Fil info
13:56C'est la rentrée politique.Une belle délégation des militants .Un esprit de rassemblement et d… https://t.co/baIBgDXr7F
13:21Comme disaient les grands-mères : le plus intelligent des deux cède. Bravo pour la responsabilité dont font part le… https://t.co/ckdCzVz65Z
13:18RT : 📢 ALERTE. Après la presse entravée, trois observateurs de interpellés à Bayonne, en marge de la manifestati… https://t.co/0D4k3uT6z2
13:18RT : Totalement solidaire avec ces interpellés. Inacceptable provocation des Autorités avec arrestations et poursuites a… https://t.co/warnhIIVk8
13:17RT : Manifestation anti G7 à Bayonne : des intimidations inacceptables - Ligue des droits de l’Homme https://t.co/4aboYIzDwR
13:16RT : Délit d'intention. C'est nouveau ça, ça vient de sortir. Et c'est en France ! Y'a du boulot ! https://t.co/X9COTU7MiN
10:26Agonac : Injustement vilipendé, il se fâche et c'est l'effet boomerang -> https://t.co/FWDYwAe2r0
08:17Lalinde : Vous êtes attendus à la 3e de Lire en bastides ce dimanche ! -> https://t.co/mnuRfjIoWG
06:08Bergerac : La tête dans les nuages, jusqu’à Périgueux -> https://t.co/P9SuhsLNqG
19:39Dordogne : La Région fait état des travaux réalisés dans les lycées cet été -> https://t.co/IZrXIN6pIf

La boîte à outils du PS pour rééquilibrer la justice fiscale

Politique

Boris Vallaud, le député des Landes, porte-parole du PS et camarade de promotion ENA d’Emmanuel Macron était à Trélissac la semaine dernière pour parler de justice sociale et de justice fiscale, devant un parterre fourni de militants.

Près de 200 personnes pour une soirée débat, cela faisait bien longtemps que le parti socialiste n’était pas parvenu à réunir autant de militants au cours d’une même soirée. Il faut dire que le parti à la rose au poing n’a toujours pas digéré les upercuts reçu à aux élections présidentielle et législatives. Annoncé mort, il bouge encore comme a pu le constater jeudi soir à Trélissac le porte-parole national du PS Boris Vallaud, content de voir qu’il n’y avait pas « que 30 socialistes en France ». 30, c’est le nombre de députés socialistes qu’il reste encore à l’Assemblée nationale après le passage de la vague Macron.
Et Macron, c’est justement l’une des cibles privilégiées de Boris Vallaud, avec l’ISF dont le rétablissement est réclamé à corps et à cri à grands renforts d’affiches. Pour Boris Vallaud, « le macronnisme est d’abord un syndic de liquidation » et Macron n’est « le président que de quelques-uns ». La preuve, les premières mesures qu’il a prises une fois élu, c’était supprimer l’ISF et la flattax et baisser les APL pour faire « des économies sur le dos des pauvres et rembourser les bookmakers de sa campagne électorale ».
L’ISF, c’est aux yeux du PS et de Boris Vallaud, la pierre angulaire de toute politique en faveur de la justice fiscale et sociale. « Sa suppression coûte 3 milliards à la population », rappelle le député des Landes qui signale que le PS travaille ardamment à son rétablissement via un référendum d’initiative partagé qui, pour être mis en place, a besoin de 185 parlementaires et 10 % du corps électoral. A ce jour, il manque encore 23 parlementaires à convaincre. L’autre pendant de la justice fiscale est donc l’impôt, à la condition que tout le monde le paye et que cesse l’évasion fiscale et l’optimisation fiscales pour les grandes fortunes et les grosses entreprises. « Il manque 20 % de l’impôt sur les sociétés en France. Cela représente 5 milliards. Le principe de consentement à l’impôt est atteint avec l’optimisation fiscale à outrance ». Pour Boris Vallaud, il est urgent de travailler à une refonte de l’impôt avec plus de tranches et de progressivité, plutôt que de laisser les niches fiscales et pour que cesse le fait que « les hyperiches soient moins taxés que les hyperpauvres ». Mais pour ce faire, encore faut-il pouvoir accéder de nouveau au pouvoir. Et cela, c’est une autre paire de manches.

nike free run 5.0 white