Fil info
09:38 Attention, suite à un accident de la circulation, la route entre Périgueux et Sarlat (D 710) es… https://t.co/FbdhHNMpss
09:38Corrèze : Ils veulent créer un collectif pour « sauver Ruffaud » -> https://t.co/dp595UDUgj

Pas de haine en terre résistante

Parti communiste frnçais

La venue samedi de Marine Le Pen à Cublac (19), près de Terrasson, ne passe décidément pas, et après une manifestation organisée samedi dernier dans la commune (voir l’Echo de lundi) à l’appel d’un collectif citoyen local, les sections périgourdines et corréziennes du PCF invitent à les rejoindre samedi à l’entrée du bourg.

Non, Marine Le Pen et ses militants du Rassemblement national (RN) ne sont pas les bienvenus à Cublac, commune se trouvant en Corrèze, à la jonction avec la Dordogne. C’est pourquoi les PCF de ces deux départements lancent un appel commun à tous les citoyens choqués par les propos nauséabonds, démagogiques et pleins de haine de la présidente du Rn à les rejoindre samedi à 13 h 30 à l’entrée de Cublac. Ils rappellent que le vrai visage de Marine Le Pen, est celui, « de la haine, du racisme, de la stigmatisation de l’étranger ». Dans ces conditions, « sa présence est une souillure  sur les terres de Résistance que furent la Corrèze et la Dordogne. C'’est une provocation pour les communes de Terrasson et Cublac où vivent de nombreux  travailleurs/ses d’origine immigrée ». Pour eux, «  ce parti héritier de l’extrême-droite antisémite, pétainiste et colonialiste n’a pas changé malgré la mise à l’écart du patriarche (le milliardaire de Saint-Cloud) et le changement de nom ».
Dans un contexte national de souffrance sociale extrême, le mythe du « bouc émissaire » est sur-utilisé par les populistes et démagogues de tous poils, dont la présidente du Rn est sans conteste la tête de file. Ses propos doivent être ardemment dénoncés, ce que s’emploient à faire sans relâche les communistes. « Après avoir valsé à Vienne avec un néo-nazi, Mme Le Pen affiche aujourd’hui sa complicité avec le néo fasciste italien Salvini et avec tout ce que l’Europe compte de dirigeants autoritaires nationalistes et xénophobes » remarquent les responsables des fédérations de Dordogne, Julien Chouet et de Corrèze du PCF. « A l’heure des mobilisations pour l’emploi, les salaires, les retraites, la Sécu et les services publics, les travailleurs n’ont rien à attendre d’un parti qui se nourrit de la crise économique, des impasses du capitalisme mondialisé et des politiques d’austérité, et qui tente en permanence de détourner la colère sociale vers un bouc émissaire, l’immigration massive ». écoeurés par les diverses affaires et magouilles dans lesquelles trempent tant de femmes et hommes politiques, et par le mépris trop affiché de notre classe dirigeante, certains citoyens se laissent bercer par les sirènes brunes du RN. Mais c’est faire un peu vite abstraction des très nombreuses condamnations dont a écopé ce parti, pour des financements illégaux, des emplois fictifs, et combien de fois pour des diffamations ou propos révisionnistes ! La fille peut toujours prétendre que pour nombre de ces délits, c’est le père qui est en cause, elle le soutenait alors mordicus. Le PCF le souligne, « ce parti  prétendument antisystème  qui accumule les casseroles se trouve en difficulté financière suite à l’affaire des emplois fictifs d’assistants parlementaires européens... Le raout  cublacois a aussi pour objet de renflouer les caisses d’un parti lourdement sanctionné par la justi-
ce ». L’appel des deux fédérations communistes pourrait être relayés par d’autres structures. Déjà Ensemble !, « mouvement pour une alternative de gauche écologiste et solidaire » précisent ses portes-parole, s’inscrit dans la démarche et invite à rejoindre le mouvement. D’autres organisations, syndicales ou politiques, pourraient aussi relayer cet appel contre le parti de la haine et de la division entre les citoyens de ce pays.