose, originaire de Strasbourg.
Un hasard... C’est à Strasbourg qu’il poursuit sa maîtrise en droit ; il obtient un Diplôme d’Études Approfondies, droit comparé des religions en Europe en 2002, un parcours complet de juriste en droit public. Alors qu’il prépare sa thèse de doctorat « Religion et principe d’égalité devant la loi », il décide de rejoindre le monde du travail, à l’heure où il construit avec Rose, sa petite famille. S’ils rejoignent Pau, dans les Pyrénées-atlantiques, région où Rose avait de la famille, c’est à Lyon, à la Cour administrative d’appel que Sébastien a un premier emploi contractuel, assistant de justice durant quatre ans. De la théorie à la pratique, cette expérience professionnelle de quatre ans complète sa formation dans le domaine du contentieux public : « je préparais les dossiers pour le magistrat, je proposais des solutions... ».
Après la naissance de Leila en 2006, il se rapproche de la Cour administrative d’appel de Bordeaux, y travaille un an avant de choisir une voie nouvelle, la voie hospitalière. Il réussit un premier concours externe d’Attaché d’administration avec six mois de formation à l’École de Rennes en 2007 et intègre alors le centre hospitalier de Saintes en 2008 : responsable des achats et de la logistique durant 4 ans, puis toujours à Saintes mais aussi à Saint-Jean-d’Angély, responsable des marchés publics et des affaires juridiques, notamment à la gestion des contentieux. On est toujours dans le droit.
Cette fois, lorsqu’il revient à l’École de Rennes, en 2016, c’est pour deux ans de formation dans ce nouveau secteur professionnel qui lui ouvre les postes de directions d’établissements médico-sociaux, deux ans à Rennes, et un dernier stage de 15 jours en Limousin, toujours pour se rapprocher de sa famille alors domiciliée en Charente ; il est accueilli à l’Hôpital Intercommunal du Haut-Limousin de Bellac par Arnaud David qui saura le préparer à son nouveau et premier poste d’établissement : le centre hospitalier Eugène Jamot.
De grands chantiers
Sébastien Lherbier-Levy a été présenté officiellement au personnel, aux résidents et aux partenaires lors de la cérémonie des vœux. Il a pu évoquer aussi les projets de l’établissement en 2019, notamment le plus visible sur plan architectural : « la restructuration de l’EHPAD impressionne par son ampleur. Elle a débuté en 2014 par une opération « tiroirs » et s’achèvera normalement en 2019. Le cabinet d’architecture Barge nous accompagne dans la réalisation de ce projet ambitieux pour lequel, je le sais, les professionnels de santé se sont mobilisés... ». Le chantier devrait être terminé fin 2019. La galerie permettant de relier tout l’établissement d’un service à l’autre est en cours de réalisation, ce qui facilitera grandement le travail des équipes obligées de transporter les repas en camion. La construction de l’aile consacrée au personnel, aux salles de consultations avancées, sera aussi réalisée.
Quelques modifications ont été apportées au projet initial afin de construire une salle de radiologie conventionnelle avec de la téléinterprétation. Dans le domaine de la télémédecine, l’EHPAD a été retenu dans l’appel à projet de l’Agence Régionale de Santé pour coordonner le dispositif pour 12 autres établissements du département. Alexandre Moreau, infirmier, sera chargé de son déploiement.
Le directeur porte aussi l’espérance de voir s’accroitre encore davantage les services de soins infirmiers à domicile : la capacité initiale de 28 places ne permettait pas de prendre en soins la totalité des personnes souhaitant rester à domicile. Elle vient de passer à 33 places depuis le 1er février. Enfin, 2019 sera l’année du nouveau projet d’établissement.
Cette direction touche à bien des secteurs différents : ressources humaines, santé, architecture (suivi du chantier), restauration ; nul doute que la formation en droit, dont la transversalité est incontestable, lui donne les bons outils dans cette polyvalence professionnelle.
Pour l’heure, Sébastien réside seul à la Souterraine, son épouse Rose et leurs trois enfants devraient rejoindre la cité de l’Ouest Creuse pour la rentrée de septembre.

Air Max 90 Woven