Fil info
16:19 ça commence à bien faire de s'en prendre aux syndicats de travailleurs
16:09La secrétaire générale de l'Union départementale CGT de la Creuse Catherine Baly est convoquée au commissariat de... https://t.co/mEUkOlyFAu
13:02RT : Suite aux violences survenues à l’encontre des arbitres lors de rencontres départementales de ces de… https://t.co/ZDLyLsB1KT
20:40 Merci 😊
20:36 Elle est superbe 😊
20:35 J'veux pas dire mais ma photo est tout aussi belle 😉 https://t.co/uSiCecvEvW
20:33 Voici pardon 😉 https://t.co/HyzoOHrCVb
20:21 Manque une photo... https://t.co/8FObRER1vu
17:40RT : le parquet a su raison garder et la mobilisation a p… https://t.co/y7i3uWLLgZ
17:39RT : Le parquet de abandonne les poursuites à l'encontre du réalisateur , qui a suivi les… https://t.co/H5rqmXy29J

La toponymie du PNR prend du relief

Culture

L’Institut d’Estudis Occitans dau Lemosin a publié l’ouvrage «De La Chassagne au Monteil : Noms de lieux du PNR Millevaches en Limousin» rédigé par Jean-François Vignaud. Ce travail richement illustré est le guide idéal pour découvrir cet espace dans l’épaisseur de son histoire, de sa langue et de sa géographie humaine. Les amateurs de toponymie et  les amoureux du PNR sont à la fête. Fini les ouvrages austères  disséquant un pays, un canton, un département de manière savante comme on étudiait autrefois une grenouille les aiguilles à la main. Le livre de Jean-François Vignaud publié aux éditions de l’Institut d’Estudis Occitans dau Lemosin (IEO du Limousin) renouvelle le genre érudit en apportant de l’eau de jouvence au moulin du PNR et de sa toponymie !

Chabatz d’entrar

L’ouvrage est composé de onze chapitres aux thématiques claires et concises  : le relief, l’eau, arbres et arbustes, les animaux, activités agricoles et artisanales, le minéral, la contrée, les plantes et l’occupation humaine, divisées en ruisseaux irriguant la matière étudiée far banhar los prats !
Le livre trouve le bon équilibre entre les textes instructifs truffés d'anecdotes et d’exemples, et une iconographie plurielle (photos, dessins, cartes postales, illustrations) qui donne de la profondeur à l’ensemble du propos.
Le choix du Parc Naturel de Millevaches en Limousin comme terrain d’études s’est réalisé en lien avec le PNR et des travaux antérieurs. «Ils consistaient en des enquêtes toponymiques dans les dernières communes du territoire qui n’avaient pas été faites. Tout le territoire n’était pas embrassé. L’idée était d’avoir une couverture totale du parc de Millevaches. À l’époque, cela devait concerner une soixantaine de communes» précise Jean-François Vignaud.
Ce travail de collectage, d’inventaire toponymique, s’est étendu sur plusieurs années. L’objectif était de rencontrer tant que cela était possible des
locuteurs d’occitan et de leur demander la prononciation des noms de lieux de leur commune. «Il y a toujours une plus grande fidélité en passant par l’occitan. Cela permet de s’approcher des origines premières du toponyme» souligne l’auteur.
Mille ans de culture occitane ont façonné, recouvert ce territoire d’une peau de mots dont on a perdu  en grande partie le sens. L’ouvrage est là pour combler ces lacunes, éclairer nos lanternes en mettant en lumière ce champ de topos. Cette approche du PNR à travers le prisme de la langue
occitane nous apprend que les lieux-dits «La Vergne», «Vergnas» «Lavergne», ou encore «Vergne-Redonde» ont pour étymologie verhauds  en occitan, soit aulnes en français.
Le chêne tantôt chassanh, chasnhe, chaisne a donné lieu à de multiples rejetons  «Le Chassin», «Le Chassan», «La Chassagne», «Chassagnac»... Le latin, le celte, le préindoeuropéen sont également des sources étymologiques  fécondes. On remonte par là à plusieurs
milliers d’années avant JC. «Il ne nous reste d’eux que quelques traces, quelques racines autour des noms de hauteur, des rivières. C’est toujours attaché à des éléments forts du paysage qui ne se sont pas modifiés au fil du temps» explique Jean-François Vignaud.
Dans les Monédières, le Suc au May et ses 908 mètres est une de ces traces linguistiques préindoeuropéennes (Trukk-Tsukk). Cela
a accouché de «Truguet», «Truchassoux», «Le Suchaud», «Le Suquet». La commune du Lot «Montcuq» en est aussi une célèbre  variante, tout en redondance  !
Ces petites histoires sont à découvrir dans ce livre accessible par tout un chacun : «On ne voulait pas faire un ouvrage exhaustif. L’idée était de montrer aux gens que les noms de lieux sont capables d’expliquer formidablement ce qui nous entoure. C’est une lecture de paysage. Il fallait qu’on la restitue dans son milieu, sans que cela ne soit aride. C’est un fantastique voyage» se réjouit l’auteur.
Plancoulaine, Le Tourondel, Bonnefont-Cigale, Pimpérigeas... vous attendent dans toutes les bonnes librairies du Limousin au pied de la lettre !
«De La Chassagne au Monteil : Noms de lieux du PNR Millevaches en Limousin» Institut d’Estudis Occitans dau Lemosin Edicions.  Auteur : Jean-François Vignaud ; Photos : Jean-Pierre Lacombe ; Illustrations : Jean-Marie Caunet.
Édition brochée.  235mm x 220mm 132 pages.17 euros.  Tel au 05 55 98 28 90 ; contact@ieo-lemosin.org.

Serge Hulpusch

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.