Fil info
07:31# # - -Vienne : Le préfet dans nos murs -> https://t.co/4yRgdW0rBk
07:28# # - -Vienne : Le quotidien d’un club sportif de banlieue -> https://t.co/H9J0PZ7PSE
07:25Région : FuturoWeen, l’Halloween familial du Futuroscope -> https://t.co/V32Bftjlt8
07:23Région : La grogne paysanne en suspens -> https://t.co/up6smLfsiQ
00:39le mouvement de la paix 19 soutient ; participez à la souscription https://t.co/DN1ipfEcB3
23:30 Le sociologue de la de à jeudi 24 oct à l'invitation du et de… https://t.co/6ADygJ1kE6
23:23Périgueux : Le sociologue de la famille François de Singly en réunion publique -> https://t.co/cTxdajcmVp
20:42Bergerac : Fin de contrats, chômage partiel... Eurenco serait-elle en sursis ? | L'Echo https://t.co/LEiCcanePU via
19:45Périgueux : Alternatives aux pesticides : colloque national à Périgueux | L'Echo https://t.co/rkUd8QXRlI via
19:34RT : La direction de La Poste a décidé de réduire de 27 heures semaine à 15 heures semaine les horaires du bureau de Pos… https://t.co/ymIPzzfA8P
19:19Pommiers : Le Team Bethenet affiche sa belle santé -> https://t.co/NnoZb2hckN
19:17Gargilesse-Dampierre : Les généreux projets de l’asso « Pour Kungur » -> https://t.co/HLgr8WLOAf
19:16France : Des vestiges gallo-romains presque partout dans le secteur -> https://t.co/lB4icSu42A
19:15Châteauroux : La coopération plus que jamais -> https://t.co/blgUq2bqnV
19:13Indre : Le triporteur de Télématin sur la piste des produits berrichons -> https://t.co/0ZSBglvjfE
18:44Sainte-Croix-de-Mareuil : Omya : licenciements et débrayage -> https://t.co/LNPKGwkeYW
18:39Domme : Objectif à minima pour service de santé à bout de souffle -> https://t.co/FzyafHsisf
18:32Marsac-sur-l'Isle : Samedi, on se jette sur les savons pour aider à contrer les accidents de la vie -> https://t.co/fH1N7BoEDD
18:27Périgueux : Un meurtrier pouvant se contrer -> https://t.co/rwnW7nkbnZ
17:53RT : [senat] les pétitions de principe, les condamnations verbales ne suffiront pas à arrêter le pouvoir de qui… https://t.co/SSlHe9a36F
17:46RT : Si votre politique est si "bonne" monsieur le Premier ministre, pourquoi la France exprime t'elle autant de souffra… https://t.co/mst2HyiRBQ
16:52Terrasson-Lavilledieu : Réunion suivie sur l’intérim -> https://t.co/JuDW5G0x7H
13:38 1 colloque à pour défendre le purin d’ortie, le petit lait, Les décoctions… https://t.co/7y4icDzemg
13:21Quinsac : Alternatives aux pesticides : colloque national à Périgueux -> https://t.co/tNHZRQdq2C
13:01La direction de La Poste a décidé de réduire de 27 heures semaine à 15 heures semaine les horaires du bureau de Pos… https://t.co/ymIPzzfA8P
12:35Bergerac : Fin de contrats, chômage partiel... Eurenco serait-elle en sursis ? -> https://t.co/OCVzdyUVmL
12:30Saint-Pierre-d'Eyraud : La fête de Pradelou laissera des souvenirs impérissables -> https://t.co/va3qY4jm2N
12:14 candidate au label « TERRE DE JEUX 2024 », lancée par Paris 2024 dans le but d’engager tous les terri… https://t.co/GN68hxoAeC
11:48RT : 2020 En termes de postes, on en reste au vieux principe d’habiller Pierre (+ 440 postes dans le primaire… https://t.co/kfVI7CihaZ
11:46RT : La concurrence dans le rail se traduira par une hausse des prix et une baisse de la sécurité. Angleterre, Allemagne… https://t.co/Fr9PDCh7t7
08:27 Ah, ce n'est pas la bonne photo
08:18C'est dingue les photos d'à peine 2 ans et qui montrent une ambiance disparu au complet.. Ligne, train, personnels.… https://t.co/MnZqZUl2K0

Des jeunes passionnés de leur métier

Agriculture

Dimanche se déroulait à Terrasson la 35è édition de Terre en fête organisée par le syndicat des Jeunes agriculteurs de Dordogne, réunissant producteurs, vendeurs de matériel et partenaires du monde agricole. Un moment festif permettant d’oublier un temps l’actualité plus que maussade du monde agricole.

Après 8 000 visiteurs l’an dernier à Sorges, les organisateurs espéraient faire au moins aussi bien pour cette 35è édition.
Une fête qui se déroulait également sous haute sécurité avec la présence de gendarmes et de policiers municipaux. Sur place comme chaque année, des vendeurs de matériel, les stands des différents organismes agricoles et partenaires, mais aussi des chevaux de trait avec démonstration de débardage, des ballades en calèche, des baptêmes d’Ulm, du tracteur tondeuse cross, des jeux en bois à l’ancienne et le traditionnel concours de labours. Une petite déception cette année, la présence de peu d’animaux, « les gens qui ne sont pas du milieu agricole aimeraient en voir d’avantage mais en ce moment, avec les contraintes sanitaires c’est compliqué au niveau des demandes administratives et de la volonté des agriculteurs de déplacer les animaux », explique Pierre Léonard secrétaire départemental des Jeunes agriculteurs qui compte 300 adhérents à jour de cotisations. Des adhérents très actifs qui se sont mobilisés toute la semaine pour organiser cet événement d’ampleur puisque de 400 repas servis il y a quelques années, ils étaient 1 200 l’an dernier et la tendance s’est poursuivie cette année. « C’est une véritable bouffée d’air pour tout le monde pendant la semaine de préparation et on en avait bien besoin, qu’il s’agisse des crises sanitaires ou laitières. Dès qu’il y a quoi que ce soit on se fait déglinguer, nous sommes des pollueurs, nous contaminons, nous sommes malhonnêtes...». Un besoin de souffler à n’en pas douter, mais ce seront le seul coup de colère de Pierre Léonard qui ajoute « on est là pour faire la fête, relâcher la pression et notre règle aujourd’hui c’est d’éviter de parler des sujets qui fachent et de montrer qu’on est là, motivés pour un métier que nous aimons et montrer le visage de l’agriculture d’aujourd’hui ».
Il était pourtant difficile de ne pas évoquer la crise laitière qui secoue la profession aujourd’hui. « C’est notre principale préoccupation avec un prix de 0,26 euros le litre de lait alors que les accords signés l’an dernier avec le ministre de l’agriculture prévoyaient 34 centimes comme il l’a annoncé haut et fort sur le perron du ministère», explique Fabien Joffre président de la FDSEA et secrétaire adjoint de la Chambre d’agriculture qui précise, « cette crise laitière entraîne une crise de la viande, puisque les producteurs laitiers se débarrassent de leurs vaches, ce qui a fait baisser le prix au kilo d’un euro par rapport à  l’an dernier ».
Une consolation cependant, les premiers contacts du monde agricole avec la préfète Anne-Gaëlle Baudouin-Clerc qui, « nous laisse une première impression très positive sur la manière dont elle instruit les premiers dossiers qu’il s’agisse de conflits de voisinage, de permis de construire ou d’autorisation administratives. Nous sommes habituellement face à une administration très tatillonne et elle a mis de l’huile dans les rouages ce qui montre que quand un chef parle, ça peut suivre », se réjouit Fabien Joffre.
Le président du Conseil départemental Germinal Peiro était également sur place et garde une vision optimiste du rassemblement,
« bien sûr c’est difficile en ce moment pour le monde agricole mais je vous aurait dit la même chose il y a cinq ou dix ans, mais ce rassemblement et cette fête montrent à quel point ces jeunes croient en leur métier et c’est pour moi ce qu’il faut retenir aujourd’hui malgré les difficultés sanitaires et économiques. Ce sont des jeunes qui y croient et veulent se battre. Et dans ce secteur précis de Dordogne, il y a encore beaucoup de jeunes qui s’installent sur des cultures diversifiées comme la fraise, la noix ou le maraîchage et qui veulent tirer partie de cette diversité là. Ce sont des paysans au sens noble du terme « habitant un
pays »  qui créent du lien avec le territoire. Ils le font au quotidien tout en participant à la qualité des produits et à la réputation de la Dordogne. ça fait quelques années déjà que je suis Député et lorsque mes collègues de l’Assemblée nationale me demandent d’où je viens et que je dis que je suis de Dordogne, la première chose qu’on me dit c’est « on mange bien là-bas », ça vient bien avant l’histoire, la préhistoire ou le canoë ».
Germinal Peiro qui a également été rapporteur de la dernière loi sur l’agriculture estime avoir fait
« tout ce qui est possible pour que notre agriculture se maintienne et c’est nécessaire, nous sommes passés d’une agriculture qui permettait l’autarcie à une production mondialisée. Le veau du Périgord est concurrencé par celui de Nouvelle-Zélande et c’est la même chose pour le lait. Ils se retrouvent sur un marché devenu planétaire. 60 à 70 % de la production de la Dordogne part à l’export, il a fallu la crise Grecque pour qu’on apprenne que 50 tonnes de bovins partent chaque semaine en Grèce des abattoirs de Thiviers, nos céréales partent au Magrheb et nos noix en Europe du Nord ou en Espagne notre premier marché. Je pense qu’il reste aux agriculteurs beaucoup de choses à obtenir en interne au sein de leurs organisations. Plus ils sont éclatés plus ils sont fragilisés, ils ne peuvent plus se permettre d’avoir une multitude de coopératives pour faire face à des acheteurs qui ne sont que cinq ou six et qui dictent leurs prix ».
Et même si consommer local permet de soutenir les agriculteurs, cela ne suffit pas, « les circuits-courts ça ne représente que 20 % de la réponse, on ne peut pas manger toute la viande produite en Dordogne ou consommer tout le vin du Bergeracois, mais c’est affligeant de voir que c’est un des rares métiers où l’on ne maîtrise pas son prix de vente et où celui qui crée la richesse est le moins bien payé de la chaîne. Les vendeurs de machines ou les banques ne sont pas en faillite dans cette chaîne, seuls les agriculteurs le sont. C’est pourquoi je pense qu’il faut réfléchir à une meilleure organisation en interne notamment en passant par des structures comme les Cuma et la mutualisation pour l’achat de matériel afin d’éviter le surinvestissement et l’endettement qui en découle en
 partie ».

Philippe Jolivet

adidas Dame 5 X Marvel 'Black Panther'