Fil info
20:41La Fête de la Montagne Limousine 2018 c'est les 28, 29 et 30 septembre à en https://t.co/bstJzAfXV6
16:06un début de en fanfare, merci pour l'article, on se donne rendez-vous p… https://t.co/6jZloosTQK
14:08RT : Ussel : Des poèmes et des chansons pour célébrer la paix -> https://t.co/UbctK0Smqy
08:33Dans le on préfère la partager et la boire 🍻😜 https://t.co/UWVUX2n94t
08:29ce matin 22/09/2018 de 08:00 à 12:00 efs - perigueux attention changement de date le théâtre est reporte au lu… https://t.co/dRuAFv8dpK

Le cadavre exquis de la liberté

Culture

Mardi soir le théâtre des 7 Collines avait à l’affiche le spectacle hors normes «Chunky Charcoal», balade poétique et performance artistique de haute volée.
A la différence du jeu littéraire mis au point par les Surréalistes au siècle dernier, le cadavre exquis exécuté par six mains expertes et sensibles a tissé un fil rouge poétique entre tous les éléments de langage entremêlés : visuels, sonores, parlés, déroulés, agencés, formulés, écrits, dessinés un beau soir de «réunion un peu contrainte, contrite. Nous ne nous... Un rituel, une célébration» amorce Sébastien Barrier, poète des mots de sa logorrhée. Que l’on comprenne bien le dispositif original de ce work-world-words in progress à trois : Sébastien Barrier parle, chante, débite des histoires, des récits, des tranches de vie réelles et imaginaires. Benoît Bonnemaison-Fitte, artiste graphique dessine en mots la parole donnée. Il noircit une immense page blanche tendue en fond de scène au moyen de charbons de fusain noirs, les «Chunky Charcoal» éponyme du spectacle. Le guitariste Nicolas Lafourest magnifie les mots d’une sensibilité électrique, aux lignes mélodiques mélancoliques, du PJ Harvey grattée jusqu’à l’os.
En route pour un long et fabuleux voyage dans le temps : du village d’origine de Benoît Bonnemaison-Fitte, Aurignac,  jusqu’à une grotte et nous voilà plongés dans l’ère de l’Aurignacien. On «farfouille» de ci de là et on découvre que l’homme a civilisé la mort !
«L’inéluctable finitude» n’est pas loin. Sébastien Barrier peut dire merci à la «sérendipité»... Un petit détour par la grotte Chauvet et nos pas nous amènent à un chaton sauvé par Nicolas d’une poubelle jeté. «Prenez-moi» dit le chat. On trouve parfois et on perd aussi «le cap, sa langue, l’équilibre, son sens de l’humour, la raison, la foi, la parole, Christine»... et sur la page un papillon filandreux prend son envol. Christine est morte dans un «cri», envole toi Christine. Le train des mots fait escale à Morlais où un curé noir de désir tente de se suicider.
Dieu existe-t-il vraiment ?
Oui-oui le chat de Sébastien ne dit pas non. Il fait une apparition sur scène inoubliable de chat pitre pâte à modeler ! Le poète Georges Peros sorti des embruns bretons célèbre la mer et ses marins.
Ronan Tablantec, le double du conteur, finit grillé et mangé par la mer. Le minotaure est prisonnier de son labyrinthe et la page blanche recouverte de mots posés tel un dazibao poétique. La boucle est bouclée, le feu de l’humanité peut éclairer la fresque dans son entièreté, le cadavre exquis de la liberté est né.

Serge Hulpusch

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.