Fil info
16:19 ça commence à bien faire de s'en prendre aux syndicats de travailleurs
16:09La secrétaire générale de l'Union départementale CGT de la Creuse Catherine Baly est convoquée au commissariat de... https://t.co/mEUkOlyFAu
13:02RT : Suite aux violences survenues à l’encontre des arbitres lors de rencontres départementales de ces de… https://t.co/ZDLyLsB1KT
20:40 Merci 😊
20:36 Elle est superbe 😊
20:35 J'veux pas dire mais ma photo est tout aussi belle 😉 https://t.co/uSiCecvEvW
20:33 Voici pardon 😉 https://t.co/HyzoOHrCVb
20:21 Manque une photo... https://t.co/8FObRER1vu
17:40RT : le parquet a su raison garder et la mobilisation a p… https://t.co/y7i3uWLLgZ
17:39RT : Le parquet de abandonne les poursuites à l'encontre du réalisateur , qui a suivi les… https://t.co/H5rqmXy29J

Dans les rouages de l’imprimerie Maugein

Visite touristique

Dans le hall d’entrée de l’imprimerie, c’est le grondement des machines qui accueille les visiteurs, qui se pressent contre les baies vitrées avec curiosité, visiblement impatients de découvrir les dessous de cette activité.
Parmi eux, Yannick, qui est venu en connaisseur, accompagné de ses deux fils. «Je suis moi-même imprimeur au Pôle graphique de Tulle, explique-t-il, et je trouve ça super qu’une entreprise privée ouvre ainsi ses portes. Moi qui travaille pour l’Etat, ça me semble intéressant de voir des  fonctionnements différents».
Clément, le fils aîné, prend lui aussi la visite très au sérieux, car il se destine à cette filière : «Je commence une formation au Lycée professionnel Maryse Bastié à Limoges à la rentrée, alors je profite de mes vacances pour bien me renseigner».
Au total, ils sont une quinzaine à participer à la visite, organisée par l’Office du tourisme dans le cadre du programme «Dans les coulisses de...», qui dure tout l’été. David Maugein, directeur général, est leur guide pour la matinée, et présente en introduction l’histoire de l’imprimerie, qui est en fait une affaire de famille. «C’est mon arrière grand-père qui a lancé le projet en 1926. Puis mon grand-père l’a repris en 1942. Quant à moi, j’ai hérité avec mon frère de la direction par mon père, Daniel Maugein, en 2001».
A eux deux, ils gèrent deux sites de production, dont le siège social à Tulle, qui emploie 30 salariés et ne ferme que 15 jours par an, chaque été. «On ne s’ennuie pas, dit-il avec le sourire. Il y a du stress, parfois c’est pénible, mais c’est aussi un métier passionnant, avec du contact humain». Une activité souvent méconnue du grand public, comme il le souligne volontiers : «Ce n’est pas populaire comme pompier, les gens ne savent pas trop ce qu’on fait». Pour les aider à y voir plus clair, il entraîne donc les visiteurs à travers les maillons de la chaîne de production. Tout commence à l’espace de création graphique, où plusieurs salariés s’occupent de gérer les commandes, avec de la mise en page, et parfois même la création de logos, sur des ordinateurs dernière génération. «Nous ne sommes pas une agence de communication, précise-t-il néanmoins. Notre but est  simplement de traiter la demande du client». D’abord attentifs, les participants ne tardent pas à se disperser pour interroger eux-mêmes les salariés, et observer leur travail par dessus l’épaule. David en profite aussi pour parler des formations nécessaires, précision qui a son importance pour Yannick et ses fils.
Mais c’est l’espace central de l’imprimerie qui impressionne le plus les curieux du jour, tant par le nombre de machines en action, que par le  vacarme assourdissant qu’elle génèrent. Très vite on ne s’entend plus, et la température monte : «On produit pas mal de chaleur, reconnaît David. Parfois on grimpe jusqu’à 40°c en été !». Habitués, les salariés sont équipés de bouchons pour les oreilles, mais n’ont pas vocation à travailler dans le bruit toute leur carrière : «J’essaie d’avoir du personnel flexible, pour ne pas tomber dans la routine d’un poste» assure le directeur.
Dans cette pièce d’impression qu’il appelle le «poumon de l’entreprise», on peut suivre des yeux le chemin d’une feuille de papier, qui passe au cœur d’immenses box de couleur, réapprovisionnés constamment en jaune, noir, cyan et magenta. Sur les deux imprimantes utilisées, l’une est désormais robotisée, équipée d’une caméra.
La visite se poursuit à l’espace de découpe, de pelliculage, et des machines spécifiques comme l’encarteuse-piqueuse, pour réaliser brochures et dépliants.
Qui dit papier dit aussi problématique environnementale : qu’en est-il des quantités jetées ? «Entre 20 et 30% du papier va effectivement à la poubelle, mais nos déchets sont valorisés, car recyclés» explique David.
Au final, les évolutions techniques ont permis à l’imprimerie Maugein de gagner en productivité et en conscience écologique, mais l’entreprise a toujours du mal à recruter. «Nous cherchons actuellement un conducteur de machines offset» a annoncé David à la fin de la visite.
Une information qui aura au moins permis au jeune Clément de prendre note des débouchés possibles dans l’imprimerie. «ça a confirmé mon envie de me diriger vers ce secteur» a-t-il confié.

Commentaires

Je travaille dans une imprimerie spécialisée notamment dans l'<a href="https://www.lettrepub.fr/">autocollant personnalisé</a>, il s'agit de tout ce qu'on trouve comme marquage adhésif sur les panneaux routier et j'ai beaucoup apprécié la visite, c'était très intéressant de voir comment ça fonctionne chez les autres.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.